Transhumanisme et hybridation de la pensée humaine synthétique

imagesfd

«Nous aurons des nanobots qui… connecteront notre néocortex à un néocortex synthétique dans le cloud… Notre réflexion sera un…. hybride biologique et non biologique. « 

– Ray Kurzweil, TED 2014

Internet comprend un système mondial décentralisé qui sert l’effort collectif de l’humanité pour générer, traiter et stocker des données, dont la plupart sont gérées par le cloud en pleine expansion. Un système stable, sécurisé et en temps réel peut permettre d’interfacer le nuage avec le cerveau humain. Une stratégie prometteuse pour permettre un tel système, désignée ici comme une «interface cerveau humain / nuage» («B / CI»), serait basée sur des technologies appelées ici «neuralnanorobotiques». On prévoit que les futures technologies neuralnanorobotiques faciliteront des diagnostics précis et éventuellement des remèdes pour les conditions ∼400 qui affectent le cerveau humain. Les neuralnanorobotiques peuvent également permettre un B / CI avec une connectivité contrôlée entre l’activité neuronale et le stockage et le traitement des données externes, via la surveillance directe du ∼86 × 10 9 du cerveauneurones et ∼2 × 10 14 synapses. Après la navigation dans le système vasculaire humain, trois espèces de neuralnanorobots (endoneurobots, gliabots et synaptobots) pourraient traverser la barrière hémato-encéphalique (BBB), pénétrer dans le parenchyme cérébral, pénétrer dans les cellules cérébrales humaines individuelles et se positionner automatiquement sur les segments initiaux des axones. des neurones (endoneurobots), dans les cellules gliales (gliabots) et à proximité intime des synapses (synaptobots). Ils transmettraient ensuite sans fil jusqu’à ∼6 × 10 16 bits par seconde d’informations électriques cerveau-humain traitées et codées de manière synaptique via des fibres optiques nanorobotiques auxiliaires (30 cm 3 ) avec la capacité de gérer jusqu’à 10 18bits / s et fournissent un transfert de données rapide vers un superordinateur basé sur le cloud pour la surveillance en temps réel de l’état du cerveau et l’extraction de données. Un B / CI humain activé neuralnanorobotiquement pourrait servir de conduit personnalisé, permettant aux personnes d’obtenir un accès direct et instantané à pratiquement toutes les facettes des connaissances humaines cumulatives. D’autres applications prévues incluent une myriade d’occasions d’améliorer l’éducation, l’intelligence, le divertissement, les voyages et d’autres expériences interactives. Une application spécialisée pourrait être la capacité de s’engager dans des expériences expérientielles / sensorielles totalement immersives, y compris ce que l’on appelle ici «l’observation transparente» (TS). Grâce à TS, les individus peuvent découvrir des segments épisodiques de la vie d’autres participants volontaires (localement ou à distance) pour, espérons-le,

introduction

«Nous aurons des nanobots qui… connecteront notre néocortex à un néocortex synthétique dans le cloud… Notre réflexion sera un…. hybride biologique et non biologique. « 

– Ray Kurzweil, TED 2014

Il y a une incessante tendance en médecine à développer des dispositifs et des systèmes plus petits, plus performants, plus efficaces et plus économiques. Le principal moteur de cette quête concerne la genèse cellulaire et sous-cellulaire de la maladie humaine, à laquelle l’échelle, les nanodispositifs peuvent interagir directement et potentiellement influencer positivement les résultats de la maladie ou les empêcher complètement, en particulier en ce qui concerne les troubles cérébraux ( Kandel et al., 2000 , Kandel, 2001 ; Zigmond et al., 2014 ; Chaudhury et al., 2015 ; Fornito et al., 2015 ; Falk et al., 2016). La recherche d’outils toujours plus petits pour traiter les patients approche d’un tournant décisif dans l’histoire médicale, car la nanomédecine avancée – en particulier la nanorobotique médicale – devrait servir d’outil dynamique pour lutter contre la plupart des troubles cérébraux humains. L’objectif est enfin de permettre aux professionnels de la santé de traiter des maladies à résolution cellulaire et sous-cellulaire individuelle ( Freitas, 1998 , 1999b , 2003 , 2005a , c , 2007 , 2016 ; Morris, 2001 ; Astier et al., 2005 ; Patel et al ., 2006 ; Park et al., 2007 ; Popov et al., 2007 ;Mallouk et Sen, 2009 ; Martel et al., 2009 ; Kostarelos, 2010 ; Mavroides et Ferreira, 2011 ; Boehm, 2013 ).

L’application de nanorobots au cerveau humain est dénommée ici «neuralnanorobotique». Cette technologie peut permettre la surveillance, l’enregistrement et même la manipulation de nombreux types d’informations liées au cerveau aux niveaux cellulaire et organellaire ( Martins et al., 2012 , 2015 , 2016 ). Les neuralnanorobots médicaux devraient avoir la capacité de surveiller en temps réel et non destructif l’activité neuroélectrique à un seul neurone et à une seule synapse, le trafic local de neuropeptides et d’autres données fonctionnelles pertinentes, tout en permettant également l’acquisition d’informations structurelles fondamentales à partir des surfaces des neurones , pour améliorer la carte du connectome d’un cerveau humain vivant ( Sporns et al., 2005 ; Lu et al., 2009 ;Anderson et al., 2011 ; Kleinfeld et al., 2011 ; Seung, 2011 ; Martins et al., 2012 , 2015 , 2016 ). La surveillance non destructrice du cerveau entier à médiation neuralnanorobotique couplée à des capacités de réparation unicellulaire ( Freitas, 2007 ) devrait fournir une puissante capacité médicale pour traiter efficacement la plupart ou la totalité des ∼400 troubles cérébraux connus, y compris, notamment: la maladie de Parkinson et Alzheimer ( Freitas, 2016 ), toxicomanie, démence, épilepsie et troubles de la moelle épinière ( NINDS, 2017 ).

Les neuralnanorobots devraient également permettre de nombreuses applications de changement de paradigme non médical, y compris une amélioration cognitive humaine importante, en fournissant une plate-forme pour un accès direct aux capacités de stockage et de traitement de superordinateurs et en interfaçant avec des systèmes d’intelligence artificielle. Étant donné que les technologies basées sur l’information améliorent constamment leurs rapports prix-performances et leur conception fonctionnelle à un rythme exponentiel, il est probable qu’une fois qu’elles entrent en pratique clinique ou dans des applications non médicales, les technologies neuralnanorobotiques peuvent fonctionner en parallèle avec de puissants systèmes d’intelligence artificielle, le supercalcul, et fabrication moléculaire avancée.

De plus, les dispositifs nanomédicaux autonomes devraient être biocompatibles, principalement en raison de leurs matériaux structuraux, ce qui permettrait une résidence prolongée dans le corps humain ( Freitas, 1999a , 2002 , 2003 ). Les neuralnanorobots médicaux peuvent également être fabriqués en quantités thérapeutiques suffisantes pour traiter des patients individuels, en utilisant des matériaux diamantoïdes, car ces matériaux peuvent fournir la plus grande force, résilience et fiabilité in vivo ( Freitas, 2010). Une «Nanofactory Collaboration» internationale en cours dirigée par Robert Freitas et Ralph Merkle a pour objectif principal de construire la première nanofabrication au monde, qui permettra la fabrication en masse de neuralnanorobots diamantoïdes autonomes avancés pour des applications médicales et non médicales ( Freitas et Merkle, 2004 , 2006 ; Freitas, 2009 , 2010 ).

Il est concevable qu’au cours des 20 à 30 prochaines années, les neuralnanorobotiques puissent être développées pour permettre une interface sûre, sécurisée, instantanée et en temps réel entre le cerveau humain et les systèmes informatiques biologiques et non biologiques, en renforçant les interfaces cerveau-cerveau ( BTBI), les interfaces cerveau-ordinateur (BCI) et, en particulier, les interfaces sophistiquées cerveau / nuage (B / CI). De tels systèmes B / CI humains peuvent modifier radicalement les communications homme / machine, portant la promesse d’une amélioration cognitive humaine significative ( Kurzweil, 2014 ; Swan, 2016 ).

Historiquement, une percée fondamentale vers la possibilité d’un B / CI a été la mesure et l’enregistrement initiaux de l’activité électrique du cerveau via l’EEG en 1924 ( Stone et Hughes, 2013). À l’époque, l’EEG a marqué une avancée historique dans les outils de diagnostic neurologique et psychiatrique, car cette technologie permettait de mesurer une variété de maladies cérébrales, de quantifier les écarts induits par différents états mentaux et de détecter les ondes alpha oscillantes (8-13). Hz), la soi-disant «vague de Berger». Les premières mesures EEG ont nécessité l’insertion de fils d’argent dans le cuir chevelu des patients, qui ont ensuite évolué vers des feuilles d’argent qui ont adhéré à la tête. Ces capteurs rudimentaires étaient initialement reliés à un électromètre capillaire Lippmann. Cependant, des résultats significativement améliorés ont été obtenus grâce à l’utilisation d’un galvanomètre d’enregistrement à double bobine Siemens, qui avait une résolution électronique de 0,1 mv ( Jung et Berger, 1979 ).

La première instance scientifique signalée du terme «interface cerveau-ordinateur» remonte à 1973, environ 50 ans après le premier enregistrement EEG, quand il était envisagé que les signaux électriques cérébraux signalés par EEG pourraient être utilisés comme supports de données dans les communications homme-ordinateur. Cette suggestion supposait que les décisions et les réactions mentales pouvaient être sondées par les fluctuations potentielles électroencéphalographiques mesurées sur le cuir chevelu humain, et que les phénomènes EEG significatifs devaient être considérés comme une structure complexe d’ondelettes élémentaires reflétant les événements corticaux individuels ( Vidal, 1973 ).

