Jetez votre box, connectez-vous à l’internet associatif !

Internet

Alors que les attaques contre la neutralité du net se font de plus en plus pressantes, que les révélations sur la surveillance du réseau se succèdent, il est temps de redécouvrir une autre manière de se connecter à Internet. Passer de consommateur chez Orange ou Free à adhérent d’un Fournisseur d’accès à internet (FAI) associatif, c’est possible. Mode d’emploi.

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous disposez certainement d’une connexion internet. Qui vous connecte ? Orange, Free ou SFR probablement. Mais savez-vous que rien ne vous oblige à passer par ces structures marchandes ? Il existe aussi des Fournisseurs d’accès à internet (FAI) associatifs. De simples associations regroupant quelques dizaines ou centaines d’abonnés, qui permettent de se connecter en Adsl ou en Wifi. Pour un tarif à peine plus élevé ou équivalent à celui d’une box classique, accédez à internet via un réseau qui ne fouille pas dans vos connections, et devenez acteur de votre propre réseau.

La plus ancienne de ces associations, French Data Network a été créée en 1992, bien avant les offres des géants actuels. A cette époque, seules quelques associations rassemblant des précurseurs offrent ce type de connexion et permettent l’accès à internet. Premiers arrivés sur le réseau, les acteurs associatifs en ont été totalement marginalisés avec la massification d’internet (deux ménages sur trois disposent d’une connexion à domicile, selon l’Insee). Aujourd’hui, 21 d’entre eux, tous gérés par des bénévoles, sont rassemblés au sein de la Fédération FDN. Dont les principes fondateurs sont le bénévolat, la solidarité, le fonctionnement démocratique et à but non lucratif, la défense et la promotion de la neutralité du Net.

Du très local au national

« Parmi les membres de la Fédération, tous ont des modèles et des modes de fonctionnement différents, du très local au national », décrit son président Benjamin Bayart. Le très local, c’est par exemple Sameswireless : une association qui depuis 2009 fournit internet à la commune de Sames (Pyrénées-Atlantiques). Elle compte aujourd’hui 150 abonnés sur 200 foyers de la commune. Pendant longtemps celle-ci n’a pas été desservie car jugée peu rentable. Jusqu’à ce qu’Orange s’y aventure. « L’opérateur s’est décidé à couvrir la zone avec l’Adsl depuis 2 ans, explique Benjamin Bayart. Mais leur offre est plus chère, et de moins bonne qualité. Sameswireless a conservé ses abonnés ! »

L’accès à internet fourni par Sameswireless provient d’un réseau wifi envoyé par une antenne relais depuis la commune voisine. L’association, qui a mis en place les antennes relais et assure leur entretien, offre à ses adhérents une connexion de 8Mb/s pour 15 euros par mois. Lors de leur adhésion et de l’ouverture de leur connexion, les usagers doivent également payer un « ticket d’entrée » initial de 100 euros. Les tarifs des FAI associatifs ne sont pas très cher comparés aux offres des géants de l’internet : 29 euros par mois chez FDN.fr ou 32 euros par mois chez Franciliens.net, par exemple.

Outre le wifi, d’autre réseaux fonctionnent avec la fibre ou une connexion Adsl, comme Aquilenet en Aquitaine ou Illyse en Rhône-Alpes : avec ces fournisseurs, il suffit de demander un abonnement au service d’accès Internet pour votre ligne, remplacer la box classique par un modem à brancher sur cette ligne pour être ainsi connecté au réseau associatif concerné. Des « tunnels » ou réseaux privés virtuels (VPN) permettent de connecter in fine votre ligne téléphonique au réseau du FAI de votre choix. Certes, vous ne bénéficierez plus de la télévision numérique, dont les contenus sont cependant accessibles via Internet. Vous pourrez continuer à téléphoner gratuitement grâce au protocole SIP (« Session Initiation Protocol ») qui offre un service équivalent à Skype, mais totalement libre.