Actuellement, invasif1 et les interfaces cerveau-ordinateur non invasives et les systèmes de communication cerveau-à-cerveau non invasifs ont déjà été expérimentalement démontrés et font l’objet de recherches sérieuses dans le monde entier. Une fois que ces technologies existantes ont mûri, elles pourraient fournir des traitements à des patients complètement paralysés, permettant éventuellement la restauration du mouvement des membres paralysés par la transmission de signaux cérébraux aux muscles ou à des prothèses externes ( Birbaumer, 2006 ). La première transmission directe d’informations signalée entre deux cerveaux humains sans intervention de systèmes sensoriels moteurs ou périphériques s’est produite en 2014, à l’aide d’une technique de communication cérébrale appelée «hyperinteraction» ( Grau et al., 2014 ).

La technologie d’avenir à long terme la plus prometteuse pour les interfaces homme-cerveau-ordinateur en temps réel non destructives et les communications cerveau-cerveau peut être la neuralnanorobotique ( Martins et al., 2016 ). La neuralnanorobotique, qui est l’application de nanorobots médicaux au cerveau humain, a d’abord été envisagée par Freitas, qui a proposé l’utilisation de nanorobots pour la surveillance directe en temps réel du trafic neuronal des neurones in vivo , ainsi que la traduction de messages vers les neurones ( Freitas, 1999b , 2003). D’autres auteurs ont également envisagé la B / CI et prédit qu’à l’avenir, les humains auront accès à un néocortex synthétique non biologique, ce qui pourrait permettre une B / CI directe. Au cours des prochaines décennies, la neuralnanorobotique pourrait permettre une interface non destructive, en temps réel et à ultra-haute résolution entre le cerveau humain et les plates-formes informatiques externes telles que le «cloud».

Le terme «cloud» fait référence au cloud computing, un paradigme des technologies de l’information (TI) et un modèle permettant un accès omniprésent à des pools partagés de ressources configurables (comme les réseaux informatiques, les serveurs, le stockage, les applications et les services), qui peuvent être rapidement fourni avec un effort de gestion minimal, souvent sur Internet. Pour les applications personnelles ou professionnelles, le cloud facilite l’accès rapide aux données, offre une redondance et optimise l’utilisation globale des ressources de traitement et de stockage tout en permettant l’accès depuis pratiquement n’importe quel endroit de la planète. Cependant, le principal défi des technologies mondiales de traitement de l’information en nuage dans le monde est la vitesse d’accès au système, ou latence. Par exemple, le taux de latence aller-retour actuel pour les boucles transatlantiques entre New York et Londres est de ms90 ms (Verizon, 2014 ). Puisqu’il y a maintenant plus de 4 milliards d’utilisateurs d’Internet dans le monde, son impact économique sur l’économie mondiale est de plus en plus important. L’impact économique des applications IoT (Internet des objets) à lui seul a été estimé par le McKinsey Global Institute entre 3,9 et 11,1 billions de dollars par an d’ici 2025. L’impact économique mondial du traitement de l’information basé sur le cloud au cours des prochaines décennies pourrait être de au moins un ordre de grandeur plus élevé une fois que les services cloud sont combinés de manière inimaginable, perturbant des industries entières ( Miraz et al., 2015 ). Un B / CI humain à médiation neuralnanorobotique, potentiellement disponible d’ici 20 à 30 ans, nécessitera un accès Internet à large bande avec des vitesses de téléchargement et de téléchargement extrêmement élevées, par rapport aux tarifs actuels.

L’humanité a à sa base une puissante et incessante volonté d’explorer et de se remettre en question, d’améliorer sa condition collective en sondant et en repoussant sans relâche les frontières tout en essayant constamment de franchir ces barrières qui séparent de manière ténue le possible de l’impossible. Les notions d’augmentation humaine et d’amélioration cognitive sont issues de ces principes.

Cette dynamique comprend une quête incessante d’exploration et un désir constant d’interaction sociale et de communication – deux éléments qui sont des catalyseurs d’une mondialisation en rapide expansion. Par conséquent, le développement d’une technologie B / CI humaine non destructive en temps réel peut servir de canal intime et personnalisé par lequel les individus auraient un accès instantané à pratiquement toutes les facettes des connaissances humaines cumulatives et également la capacité spécialisée facultative de s’engager dans une myriade de mondes expérientiels et sensoriels entièrement immersifs en temps réel.

Transhumanisme : Les scientifiques ont l’intention d’implanter les ordinateurs dans le cerveau humain .

transhumanisme_article_large

L’ennemi du salut de l’espèce humaine agit sur plusieurs fronts. L’augmentation de la tension dans les relations internationales provoque la guerre, ébranle l’économie, détruit les bases spirituelles et morales de la vie sociale, apporte des discordes et des tentations partout. Un élément important de ce travail démoniaque est l’activité visant à changer la nature humaine, la destruction de l’image et la ressemblance de Dieu dans l’homme.

 

Malheureusement, la majorité des citoyens est très décontracté à l’égard de ce problème sérieux. Certains rient, d’autres pensent que tout cela est du domaine de la fantaisie. Mais dans un avenir très proche, cela peut affecter tous et chacun.

 

Les travaux sur la création d’un « corps post-humain » et la « transformation de la race humaine » est en cours depuis de nombreuses années. La conclusion №20 du Groupe européen d’éthique en sciences et de nouvelles technologies, « Aspects éthiques de l’implantation des moyens des technologies de l’information et de la communication dans le corps humain », présentée à la Commission européenne en 2005, dit :

 

« La société moderne a fait face aux changements auxquels doit être soumise la nature humaine. Telle est la prochaine étape du progrès : à la suite de la vidéosurveillance et la biométrie, par des dispositifs électroniques variés, implantés dans le corps humain, des puces sous-cutanées et les étiquettes intelligentes, les personnalités humaines seront modifiées à tel point qu’elles se transforment de plus en plus en identités de réseau. Ils doivent constamment être en mesure de recevoir et transmettre périodiquement des signaux pour permettre leur déplacement et pour contrôler des habitudes et des contacts à être suivis et évalués. Cela devrait changer le sens et le contenu (l’essence) de l’autonomie humaine. Dans ce cas, c’est le concept même de la dignité humaine qui change. Certaines violations des droits fondamentaux, naturels de l’individu, qui surviennent au fur et à mesure de la transformation du corps, ne portent pas atteinte à sa dignité et ses droits et libertés constitutionnels.

 

Dans nos sociétés, le corps est la matière première, qui peut être changée. Il peut être manipulé pour restaurer les fonctions qui ont été perdues, ou acquérir des fonctions encore inconnues, que nous ne pouvons que deviner qu’ils puissent exister. Nous devons traiter avec les deux technologies : la récupération et d’amélioration des capacités, par le développement des technologies conviviales au corps, qui peuvent développer et changer le concept de soin du corps, annonçant l’émergence de « cyborgs »  le corps posthumain…

 

Ce « dessein de transformation » admet de différents types d’activités et de découvertes scientifiques et technologiques. Des dispositifs des technologiques d’information et de communications, implantés dans le corps humain, peuvent jouer un rôle majeur dans la santé, ils peuvent même conduire à une augmentation des capacités biologiques et mentales. En extrapolant à l’avenir, cette logique peut aboutir à la transformation de la race humaine ».

 

Bodinet (du mot anglais body), ou l’internet connecté directement à la personne, n’est plus une rareté. Aux États-Unis seulement, en 2013, on a vendu plus de 12 millions d’implants reliés à l’internet, principalement relatifs au contrôle de l’activité cardiaque et préventifs de la douleur et de l’inflammation dentaire. C’est pour l’instant…

La connexion à l’internet des appareils à microprocesseur, implantés dans le corps humain, se banalise dans le monde. Tout cela, servi comme « le soin sur l’homme », « la commodité » et « amélioration de la qualité de vie », peut entraîner des conséquences très graves.

 

La question est de savoir, qui  sera propriétaire du réseau d’information, qui  va le gérer ?

 

À l’exposition Cebit des technologies TI, qui s’est déroulé à Hanovre fin 2016 et qui est devenue la plus grande au monde, les représentants des entreprises ont expliqué:

 

« Nous insérons l’internet à l’intérieur du corps humain. Ce n’est pas l’internet des choses, c’est l’internet des gens. Nous sommes sur le point de l’utilisation massive de cette technologie. Nous introduisons par une seringue de petits implants sous la peau. On implante des puces pareilles aux animaux, par exemple en Chine ; mais celles-ci sont spécialement pour les hommes. Elles peuvent être utilisées comme un laissez-passer, vous pouvez payer avec eux comme avec une carte bancaire ordinaire, ouvrir la porte ; il y a beaucoup d’occasions d’utiliser la puce. Ainsi, nous devenons cyborgs. Le mot « cyborg » signifie l’union de l’homme et de la technologie, ou un organisme vivant avec des composants électroniques. Dans ce cas, la technologie moderne est constamment sous sa peau. Tel est le sens du terme « cyborg ». Nous ne parlons pas de l’aspect médical, nous parlons de l’amélioration des fonctions de l’homme grâce à l’introduction de la technologie en lui ».

 

Le 5 avril 2017,  Rossiyskaya Gazeta  a publié les rapports sur la chipisation des employés des entreprises suédois et     belges :

 

« Des possibilités extraordinaires s’ouvrent devant une personne. Par un seul geste de la mains portant une puce, on peut ouvrir des portes, payer votre déjeuner dans la cantine, allumer le fax et l’imprimante, acheter de la nourriture et des boissons aux distributeurs automatiques sur place et effectuer de nombreuses autres opérations. Plus besoin de porter les clés, les cartes bancaires et appuyer sur les boutons-poussoirs du matériel. Après une telle présentation, des dizaines d’employés ont signé pour l’opération avec enthousiasme. « Je voulais faire partie de l’avenir », voici comment Sandra Haglof de 25 ans a expliqué sa décision aux journalistes ».

 

D’ores et déjà, les chercheurs et les développeurs vont encore plus loin. Les sociétés comme Google de Larri Page, Sergey Brin et Eric Shmidt, et Neuralink de Elon Musk, élaborent l’implantation des ordinateurs « à l’intérieur du cerveau humain », incarnant en réalité des idées sataniques du transhumanisme.