Les FAI dont vous êtes les héros

La Fédération FDN s’est donnée pour mission d’accompagner les personnes qui souhaitent créer leur propre FAI. La démarche n’a rien d’infranchissable : il suffit de créer une association, de la déclarer à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), faire quelques configurations techniques et évidemment disposer d’un peu de temps. Un wiki – mode d’emploi est disponible sur le site de la Fédération. Celle-ci propose également un soutien pour les formalités administratives. L’association French Data Network peut aussi donner un coup de main en hébergeant le nouveau FAI sur son réseau le temps qu’il dispose de suffisamment d’abonnés pour devenir autonome. « L’idéal est de disposer au départ de quelques milliers d’euros et d’une cinquantaine à une centaine d’abonnés potentiels », précise Benjamin Bayart.

Durant des années, ces associations n’ont rassemblé que quelques militants convaincus de la pertinence d’un accès internet non lucratif. Le mouvement connait aujourd’hui un nouvel engouement : une quarantaine de projets se développent actuellement avec le soutien de la Fédération (voir la carte des projets). En cause : les attaques de plus en plus visibles et explicites de la part de nombreux lobbys contre la « neutralité du net ». Cette neutralité est censée garantir un accès égal à l’Internet, quel que soit votre opérateur, votre abonnement ou les sites web que vous visitez. Depuis les lois Hadopi pour enrayer le téléchargement jugé illégal jusqu’aux révélation d’Edward Snowden sur les méthodes de surveillance des États-Unis, ou les pratiques de certains FAI visant à faciliter ou à rendre plus difficile l’accès à tel contenu, cette neutralité est mise à mal.

Maîtriser les informations et les flux

« Les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) classiques ont des problèmes de rentabilité et cherchent à produire suffisamment pour le moins cher possible, explique Benjamin Bayart. Ils sont prêts à sacrifier la qualité de service, la hotline, brider les débits pour optimiser leurs coûts. Alors que nous, nous produisons le réseau que veulent les adhérents ». Fournisseur d’accès n’est pas une activité très rentable, car elle peut nécessiter d’importants travaux d’infrastructure : creuser des trottoirs, tirer des câbles… Mais la valeur des informations qui passent par les tuyaux est, elle, immense, comme le prouve la capitalisation actuelle des Google, Facebook ou Apple. La tentation est donc grande pour celui qui possède ces tuyaux de jeter un coup d’œil sur ce qu’il y passe. Voire de prioriser tel ou tel contenu, contre rémunération.

Quand certains abonnés d’Orange ont constaté des lenteurs sur Youtube au printemps dernier, l’opérateur leur a répondu : « Nous sommes en discussion avec YouTube pour améliorer la lecture des vidéos proposées par cette plate-forme ». Étrangement, la qualité de lecture des vidéos proposées par Dailymotion (une plate-forme de vidéos concurrente de Youtube) sur le réseau d’Orange ne souffre pas des mêmes maux. Rien à voir évidemment avec le fait que Dailymotion soit la propriété à 100%… d’Orange ! Bien évidemment tout le monde se défend de filtrer quoique ce soit.

La prise de conscience des abus pratiqués par certains acteurs du net ne peut que redonner du souffle aux FAI alternatifs. « Après les FAI locaux, les futurs fournisseurs d’accès associatifs s’organiseront autour de centres d’intérêts communs », estime Benjamin Bayart. L’appropriation collective des moyens de communication est en route.

Mathieu Lapprand

http://www.bastamag.net/article3227.html

XKeyscore, l’outil de la NSA pour examiner « quasiment tout ce que fait un individu sur le Web »

L’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) dispose d’un outil, appelé « XKeyscore », qui permet aux agents du renseignement américain d’accéder à l’historique de navigation et de recherche, aux contenus des courriels, et aux conversations privées sur Facebook, selon des documents publiés  par le Guardian.