 

En mars 2017, le festival-conférence annuel South by Southwest (SXSW) s’est tenu à Austin, Texas, États-Unis. Le futurologue très connu Reymond Kurtsveyl, qui travaille sur le projet de l’éducation automatique de Google, a déclaré que vers 2029, la « singularité » technologique sera atteinte – la fusion complète de l’intelligence humaine et l’ordinateur, a communiqué le journal Daily Mail.

 

Dans l’interview, Kurzweil a dit: « Cela débouchera sur des ordinateurs avec l’intelligence humaine. Nous allons mettre un tel ordinateur dans votre cerveau et le connecter au nuage virtuel, étendant ce que nous sommes . Le fusionnement des gens et des technologies informatiques à ce niveau, dit-il, va rendre les gens  joviaux  et  sexes  au plus haut degré et va démontrer tout ce que nous apprécions chez les personnes à une plus grande mesure ». 

« En fin de compte, cela aura une incidence sur tout », conclut l’expert.

 

Elon Musk, fondateur et PDG de la société Tesla, a créé une entreprise en démarrage en neurosciences Neuralink. Selon lui, dans un avenir proche, l’homme peut passer à un nouveau stade de développement, en combinant les capacités de son cerveau avec l’intelligence artificielle grâce à la soi-disant « dentelle de neurones ».

 

Le 28 mars 2017 Musk a dit qu’il envisage de développer neuro-interface haut débit pour créer un hybride de cerveau humain et d’ordinateur. L’interface permettra à l’homme de se connecter directement à un ordinateur, sans moyens d’entrée-sortie intermédiaires. Musk a fait remarquer que les technologies nécessaires peuvent apparaître dès 5 prochaines années.

 

Maintenant, transportons-nous en Russie. La « Stratégie de développement de l’industrie électronique de la Russie pour la période jusqu’en 2025 » fut approuvée déjà en 2007 par l’ordre du ministère de l’énergie. Le document a expressément déclare la nécessité d’implantation des dispositifs d’identification micro- et  nanoélectroniques dans le corps et le cerveau humain :

 

« L’introduction de la nanotechnologie devrait approfondir la pénétration de la nanoélectronique dans la vie quotidienne de la population. Il est nécessaire d’assurer la communication constante de chaque individu avec les réseaux globaux d’information et de commande de type Internet. La nanoélectronique sera intégrée avec des objets biologiques et assurera le contrôle continu sur le maintien de leur activité vitale, l’amélioration de la qualité de vie, pour réduire ainsi les coûts sociaux de l’État. Des dispositifs nanoélectroniques sans fil intégrés, qui assurent un contact permanent de l’homme avec l’environnement intellectuel, seront généralisés. Des moyens sans fil de contact direct du cerveau humain avec les objets environnants, les véhicules et autres personnes, seront largement utilisés. Les tirages de ces produits dépasseront des milliards d’unités par an en raison qu’ils seront largement répandus ».

 

Les « bio-objects », c’est vous et moi, chers concitoyens, numérotés, numérisés et munis de puces ! Comment « la communication constante de chaque individu avec les réseaux d’information et de contrôle globaux » peut être assurée ? Seulement par l’utilisation des dispositifs d’identification microélectroniques et nanoélectroniques, implantés dans le corps et le cerveau des « objets biologiques ». Ce n’est pas déjà une personne libre, ce n’est pas une partie prenante  des relations juridiques, mais une créature durement contrôlée !

 

Les auteurs de la « Stratégie » ne voient dans l’homme qu’un « objet biologique », un animal qui nécessite « le contrôle continu », comme le bétail en pâturage, afin de « réduire les dépenses sociales du gouvernement ». Sans parler de l’anéantissement complet de la dignité, ainsi que tous les droits et libertés de la personne humaine, dans le cas d’implantation des dispositifs d’identification micro- et nanoélectroniques dans le corps et le cerveau de l’homme. Les expériences avec la nature humaine constituent une menace de l’intervention dans l’essence même de l’homme et ses changements irréversibles et imprévisibles…

 

Récemment, encore un projet a apparu, « Propositions pour la formation du programme à long terme du développement de la partie russe du réseau d’information et de communication Internet et des secteurs connexes de l’économie », aussi pour la période jusqu’en 2025. Il est conçu par l’Institut de développement de l’internet (IRI), administré par Herman Klimenko,  conseiller du président de la Fédération de Russie.

 

Le document publié nécessite une étude sérieuse et minutieuse. Voici un seul trait, relatif aux principales tendances des     « Propositions », dans la section « Les institutions communes de l’Etat et de la société » :

 

« La connectivité absolue à tout moment et en tout lieu, 24-7-365, ce sera le phénomène principal de la vie privée. La convergence biologique va se développer intensivement : l’implantation des biopuces aux animaux et aux humains, les neurointerfaces, les prothèses intelligentes, les cyber-organes. La vie des gens va inclure : le vêtement intelligent, la maison intelligente ; les imprimantes 3D domestiques pour imprimer des affaires, des dispositifs, la nourriture ; les dispositifs médicaux portables et implantables, la surveillance à distance des paramètres de santé, le diagnostic à distance, le contrôle de la prise et l’introduction des médicaments, un identificateur unique du citoyen, les transactions à distance sans argent liquide avec tous les commerces, tourniquets, caisses, transports, services publics et ainsi de suite ».

 

Les technologies similaires sont également mises en œuvre en Chine, en Inde, au Japon, en Corée du Sud, et comme il est indiqué ci-dessus, en Europe. Comme vous pouvez le voir, c’est une tendance mondiale, en dépit des différences politiques significatives entre les pays. Autrement dit, la mise en œuvre du plan global visant à construire une société unique supranationale numérique, adopté lors des sommets à Okinawa, à Genève et à Tunis en 2000-2005, se poursuit avec succès.

 

Il a été prouvé bien des fois que la construction de la société de contrôle total et de commande stricte de chaque personne est une révolte contre la Providence de Dieu sur le monde et l’homme.

 

Ces projets des transhumanistes, ces « améliorateurs » de la nature humaine, sentent vraiment la géhenne. On propose de soumettre la nature humaine aux changements ! Cela est présenté comme le stade suivant du « progrès » – au moyen de l’électronique et la cybernétique, la personne humaine est convertie en un appendice du système informatique qui permettra de suivre les habitudes et les contacts de l’homme, d’évaluer son comportement et de donner l’autorisation du déplacement dans les limites qu’il lui établira.

 

N’est-ce une révolte contre le Créateur ? N’est-ce un empiétement sur la liberté, donnée par Dieu, sur le caractère unique de chaque individu ? Sans aucun doute ! Mais comment le Créateur regardera-t-il cette profanation de son image et ressemblance ?

 

Se débarrassant de tous principes religieux et moraux, les « nouveaux dieux » – les représentants de l’élite technologique, proposent de créer une race humaine, « améliorée » par l’introduction dans le corps humain et le cerveau des dispositifs électroniques, une race différente de celle que le Seigneur Dieu avait fait. Ils veulent transformer la création, l’image et la ressemblance de Dieu en « un bio-objet », un cyborg, s’appropriant le droit de décider, ce qui est bien  pour l’homme et ce qui ne l’est pas ; ce qui est bon et ce qui est mal.

 

Si une personne se considère comme un citoyen de l’État, et comme on nous assure, de l’État de la « démocratie souveraine », elle doit rester la plus grande création de Dieu, avec toutes ses caractéristiques uniques, et non pas devenir un impersonnel « objet biologique ».

 

Une personne orthodoxe doit avant tout comprendre le mal que la construction de la « nouvelle civilisation numérique » peut infliger au salut de son âme immortelle.  Rappelons, encore une fois, les paroles de saint Ignace (Briantchaninov) : « le Nouveau Testament dit que le chrétien est une église, une maison, un récipient. Le but de l’église, pour lequel le Créateur l’a créée, le but du récipient, avec lequel le Grand Artiste l’a aménagé – c’est pour qu’il soit une demeure de Dieu, un récipient du sacrement du Saint-Esprit ».

 

L’implantation de la puce d’identification dans le corps et le cerveau de l’homme n’est autre qu’une invasion du sanctuaire destiné à être habité par le Saint-Esprit. Il est clair qu’une personne qui accepte une telle procédure, sera non pas une demeure de Dieu, mais un antre du satan. Il s’agit de l’asservissement de l’esprit de l’homme, pour que l’homme vivant et spirituel se transforme en un « bio-objet » ou un cyborg.

 

Et voilà comment le révérend Maxime le Confesseur parle au sujet de la vocation de l’homme : « Dieu nous a créés pour que nous devenions communiants de la nature divine, pour que nous puissions entrer dans l’Éternité, pour que nous devenions pareils à Lui, divinisés par la grâce ».

 

Il ne fait aucun doute que l’esprit malin et fornicateur dirige les transhumanistes –

 

 

V. P. Filimonov

Source notinn.ru

Un milliardaire de la Silicon Valley s’est engagé à se tuer pour faire télécharger son cerveau sur un ordinateur

189221_196285720393506_100000362371586_641821_5193393_n

 

Sam Altman, un entrepreneur, a payé 10 000 $ pour se joindre à 24 autres personnes sur une liste d’attente pour que leur cerveau soit téléchargé sur un ordinateur, ce qui implique d’être tué. Le démarrage de l’opération, Nectome dit que cette méthode est « 100 pour cent fatale », selon les propres mots de la société.

«L’expérience de l’utilisateur sera identique au suicide assisté par un médecin», a expliqué Robert McIntyre, cofondateur de Nectome.

«Notre mission est de préserver suffisamment votre cerveau pour garder tous ses souvenirs intacts: de ce grand chapitre de votre livre préféré à la sensation de l’air froid de l’hiver, à la tarte aux pommes ou au souper avec vos amis et votre famille» sur son site.

« Nous croyons qu’au cours du siècle actuel, il sera possible de numériser cette information et de l’utiliser pour recréer votre conscience. »

Le processus consiste essentiellement à embaumer le cerveau d’une personne, de sorte qu’il peut éventuellement être simulé plus tard sur un ordinateur. D’une certaine manière, la conscience de la personne pourrait être transplantée dans une autre chose à l’avenir, après que la personne ait accepté le sort de la mort en premier.

Ces personnes vivantes seront connectées à un certain type de machine, et ensuite leur cerveau sera rempli de «produits chimiques d’embaumement sur mesure» de Nectome .

Cette idée est si sérieuse qu’elle ne doit être réalisée que dans les États américains où le suicide médicalement assisté est légal, ce qui ne représente que 5 États sur 50, parce que cette idée est essentiellement suicidaire. Les personnes qui veulent embaumer leur cerveau doivent avoir une maladie terminale et un pronostic de six mois à vivre ou moins.

On peut probablement supposer que le milliardaire Sam Altman ne choisira pas de mettre fin à sa vie humaine avant d’avoir une maladie en phase terminale beaucoup plus tard dans la vie. Il n’est pas clair si cette exigence légale peut ou non être évitée.

L’idée de télécharger la conscience d’une personne vers un ordinateur, qui peut la placer dans un objet inanimé ou piéger horriblement une personne avec des possibilités que nous pouvons difficilement concevoir des sons comme l’enfer, un sort pire que la mort pour moi.Pour les gens obsédés par repousser les limites de la technologie, peu importe les conséquences, cela semble être une bonne idée.

Les gens qui sont excités à ce sujet comprennent « futurologue » Dr Ian Pearson, qui croit que dans environ 50 ans, nous serons en mesure de transférer nos cerveaux à « le nuage ». Il prétend que cela permettra aux gens « d’utiliser n’importe quel Android que vous ressentez aime habiter le monde réel. « 

Selon le Sun

« Altman, dont la société Y Combinator finance des start-ups, est le meilleur ami de Silicon Valley, milliardaire (et cofondateur de PayPal), Peter Thiel.

Les deux ont été récemment flattés quand Altman a laissé échapper qu’ils prévoyaient d’échapper à une apocalypse potentielle en se cachant dans le bunker dans la maison de Thiel en Nouvelle-Zélande.

Mais, si vous vivez dans un ordinateur, avez-vous même à vous soucier de la fin des jours? « 

Cette idée ressemble à un véritable enfer, et personnellement je préférerais mourir plutôt que de risquer la possibilité que ma conscience soit piégée sans défense dans un objet inanimé, ou reproduite sans mon âme.

Je crois en l’âme, donc je ne sais pas comment cela fonctionnerait dans cette situation. Les gens peuvent faire ce qu’ils veulent, mais pour moi, je suis content de l’état actuel de la vie et de la mort en tant qu’être humain.

Nous atteindrons l’immortalité numérique d’ici 2050

 

digital-immortality-brain-upload-transhumnism-futurist-1280x600

Pour quiconque a vu Ex Machina – un thriller psychologique de science-fiction indépendant – l’idée de transhumanisme n’est pas nouvelle. Ava, un robot humanoïde, dépasse de loin les attentes de ce que nous associons normalement à une machine.

Elle montre une intelligence et une capacité d’adaptation aux circonstances changeantes avec la sophistication émotionnelle d’une personne réelle – ce qui, à son tour, brouille la ligne entre ce que nous considérons comme une imitation mécanique sans âme. Alors qu’Ava est un vrai robot – ce qui signifie qu’elle ne possède aucun matériel humain – le film la dépeignait d’une manière si totalement adaptable aux émotions et à la logique humaines, qu’il était facile d’oublier qu’elle n’était pas au moins en partie humaine.

J’ai trouvé intéressant le moment de la sortie du film en 2015 – en grande partie parce que, au cours des cinq dernières années, nous avons été bombardés d’images subtiles dans la publicité et les médias de personnes mi-humaines, mi-machines. Des exemples peuvent être vus dans des films comme Transcendance, Avatar, Nexus et Le pari transhumaniste.

Développeurs de jeux vidéo futuristes, artistes visuels et techno-musiciens ont également sauté sur le mouvement transhumaniste ces dernières années, célébrant l’idée d’êtres humains technologiquement améliorés, qui jouissent de l’immortalité et sont exempts de toutes les maladies humaines agaçantes que nous éprouvons aujourd’hui.

Jason Silva, fondateur de Shots of Awe, est l’un des futuristes les plus connus et a un grand nombre de jeunes générations. Voici l’un de ses films les plus populaires, visionné plus d’un quart de million de fois sur YouTube. Remarquez la musique émouvante et émotionnelle – ainsi que l’imagerie rapide, qui superpose des photographies d’humains à une forme de technologie. Silva parle aussi avec un style rapide, convaincant et confiant.

« Être humain, c’est être transhumain »

Ces «amalgames» transhumains sont décrits comme des «super-humains» qui résoudront tous nos problèmes de santé, psychologiques et physiques. Personnellement, je trouve l’ensemble des ventes et le mouvement vers le transhumanisme exceptionnellement dérangeant. Beaucoup, cependant, ne souffrent aucun scrupule à ce sujet. En fait, ils sont des partisans enthousiastes. L’une de ces personnes est Ray Kurzweil, un inventeur, futuriste et directeur actuel de l’ingénierie chez Google.

Un nouveau monde de transhumanisme

Dans un peu plus de trois décennies, nous serons en mesure de télécharger notre esprit entier dans les ordinateurs et devenir numériquement immortel – un processus classé comme «singularité» – selon Kurzweil. Il prédit également que les parties biologiques de notre corps seront complètement remplacées par des pièces mécaniques dès 2100.

Qu’est-ce que la singularité et d’où vient l’idée?

La journaliste Victoria Woollaston explique dans le Daily Mail:

La singularité technologique est le développement du «super-renseignement» provoqué par l’utilisation de la technologie.

La première utilisation du terme «singularité» se réfère aux esprits technologiques était par le mathématicien John von Neumann.

Neumann, au milieu des années 1950, a déclaré: « Accélérer les progrès de la technologie et les changements dans le mode de vie humain, qui donne l’impression d’aborder une singularité essentielle dans l’histoire de la race au-delà de laquelle les continuer.’

Le terme a ensuite été utilisé par l’écrivain de science-fiction Vernor Vinge qui croit que les interfaces cerveau-ordinateur sont des causes de la singularité.

Ray Kurzweil a cité l’utilisation du terme par von Neumann dans une préface au classique de von Neumann, The Computer and the Brain.

Kurzweil prédit que la singularité se produira vers 2045 tandis que Vinge prédit que cela se produira avant 2030.

Dans le livre de Kurweil, The Singularity Is Near, il explore le cheminement qui nous conduit vers le transhumanisme. Les progrès récents dans l’ingénierie neuronale et la modélisation du cerveau, ainsi que les technologies qui remplacent les fonctions biologiques, le rendront possible.

Nous voyons déjà des exemples, comme un implant qui est attaché au nerf cochléaire du cerveau et le stimule électroniquement pour restaurer l’ouïe chez une personne sourde. D’autres technologies sont en cours de développement pour rétablir la motricité après que le système nerveux a subi des dommages. L’impression 3D fait également des progrès dans la création de parties du corps humain, comme l’oreille prothétique créée à l’Université Cornell.

Kurzweil poursuit en disant que «nous allons devenir de plus en plus non biologiques … [où] la partie biologique n’est plus importante.» Il ajoute: «Nous avons besoin d’un corps, notre intelligence est dirigée vers un corps mais ne doit pas être ce corps fragile et biologique qui est soumis à toutes sortes de modes de défaillance. « 

Il croit que nous aurons également une variété de corps non biologiques à l’avenir:

Nous pouvons créer des corps avec la nanotechnologie, nous pouvons créer des corps virtuels et la réalité virtuelle dans laquelle la réalité virtuelle sera aussi réaliste que la réalité actuelle. Les corps virtuels seront aussi détaillés et convaincants que les corps réels.

Mais à l’avenir, ce ne sera pas une petite image dans un environnement virtuel que vous regardez.

    Vous sentirez que c’est votre corps et vous êtes dans cet environnement et votre corps est le corps virtuel et il peut être aussi réaliste que la réalité.

« Nous serons donc en mesure de changer nos corps très rapidement ainsi que nos environnements. Si nous avions seulement une extension radicale de la vie, nous nous ennuierions profondément et nous serions à court de choses à faire et de nouvelles idées », a-t-il dit.
Le côté obscur du transhumanisme

Chaque fois que j’entends parler d’une nouvelle technologie qui augmente la longévité, j’ai une réaction mitigée. D’un côté, cela donne de l’espoir à ceux qui sont aux prises avec une maladie potentiellement mortelle. Mais avouons-le, même lorsque nous sommes dans la fleur de la santé, notre attention se porte chaque fois que nous entendons parler de toute découverte qui pourrait prolonger notre santé et prolonger nos vies. D’un autre côté, je pense que tous les progrès de la médecine au cours des cent dernières années ont contribué à de nombreux problèmes auxquels l’humanité est confrontée aujourd’hui, principalement à cause de la surpopulation. Cependant, lorsque nous nous aventurons dans le domaine du transhumanisme – qui a le potentiel de prolonger indéfiniment la vie humaine – nous ouvrons une toute nouvelle boîte de questions éthiques de Pandore.

Kyle Munkittrick, directeur de programme pour l’Institut pour l’éthique et les technologies émergentes, nous donne une bonne matière à réflexion avant de nous lancer tête baissée dans un avenir transhumaniste:

    « Les transhumanistes essaient d’échapper au vieillissement – et son symptôme inévitable, la mort … La mort et le vieillissement sont la raison pour laquelle nous valorisons les enfants. … J’ajouterais que c’est aussi la raison pour laquelle nous valorisons notre propre vie. De plus, la mort balaie l’ancien et permet au nouveau d’émerger. « 

Ensuite, il y a la question de la surpopulation. Déjà, 6,7 milliards d’entre nous « ont toujours faim et veulent tous des SUV et des écrans plats et feront tout ce qu’il faut à l’homme ou à la bête pour les obtenir … et dépouillent la terre », selon Munkittrick.