Si l’existence de XKeyscore était déjà connue, ces documents en détaillent le fonctionnement et les capacités. On apprend ainsi que la NSA le considère comme son outil doté de la « portée la plus grande » permettant d’examiner « quasiment tout ce que fait un individu sur Internet ». « Qu’est-ce qui peut être stocké ? Tout ce que vous voulez extraire », se félicite ainsi l’une des pages du document.

 

Et pour cause : XKeyscore ressemble à un véritable Google pour espions. A l’aide d’une interface très simple d’utilisation, les personnes habilitées peuvent rechercher dans le corpus de données amassé par la NSA le contenu des courriels, des numéros de téléphone ou encore des messages privés échangés sur Facebook et croiser les informations obtenues selon la langue, le type de logiciel utilisé ou le pays dans lequel l’internaute ciblé se trouve. Le tout en ne justifiant que « vaguement » leur recherche, selon le Guardian.

  • Contenu et destinataires des courriels

Il permet, par exemple, de chercher sur les pages Web indexées par la NSA, mais également dans les champs « destinataire », « copie carbone » (« CC ») et « copie carbone invisible » (« CCI ») de lire les courriels ou de trouver une adresse électronique à partir d’un nom ou d’un pseudo.

  • Facebook et messageries instantanées

Les analystes de la NSA, lorsqu’ils utilisent un outil appelé « DNI Presenter » en plus de XKeyscore, sont en mesure de lire les messages privés échangés sur Facebook par n’importe quel internaute, à partir d’un simple nom d’utilisateur.

  • La navigation et les recherches sur Internet

C’est un des aspects les plus surprenants de ces nouvelles révélations. En scrutant l’activité HTTP, la NSA est capable de retrouver l’historique de navigation d’un utilisateur, des sites visités ou recherches effectuées, toujours selon les documents publiés par le Guardian. L’agence est également capable d’obtenir les adresses IP de toute personne qui visite un site choisi par l’analyste.

XKeyscore permet aussi de cibler des internautes en fonction des technologies utilisées, comme la cryptographie, ou d’avoir accès à des fichiers échangés ou stockés sur Internet.

DES RECHERCHES EXTRÊMEMENT PRÉCISES

Les documents de présentation donnent plusieurs exemples de recherches. Il est ainsi possible de « trouver une cellule terroriste » en « cherchant des activités anormales, par exemple quelqu’un dont le langage ne correspond pas à la région où il est situé, quelqu’un qui utilise la cryptographie ou quelqu’un qui fait des recherches suspicieuses sur Internet ».

Une page du document de présentation de XKeyscore vante aussi la possibilité de procéder à des recherches aussi précises que « montre-moi tous les fournisseurs de réseaux privés virtuels [des systèmes permettant une connexion à Internet sécurisée] dans un pays X et affiche les données afin que je puisse déchiffrer et en découvrir les utilisateurs », de trouver le ou les utilisateurs parlant allemand et se trouvant actuellement au Pakistan ou tous les documents mentionnant Oussama Ben Laden.

En revanche, des recherches comme « tous les documents textes cryptés venant d’Iran«  sont trop larges et renvoient trop d’informations : il est cependant possible de les faire, mais en les affinant, explique le document.

STOCKAGE LIMITÉ

La quantité faramineuse de données concernées par ce programme oblige la NSA à faire du tri : seuls trois à cinq jours de données sont conservés. En revanche, l’agence stocke pour une durée plus longue des contenus qu’elle estime importants.

Selon le document, qui semble être avant tout destiné à promouvoir les capacités de l’outil auprès des analystes et des sous-traitants de l’agence, 300 terroristes auraient été arrêtés grâce à XKeyscore.

Dans un communiqué au Guardian, la NSA s’est mollement justifiée : « Les allégations d’un accès généralisé et sans contrôle des analystes à toutes les données récoltées par la NSA sont simplement fausses. L’accès à XKeyscore est limité aux personnel qui en ont besoin dans le cadre de leur mission. »

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/07/31/l-outil-qui-permet-a-la-nsa-d-examiner-quasiment-tout-ce-que-fait-un-individu-sur-internet_3455916_651865.html#xtor=AL-32280515