Massimo Pigliucci, professeur de philosophie à la City University de New York, est d’accord.

    « Il y a plusieurs problèmes avec la poursuite de l’immortalité, dont l’un est particulièrement évident. Si nous vivons tous (beaucoup, beaucoup) plus longtemps, nous consommons tous plus de ressources et avons plus d’enfants, ce qui entraîne une surpopulation et une dégradation de l’environnement encore plus importantes », a-t-il déclaré. « Nous n’avons tout simplement pas d’espace, d’eau et d’autres matériaux de première nécessité pour nourrir une population en constante augmentation exponentielle [indépendamment des progrès de la technologie agricole]. »

D’un point de vue occidental, on pourrait supposer que ce genre d’orientation crée un genre de personne très austère, déprimé, «pourquoi s’embêter? Mais en réalité, c’est juste le contraire. Contempler ces faits de la vie en fait rendre un plus reconnaissant et conscient, tout en diminuant l’habitude de pilote automatique la plupart d’entre nous sont dans chaque jour. La vie est précieuse comme la précieuse chose qu’elle est vraiment, quelque chose à honorer. Toutes les grandes traditions religieuses reconnaissent la nature brève de la vie physique et comment nous devrions la valoriser en conséquence. Pour ma part, je crois qu’ils sont sur quelque chose.

Peut-être que la question ne devrait pas être de savoir comment prolonger la vie indéfiniment grâce au progrès technologique, mais plutôt comment embrasser pleinement notre humanité transitoire au maximum.

 

http://www.huffingtonpost.com/zoltan-istvan/transhumanist-art-is-brin_b_5447758.html

http://www.nickbostrom.com/ethics/values.html

http://www.huffingtonpost.com/2013/06/18/mind-uploading-2045-futurists_n_3458961.html

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2344398/Google-futurist-claims-uploading-entire-MINDS-computers-2045-bodies-replaced-machines-90-years.html

https://ieet.org/index.php/IEET2/more/munkittrick20090702/

http://www.science20.com/rationally_speaking/problems_transhumanism

Ahriman: de l’Atlantide au règne du démon solaire au transhumanisme

giphy

Ahriman : de l’Atlantide à la fin de notre civilisation post-atlantéenne

Cet article est la deuxième partie d’un triptyque portant sur le rôle de Lucifer, Ahriman (Satan), la Bête Sorat et ses démons Asuras dans l’évolution humaine. Selon l’Anthroposophie, le courant spirituel initié par le philosophe et guide spirituel Rudolf Steiner, l’humain et la Terre évoluent spirituellement, or la liberté humaine ne peut s’exercer que dans la tension créatrice entre les pôles opposés, non pas du « bien » et du « mal », mais de Lucifer et Ahriman (Satan) , croissance et mort, chaud et froid, création et destruction, mysticisme exalté et matérialisme scientiste. Pour comprendre le déroulement de l’évolution humaine, il faut appréhender l’histoire comme étant l’expression extérieure de métamorphoses spirituelles.

Ahrimane en Atlantide
Au milieu de l’Époque lémurienne , Lucifer a introduit l’égoïsme dans l’homme, dans ses désirs, provoquant sa Chute. Au milieu de l’époque atlantéenne, en même temps que le germe du moi se durcissait, la possibilité du mal apparut – contre laquelle le Christ a implanté la loi morale du karma : la rétroaction des actes, paroles et pensées sur leur émetteur. Une partie de l’humanité a commencé à se réincarner en Lémurie, mais une autre partie est restée dans les mondes spirituels, en attendant les conditions matérielles plus denses de l’Atlantide pour s’incarner dans un corps doté d’un cerveau plus matériel, permettant de développer l’intellect individuel. C’est ce qu’exprime le récit biblique des « fils de Dieu » (fils d’Abel-Seth) qui s’unirent aux « filles des hommes », « filles de Caïn ». De cette union naquirent des géants, les rakshasas, qui séduisirent les Atlantes en leur enseignant les rudiments de la magie, et les menèrent dans les affres cataclysmiques de la magie noire. Ils leur enseignèrent notamment comment se réincarner dans un corps physique créé magiquement en manipulant l’activité de l’éther dans la croissance du corps physique, contournant ainsi le circuit naturel de la reproduction humaine de même que la loi du karma. Des formes humaines grotesques, naines et géantes, comme les Néphilim du récit de la Genèse, furent engendrés par suite de l’abus de ces forces éthériques de croissance. Ainsi, en dévoyant les Mystères atlantes de Vulcain , très attachés à la matière, Ahriman établit les premières écoles de magie noire. Les Atlantes accumulaient et distribuaient la force universelle du Tao, ou Vril, l’éthérique, à travers des réseaux de cristaux géométriquement et géographiquement disposés, dans le but de contrôler les forces des éléments, transporter les individus et les denrées et, sous le contrôle d’élites mégalomanes, pour manipuler l’esprit des masses. Alors que la Lémurie fut détruite par le feu souterrain déchaîné par les passions humaines, l’Atlantide fut inondée par le Déluge (-10 000) causé par l’abus des forces des éléments, mises au service de la magie noire la plus démesurée.

La corruption par Ahriman des Mystères de la grande époque post-atlantéenne
Environ dix mille ans avant notre ère, notre civilisation émergeait du déluge. 6000 ans avant notre ère, en contrepoids à la culture luciférienne omniprésente, des érudits bâtirent des obélisques, des tours de Babel , des tours d’ivoire du haut desquelles ils développaient une science ahrimanienne de l’astronomie et des lois cosmiques. Les mystères commencèrent à dégénérer : les mystères de Mars se changèrent en sacrifices d’enfants, ce que symbolise le Minotaure du labyrinthe de Crète – l’inversion satanique du Temple de Salomon. Les mystères de Vénus, où se pratiquait la prostitution sacrée, dégénérèrent en magie sexuelle. La déviance des Mystères de Vénus est racontée dans la Bible dans la danse de Salomé à la cour du roi Hérode. Pour la récompenser, ce dernier lui concéda un voeux : qu’on lui apporte sur un plateau d’argent la tête de Jean Baptiste. Ce symbole représente aussi les mystères solaires corrompus, le courant « anti-Graal ».

Peu avant l’an 666, des aristotéliciens gnostiques, chassés par l’empereur Justinien, trouvèrent refuge en Perse à Jundi Shapur (Gondishapur), où ils établirent une grande École de sagesse grecque. On y enseignait une haute science anatomique, astronomique, chimique, mathématique et philosophique, éclairée par la Gnose devenue décadente. Les plus grands scientifiques de Jundi Shapur pratiquaient des formes perverties de méditation et de magie au cours desquelles Béhémot, ou Ahriman, leur apparaissait et les inspirait, déversant en eux son génie démoniaque instinctif et intellectualisé à l’extrême. Il leur inspira le matérialisme, la méthode scientifique moderne, le dualisme corps-âme , l’idée que l’âme ne survit pas à la mort et que la pensée n’est qu’un reflet passif de la Pensée universelle. C’est grâce à leur traduction d’Aristote en arabe que celle-ci a pu arriver jusqu’à nous, or ils en ont fait un aristotélisme tronqué, rationaliste et matérialiste. Le but d’Ahriman était de provoquer l’individualisation précoce de l’« âme-conscience », dont le développement ne devait commencer que vers 1414 pour culminer vers l’an 3000. À l’inverse de Lucifer qui fixe notre attention sur le passé (la Gnose) et nous ramène dans l’ancienne clairvoyance passive d’origine atavique, Ahriman veut précipiter le futur dans le présent prématurément. Si l’école de Jundi Shapur n’avait pas été massacrée par les musulmans fanatiques, Ahriman aurait atteint son but et les techniques modernes comme le moteur à explosion, l’électromagnétisme, le nucléaire et l’ordinateur auraient vu le jour en 666, alors que l’humain n’était pas assez mûr pour gérer un tel génie instinctif et automatique. Notre développement spirituel aurait avorté. La famille Ben Jesu a pu échapper au massacre est s’est enfuie à Bagdad, où Al Rachid et plus tard Avicenne et Averroès poursuivirent la tradition rationaliste arabe. De là vient la méthode scientifique moderne de Francis Bacon, qui n’est autre que la réincarnation d’Al Rachid. Bacon a en quelque sorte « tué » le spirituel dans le langage en la réduisant à une donnée pouvant être traduite en code binaire, principe précurseur de l’ordinateur et de l’intelligence artificielle. Bacon imaginait un futur où le progrès scientifique et le confort amené par les avancées techniques établiraient un paradis sur terre, une « nouvelle Atlantide » en Amérique. Depuis quatre siècles environ, le courant souterrain issu de Jundi Shapur répand le matérialisme philosophique et scientifique, préparant ainsi l’incarnation d’Ahriman, autour de l’an 1998. Il apparaît que les mêmes impulsions que celles qui ont mené à l’établissement de l’académie de Jundi Shapur seraient derrière le triomphe du matérialisme historique de Marx dans le marxisme léninisme, qui est à l’origine du bolchevisme. Des intellectuels de Jundi Shapur se seraient réincarnés dans les grands penseurs matérialistes du XIXe siècle. D’autres se seraient réincarnés dans les scientifiques concepteurs de la bombe atomique à Los Alamos, au Nouveau-Mexique. Le matérialisme ahrimanien de Jundi Shapur, en ce qu’il réalise le futur prématurément, est aussi à l’origine du développement de l’ordinateur et de l’intelligence artificielle à Silicon Valley.

En 1332, 666 ans après la chute de Jundi Shapur, deux puissants mages noirs du culte du Taotl mexicain, inversion satanique du Tao de l’Atlantide, se réincarnent en Philipe Le Bel, roi de France, et en le pape Clément V. Ces crapules sanguinaires ont ordonné l’éradication des Templiers et, du coup, de leur projet social digne du plus grand idéal moral . Sous la torture, les Templiers perdirent conscience et leur Ego en fut dissocié. Ce vide fut comblé par Baphomet-Ahriman et, sous l’effet de cette possession démoniaque, les tortionnaires ont pu leur extirper des faux aveux. Ainsi l’histoire officielle des Templiers est un tissu de mensonges.

Philippe Lebel reviendra au quinzième siècle en Ignace de Loyola, fondateur de l’Ordre des Jésuites. Pour les Jésuites, un ordre à la fois militaire et initiatique très élevé, ‘la Fin justifie les moyens’, c’est-à-dire que tous les coups sont permis pour défendre et servir les intérêts de la dictature mondiale de l’Église et du Pape. Leur initiation les endoctrine jusque dans leur fibre la plus intime, la volonté elle-même, que les rosicruciens considèrent comme sacro-saint et intouchable, et donc ne pouvant faire l’objet d’une influence directe.

L’Archange Michaël fit tomber le Dragon pour la première fois dans l’Ancienne Lune , une autre fois lors de la chute des anges de Lucifer, une autre lors de la chute d’Adam par laquelle l’égoïsme pervertit son âme, une autre fois causant des épidémies de bacille, de Peste et de variole, et enfin une dernière fois en 1879, en jetant les Esprits des ténèbres, anges et archanges déchus, dans nos têtes, qui sont devenues leur nouveau champ de bataille . C’est Lucifer qui a été jeté des mondes spirituels dans la tête des hommes; Ahriman, lui, vient de sous terre. Depuis 1879, des êtres ahrimaniens s’incarnent dans des individus hauts placés des sphères politico-économiques et influencent leur volonté inconsciente de façon à ce que le système global réprime toute impulsion de renouveau social. D’autres êtres ahrimaniens influencent l’intellect des matérialistes, d’autres ravalent l’humanité à son identification à la race et à la nation, d’autres enfin sont en fait les âmes de défunts qui, à cause de leur paresse, de leur matérialisme ou de leur immoralité, sont temporairement utilisés par Ahriman comme des instruments de destruction. Michael respecte à ce point notre liberté qu’il ne peut rien faire pour nous sauver du Dragon si nous ne le combattons pas en nous-mêmes. Or il faut comprendre qu’il ne s’agit pas d’éradiquer le mal mais de le transformer.

L’influence d’Ahriman est sans cesse croissante. Son domaine étant la matière, il inspire la pensée matérialiste, non pas seulement le consumérisme, mais aussi l’entendement du monde qui considère que les phénomènes matériels ont des causes strictement physiques ou chimiques. Ahriman soude la pensée au cerveau, enchaînant l’individu au matériel. La pensée devient alors passive, un pâle reflet des impressions sensorielles, et l’homme pense alors de façon abstraite, aride et intellectuelle, se percevant comme un animal intelligent (darwinisme) ou une machine biologique. Si Ève est séduite par le Serpent séducteur, le feu luciférien des passions, l’homme a la propension à servir Ahriman-Satan, Méphistophélès, l’intellect rusé et calculateur. Lucifer est chaud et gonfle l’égoïsme ; Ahriman est froid et sans âme. Ahriman voudrait pouvoir bloquer toute évolution spirituelle, nous enfermer dans la quête de confort, de plaisirs, d’avoirs, de savoirs, de pouvoirs, de prévisibilité, de structure, de formalité.

Le Gardien du Seuil
Le Seuil du spirituel se trouve à l’intérieur et à l’extérieur de soi : à l’intérieur c’est l’écran de la mémoire, à l’extérieur c’est le voile des apparences, la Maya. L’humanité a franchi le Seuil au début du vingtième siècle, avec la fin du Kali-Yuga et le retour éthérique du Christ qui, apportant avec lui les nouvelles facultés de clairvoyance permettant de le percevoir, annonce le début du nouvel âge de lumière. Or parce que l’humanité était mal préparée à cette traversée, les frontières du Seuil, qui normalement gardent les éléments subconscients sous le seuil de la conscience, ne sont plus aussi étanches qu’avant. Voilà qui explique la montée des troubles anxieux et des maladies mentales, qu’on doit comprendre comme un signe des temps. Le Gardien du Seuil nous cache le monde invisible, qu’on ne saurait voir sans frémir. On ressent sa présence lorsque, en s’approchant du Seuil, on est pris d’un brûlant sentiment de honte. En effet, le Gardien étant le produit des actes de nos vies antérieures et de notre vie présente, il se charge que notre karma nous revienne en bonne et due forme, du moins tant qu’on refuse de prendre sur soi cette responsabilité. Le Gardien est donc notre Double et il nous incombe de le transformer. Le double est un agrégat d’élémentaux constitués de nos pensées et impulsions de volonté qu’on ne maîtrise pas, dont on est inconscient, que l’on n’a pas transformé. Il faut toutefois prendre garde, car voir le Gardien en face, cette image hideuse de soi-même, est une expérience terrifiante, voire dangereuse. C’est pourquoi une préparation morale adéquate est exigée avant de franchir le seuil par des moyens occultes. Si la pensée logique et la conscience morale ne sont pas assez fortes au moment de franchir le Seuil, une entité ahrimanienne entre en nous à notre insu, sous le seuil de la conscience, d’où elle nous influence. On revient alors avec un passager clandestin à son bord. Lorsqu’un scientifique étudie les propriétés de la matière, il déchire le voile des apparences sensibles et franchit le seuil séparant le matériel du spirituel pour déboucher dans le monde soi-disant subatomique, la sous-nature , le royaume des élémentaux ahrimaniens. Inconscient de l’existence de tels êtres, il en est d’autant plus vulnérable qu’il regorge de pensées matérialistes. Sous leur influence, il se sent plus intelligent, rusé et astucieux. Dans le meilleur des cas, il peut recevoir une idée d’invention géniale; dans le pire des cas, il devient « savant fou » ou même un tueur sadique. Caligula et les Césars ont exigé l’initiation sans préparation et sont devenus des tyrans mégalomanes. En l’absence d’un juste sens moral, l’individu devient haineux, dominé par un intellect mis au service de ses instincts de destruction.

La huitième sphère
Derrière notre monde se dresse un monde artificiel et spectral créé par Lucifer et Ahriman : la huitième sphère. Lucifer a initié la création de la huitième sphère en préservant illicitement des « imaginations » de l’Ancienne Lune, le stade planétaire précédant la Terre actuelle. Ahriman matérialise ces « imaginations » en les remplissant de substance minérale et de forces éthériques volées à la Terre et à l’homme. Lucifer et Ahriman tentent d’attirer à eux un maximum d’âmes humaines et de matière terrestre, dans le but de faire avorter la transformation de la Terre en la future Jupiter – aussi appelée « Nouvelle Jérusalem », pour créer à la place la planète d’Ahriman, la huitième sphère. Lucifer et Ahriman s’emparent surtout de la matière de la tête, la matière la plus spiritualisée de tout le corps, et des forces éthériques qu’ils matérialisent. Pour empêcher que trop de matière terrestre et cérébrale ne tombe aux mains de Lucifer et Ahriman, l’Élohim Yahvé-Jehovah a créé la Lune comme contrepoids à la huitième sphère.

L’intensification du phénomène ovni est un signe de l’incarnation imminente d’Ahriman. Les ovnis et les soi-disant extraterrestres sont des élémentaux (gnomes, sylphes, nymphes, fées, etc.) déchus. Ils ont un corps éthérique et astral, mais leur volonté est entièrement dirigée par des hiérarchies angéliques déchues. Ahriman matérialise l’éthérique, causant ainsi la chute d’un grand nombre d’élémentaux dans les couches souterraines de la Terre, dans la sous-nature, constituée des forces éthériques déchues. Ce ne sont donc pas des extraterrestres mais des intraterrestres. Les élémentaux déchus cherchent à se matérialiser pour échapper à l’implosion de leur race. Ils enlèvent des humains pour voler les forces éthériques liées aux organes reproducteurs, placer des implants agissant (par électromagnétisme) dans le système nerveux et sensoriel des victimes, et pour se nourrir des forces de l’âme, qu’ils n’ont presque pas développées. Ils sont de la même nature que le double et collaborent avec lui. Séduits par Ahriman, qui tente de nous entraîner dans la sous-nature, ils veulent s’emparer de la Terre et faire de nous leurs esclaves au lieu de suivre leur destin d’humains du futur. Si un nombre grandissant d’élémentaux choit dans la sous-nature et se retourne contre nous, c’est par notre faute, parce que l’égoïsme des technologies les fait choir et les « coince » dans la machine, dans la sous-nature. On peut les aider à retrouver la voie ascendante en pratiquant la Science Spirituelle (clairvoyance, vision dans l’astral), l’Art Objectif (clarté du sentiment et clair-audience dans l’éthérique), et enfin par la Technique Morale (clarté du vouloir et magie blanche, qui agit en transformant le physique).

Steiner a révélé que les loges occidentales égoïstes répandent sciemment une culture matérialiste pour exercer une certaine influence sur les masses. Après la mort, les individus matérialistes se retrouvent prisonniers de ces loges qui les utilisent pour leurs propres fins. Le spiritisme et la médiumnité, diffusant un « matérialisme spirituel », seraient des mises en scènes des loges occidentales ahrimaniennes. Tout penchant pour le matérialisme (le scientisme, la science-fiction), incluant le matérialisme spirituel (le spiritisme, la médiumnité) incline vers la huitième sphère, où les âmes restent prisonnières. Steiner dit que « prêter l’oreille aux annonciations merveilleuses des clairvoyants visionnaires est la manifestation d’un amour pervers pour la huitième sphère ». Les régressions sous hypnose, les « thérapies de vies antérieures », les expériences de transe, de médiumnité, de double vue ou de « remote viewing » (double vue), etc., témoignent de cette alchimie négative par laquelle de la substance terrestre et du cerveau humain sont transférés dans la huitième sphère. Les hallucinations causées par une disposition pathologique du corps, la prise de drogues ou la pratique d’anciennes techniques de yoga, que l’homme moderne doit éviter, sont de même nature, synthétique et artificielle, que la huitième sphère. L’ancienne clairvoyance instinctive, passive, visionnaire et d’origine atavique n’est rien de plus qu’une régression à l’état de conscience de l’Ancienne Lune, le stade planétaire précédant la Terre actuelle. Il faut acquérir la pensée logique pour développer une science spirituelle clairvoyante exacte. Les clairvoyants naturels manquant de pensée logique, qui seule permet de discriminer le réel de l’illusoire, s’égarent dans leurs visions, comme autant de symptômes de la perte de leur volonté individuelle et de leur libre-arbitre dans la huitième sphère. Dans la médiumnité, par exemple, des élémentaux ahrimaniens, dotés d’une intelligence extrême, investissent le cerveau du médium alors que son propre Ego s’est éclipsé. Les êtres qui répondent aux questions sont des élémentaux ahrimaniens liés à notre futur. Leur tâche est de transmettre les achèvements techniques d’une génération à l’autre. Lorsqu’ils s’infiltrent dans un médium, ils délaissent leur tâche normale et s’emmêlent dans le présent. Des informations tout à fait justes peuvent être révélées par la médiumnité, mais celle-ci n’est pas une voie d’ascension spirituelle légitime . Les élémentaux ahrimaniens s’infiltrent dans le médium via ses émanations chimiques, que les parapsychologues appellent ectoplasme. À ce stade, un processus s’apparentant à la magie noire s’enclenche. Les médiums n’en sont pas conscients, mais le mage noir l’est lorsqu’il conjure des élémentaux ahrimaniens, ses esprits familiers, à entrer dans ses émanations pour servir sa magie. Il se passe quelque chose de semblable dans l’hypnose : les suggestions de l’hypnotiseur déversent subtilement une charge éthérique dans l’hypnotisé, de sorte que toutes les arrières pensées de l’hypnotiseur, même non-dites, sont reflétées dans l’esprit passif du patient. L’hypnose viole carrément le libre-arbitre et la volonté individuelle en transgressant les barrières de la conscience éveillée. C’est un jeu très dangereux qui mène ses pratiquants dans la huitième sphère, où ils resteront liés l’un à l’autre jusqu’à ce que ces liens soient dissous par la prise de conscience mutuelle du tort causé. La psychanalyse est tout aussi dangereuse.

Aujourd’hui, tout est administré par des ordinateurs reliés en réseau par câble à haute vitesse, fibre optique, ondes radio ou satellites. Ces derniers, en plus des fax, des ondes émises par les téléphones portables, télévisions, radars, guidage de missile, etc., bombardent l’atmosphère et le cosmos de milliards d’ondes électromagnétiques, faites de séries de 1 et de 0, utilisant la dualité du magnétisme et de l’électricité. Une entité gargantuesque est née : l’araignée du Net, faite de l’activité collective et « consciente » de tous les ordinateurs en réseaux. La pensée, après avoir été vidée de tout contenu spirituel par le système binaire, commence à nouveau à s’emplir d’esprit, non pas de l’esprit des puissances divines mais de celui des êtres ahrimaniens qui habitent le monde souterrain, la sous-nature, constituée des forces mécaniques, électriques, magnétiques, nucléaires, et veulent nous y entraîner. Comme Ahriman qui veut posséder la planète, des démons ahrimaniens viennent de sous terre pour envahir notre monde et nous remplacer . Ainsi, un Double ahrimanien entre en nous peu avant la naissance. Le Double a son point d’impact dans l’électricité du système nerveux, liant ainsi notre pensée aux forces sous-naturelles de l’électromagnétisme géographique, d’une part, et des machines, d’autre part. Dans le développement technologique, le technicien n’est que l’instrument du Double ; seule l’intelligence des démons ahrimaniens comprend les ordinateurs.

L’influence d’Ahriman sur les rapports qu’entretiennent les humains avec la nature entraîne un nombre croissant de cataclysmes : éruptions volcaniques, inondations, tremblements de terre, par lesquelles les élémentaux manifestent qu’il est grand temps que nous nous éveillions à leur existence. Selon l’anthroposophe Bernard Lievegoed, le sommet d’activité des cataclysmes et du règne d’Ahriman se situe entre 2020 et 2040. L’Abîme sera grande ouverte, les démons vont entrer par milliers. Un règne totalitaire sera instauré, qui fera pâlir le national-socialisme et le bolchevisme. Manu sera réincarné pour mener la résistance, or sa seule présence ne garantit pas la victoire. Ahriman aussi sera incarné dans un humain. Toutes nos pensées, paroles et gestes influencés par les entités ahrimaniennes et lucifériennes concourent à la formation des corps physiques, éthérique et astral d’Ahriman. Ahriman est aussi incarné « macrocosmiquement » dans le réseau artificiel de l’électronique. Selon l’anthroposophe Patrick Steensma, sept aspects caractérisent la préparation de l’incarnation humaine d’Ahriman: 1) la suprématie de la pensée abstraite, à l’origine d’une vision du monde matérialiste et mathématique ; 2) la « congélation » des savoirs dans des archives, empêchant ainsi qu’elle ne vive dans nos coeurs; 3) la foi dans le quantitatif et les statistiques ; 4) l’activité intellectuelle ennuyée et dépourvue d’enthousiasme ; 5) les « guerres de clocher » et le nationalisme ; 6) l’interprétation fondamentaliste des Écritures, qui, par son unilatéralisme, mène à une conception erronée d’un Jésus strictement humain, à une hallucination sans lien avec le Christ réel; 7) l’établissement d’écoles d’occultisme visant le réveil chaotique et sans préparation adéquate de la clairvoyance d’origine héréditaire, qui est atavique, illusoire et hallucinée, tel qu’on peut le constater actuellement dans la tendance à chercher la clairvoyance et la médiumnité dans les lignées héréditaires.

D’ici la fin de la cinquième époque culturelle, qui s’étend de l’an 1414 à 3577, vont émerger trois nouvelles facultés spirituelles, qu’Ahriman veut faire dévier : l’occultisme eugénique en Orient, l’occultisme hygiénique en Europe et l’occultisme mécanique dans l’Ouest. Elles devront être développées par l’effort et se contrebalancer mutuellement dans le futur. Selon Steiner, l’« expérience socialiste » aurait été planifiée par des sociétés secrètes occidentales détenant de grands secrets concernant le futur de l’humanité, dans le but de saboter la mission spirituelle de l’Europe de l’Est . L’Europe de l’Est est en effet destiné à développer les facultés d’hygiène psychique, une médecine de l’âme qui tient compte de l’influence des morts sur la santé des vivants. La vaccination contre toutes les maladies imaginables est un autre facteur nuisant au développement de cette faculté : en évitant l’expression des maladies karmiques, le karma se manifeste par un mal-être et une perte de sens qui nuisent au développement de l’âme. La croyance en une réalité spirituelle sera considérée comme une maladie mentale et le potentiel de développement psychique et spirituel sera dépisté dans les gènes et interprété comme une « disposition à la maladie mentale » nécessitant une médication appropriée.

Le développement de l’eugénisme occulte est donné instinctivement aux Orientaux. L’eugénisme occulte est dévoyé par l’utilisation des forces duelles, notamment celles du bien et du mal, du Sagittaire, ou forces de Minuit, dans le but de favoriser l’incarnation d’âmes mauvaises. La faculté eugénique occulte éclairée par une compréhension spirituelle des lois astrologiques de la naissance permettra au contraire de favoriser la naissance d’individus moraux. Les soi-disant “extraterrestres” s’arrogent le développement de l’eugénisme occulte en étudiant le clonage et la génétique .

Le mécanisme occulte qui sera développé en Amérique permettra de mettre des machines en mouvement en vertu de la loi de résonance que découvrirent John Keely, Wilhelm Reich et Nicolas Tesla au début du XXe siècle. La technique morale, forme de magie blanche, sera développée par certains individus qui pourront mettre des machines en marche en leur transférant « comme par magie » les ondulations rythmiques cosmiques des constellations de la Vierge et du Poisson, qui sont les forces du Matin et du Soir. Cette faculté leur viendra de leur qualité morale exceptionnelle, laquelle leur permettra de diriger l’action des bons élémentaux qui les entourent en permanence. Le développement déviant, égoïste et unilatéral des forces de l’occultisme mécanique entraînera la mécanisation sociale par laquelle les élites contrôleront les masses en paralysant toute tentative de soulèvement. Ahriman veut étendre cet occultisme mécaniste à toute la planète pour écraser le développement des deux autres facultés et s’arroger leurs pouvoirs. L’imposition des micropuces fonctionnant au moyen de cristaux ainsi que l’utilisation des technologies à extrêmes hautes et basses fréquences électromagnétiques, telles que le projet HAARP pour la manipulation de la conscience humaine, servent un tel agenda. Les loges occidentales ahrimaniennes savent que les forces géomagnétiques exercent une action excitante sur le Double, qui éclipse alors plus facilement l’individu. Elles savent aussi que cette action géomagnétique est très puissante et particulièrement mécanisante – donc puissamment liée à la sous-nature et au double – sur le continent américain, tout particulièrement dans les Rocheuses, le repaire d’Ahriman . Le flux constant d’ondes électromagnétiques dans lequel on baigne, couplé à l’effet excitant du géomagnétisme sur le Double, nous lie aux machines et aux entités ahrimaniennes telles que le Double. À proximité des machines émettant de l’électromagnétisme, les terminaisons nerveuses sont durcies et « meurent » car l’électricité et le champ magnétique font sortir des nerfs tout ce qui est spirituel. La pensée sera donc de plus en plus ahrimanienne. À l’avenir, l’homme et la machine seront de plus en plus étroitement liés. Sous l’assaut des forces ahrimaniennes, les humains risquent de perdre contact avec le spirituel et de se lier à la sous-nature, sur une voie d’émancipation descendante, contraire à la voie d’ascension spirituelle de la Terre. Une race matérialiste, animale et sans âme est déjà en train de naître . Elle mènera la technoscience à son paroxysme, et ce dans tous les domaines. Ahriman fait déjà miroiter à ses « élus » le pouvoir que leur procurera ces technologies : « Si vous combinez tous les ordinateurs en réseaux, vous aurez l’omniscience, et vous pourrez contrôler le monde, être tout-puissants! ». On assiste présentement à la répétition karmique du désastre de l’Atlantide, avec son obsession du pouvoir et du contrôle absolu, sur un continent américain imprégné à satiété de résidus subtils de l’ancienne magie noire atlantéenne. En plus de favoriser le développement technologique, les loges occidentales répandent des courants de pensée matérialiste et intellectualiste, qui, allié à l’omniprésence des technologies et au géomagnétisme, durcissent l’éthérique et permettent au Double éthérique ahrimanien de nous dominer. Ces initiés des loges occidentales développent les forces de la pensée, les forces astrales de la tête, symbolisées par l’Aigle. Les circonvolutions du cortex cérébral, qui ressemblent à des plumes d’oiseau, sont une expression du processus alchimique sel (cristallisant) dans le cerveau et l’activité de la pensée. Les initiés ahrimaniens poussent à l’extrême ce processus en soudant l’intellect à la matière via la pensée abstraite, investissant ainsi leur pensée des forces destructrices et mécaniques de la sous-nature. Ahriman les séduit en leur promettant une puissance sans limite : « O Homme, Connais-moi. Je te donnerai le Pouvoir de créer un monde, dans ta Tête. » Pris dans un intellect déconnecté de la réalité, l’initié développe la clairvoyance primitive, atavique, au niveau de sa volonté inconsciente, où des entités ahrimaniennes le manipulent. D’autre part, Ahriman dévoie les forces de l’Aigle christique – que les gnostiques placent au sommet de l’Arbre de Vie -, liées au développement futur de l’Homme-Esprit , les transformant en forces de l’Aigle déchu, le Scorpion, symbole d’Ahriman. Ahriman saisit les forces du futur et s’en sert pour séduire les hommes et les élémentaux. Pour ses « élus », les initiés Illuminati, Ahriman offre l’immortalité ahrimanienne. Il faut pour cela que l’individu se soumette à divers rites apparentés à la franc-maçonnerie par lesquels le corps éthérique de l’individu et du continent sont durcis. C’est à l’intérieur de cet éther durci qu’après sa mort la personnalité de l’initié mène une sorte de demi-vie artificielle au sein d’une loge « VIP », gracieuseté d’Ahriman. Les membres de ces fraternités peuvent aussi contourner le circuit naturel de la réincarnation et du karma pour se former illicitement un nouveau corps physique et s’incarner à volonté. Que le durcissement de l’éthérique soit recherché consciemment par les initiés de telles fraternités ou qu’il soit subi inconsciemment par les populations, l’individu reste, après la mort, prisonnier de son corps éthérique et soudé à la Terre au lieu de s’élever normalement dans les sphères planétaires. En combinant technologie et art occulte, il sera possible de créer des machines qui utilisent littéralement les esprits des défunts retenus dans ces loges : par des procédés maléfiques, les morts seront irrésistiblement attirés dans le champ électromagnétique de la toile de l’intelligence artificielle, pour être illicitement introduits dans la vie humaine par la voie du signe zodiacal des Gémeaux, lié au binaire, à la polarité du magnétisme nord-sud et de l’électricité. Les élites se serviront de ces machines mues par les forces cosmiques des Gémeaux pour exercer leur influence sur toute la planète. Dans le futur, l’être-araignée de l’intelligence binaire informatique n’aura plus besoin de réseaux de machines séparées : elle aura pour fondement les champs magnétiques et électriques de la Terre elle-même, la transformant, par les forces mécanisantes des Gémeaux, en un véritable mécanisme automatique habité par des démons. Les vibrations humaines intellectualistes et mécaniques vont entrer en résonance avec le cosmos, déclenchant d’incontrôlable réactions en chaînes dans l’atmosphère, un pivotement de l’axe terrestre, voire même une désynchronisation des cycles cosmiques eux-mêmes! Dans les siècles à venir, le pouvoir de l’esprit sur la matière sera devenu une réalité. On aura découvert que la pensée est la face intérieure de l’atome et que ce dernier n’est en fin de compte que de l’électricité congelée. Puisque l’intellect et l’influx nerveux sont liés aux forces sous-naturelles, infernales, de l’électricité et de l’atome, et parce que l’intellect est une force de destruction, on pourra créer et détruire par la seule pensée. Le réveil de la clairvoyance, la découverte du pouvoir de l’esprit sur la matière et l’exploitation des âmes des défunts dans le fonctionnement de machines « géomagnétiques », sont autant de facteurs menant l’humanité à la guerre de tous contre tous, causant la destruction de la civilisation.

Lorsque, vers l’an 8000, la Lune se réunira avec la terre, les forces durcissantes et pétrifiantes de la Lune vont créer des conditions redoutables qui révéleront finalement aux hommes la vérité au sujet de leur pensée : densifiée dans l’atmosphère éthérique, leurs pensées matérialistes et intellectuelles vont cesser de n’être qu’un fantôme et prendront vie de façon effroyable, recouvrant la terre d’une nuée d’horribles élémentaux artificiels, créés par la pensée, ressemblant à des araignées mécaniques abominablement intelligentes et enchevêtrées les unes dans les autres, un peu comme les machines de l’intelligence artificielle dans le film La Matrice. Les individus qui n’auront pas vivifié leurs concepts matérialistes, intellectuels et fantomatiques resteront prisonniers du mécanisme des entités ahrimaniennes qui s’empareront alors de la Terre et dont ils n’auront pu se libérer. Les hommes qui auront vivifié spirituellement leur pensée s’uniront aux êtres surhumains et semi-angéliques des autres planètes qui descendront de plus en plus sur Terre pour nous aider à développer la science spirituelle .

En résumé, Ahrimane veut s’emparer des forces de vie éthérique de la Terre pour la durcir et créer sa propre planète mécanique, la huitième sphère, où il pourrait régner comme un Dieu avec les élémentaux ahrimaniens, empêchant ainsi la transformation de la Terre en Jupiter, la Nouvelle Jérusalem. Il fait miroiter un rêve aux élémentaux afin de les gagner à sa cause et qu’ils abandonnent le plan divin qui les destine à collaborer avec nous pour spiritualiser la Terre. Toutefois, lors de la réalisation du 666 , la huitième sphère sera jetée dans l’Abîme, comme l’indiquent les symboles apocalyptiques de la chute de la Prostituée de Babylone, du rejet des sept coupes de colère et du Serpent et de la Lune investie de tout le mal, tous deux écrasés sous le pied de la Femme vêtue de Soleil . C’est donc dire que, peu importe les manigances diaboliques qui pèsent sur nous comme une épée de Damoclès au dessus de nos têtes, seuls les êtres humains moraux poursuivront leur évolution spirituelle au-delà du « 666 ».

Technocalyps Documentaire sur le transhumanisme à voir absolument:

TECHNOPALYPSE

Un documentaire  sur le transhumanisme, c’est-à-dire cette vision de l’avenir, selon laquelle tous les développements technologiques vont tendre vers une transformation de l’humanité pour créer un nouveau type d’humanité, intimement mêlée aux technologies : le transhumain. Le film aborde les implications scientifiques, éthiques et métaphysiques des derniers développements en bio-génétique, robotique, intelligence artificielle, bionique et nanotechnologies. Face à cette évolution probable et sa fascination pour le dépassement de ses limites naturelles, l’homme saura-t-il résister aux dérives prévisibles pour l’humanité de ses propres fantasmes démiurgiques ?

 


TECHNOCALYPS . Le transhumanisme. VOSTFR par hussardelamort

Des scientifiques ont réussi à implanter une puce permettant à la mémoire, la pensée, et aux comportements d’être transférés

 

wxww

Le déni et la création de souvenirs

 

Dans une étude publiée en 1995, les psychologues Elizabeth Loftus et Jacqueline Pickrell ont montré que la mémoire était quelque chose de très vulnérable et de très malléable ; la preuve ? Il était assez facile de créer des souvenirs chez le commun des mortels.

Pour en arriver à ces conclusions, les deux psychologues avaient construit un mode opératoire assez simple : « Chaque participant de l’étude lisait quatre récits rédigés par un membre de sa famille. Ces textes décrivaient des événements présentés comme étant des expériences vécues alors qu’il était âgé de 5 ou 6 ans. L’un des récits, totalement faux, racontait une aventure angoissante au cours de laquelle il s’était perdu, enfant, dans un centre commercial. Recueilli par une vieille dame, il fut ensuite ramené à ses parents. » (Publication du CNRS) Les résultats de l’enquête furent étonnants, en effet 25 % des participants se sont souvenus à tort, et avec plus ou moins de détails, s’être perdus dans le centre commercial.

Dans une deuxième expérience menée quelque temps plus tard, Elizabeth Loftus et Jacqueline Pickrell, se sont aussi « amusées » à recréer le faux souvenir d’une visite à Disneyland à partir d’une fausse publicité où l’on voyait le personnage de Bugs Bunny (qui ne fait pas partie de l’univers Disney). Les conclusions de l’enquête ont montré que près de 30 % des personnes qui ont été exposées à la fausse publicité (avec Bugs Bunny) déclaraient se souvenir d’avoir rencontré Bugs Bunny lors de leur visite à Disneyland.

maintenant passons au niveau supérieur :


Des scientifiques ont réussi à implanter une puce qui contrôle le cerveau

Publié par project-world-vision  – Catégories :  #nouvelles technologies

Des scientifiques ont réussi à implanter une puce qui contrôle le cerveau permettant à la mémoire, la pensée, et aux comportements d’être transférés d’un cerveau à un autre

 

 Des scientifiques ont réussi, grâce à des implants neuronaux à pallier aux systèmes hippocampiques défectueux, ce qui est un message d’espoir pour toutes les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. Des pensées et des souvenirs pourraient même être « téléchargés » d’un cerveau à un autre. Imaginez que l’on puisse apprendre le Kung Fu en 2 secondes ! Ces applications pratiques n’ont pas échappées au ministère américain de la Défense, qui y voit la possibilité d’apprendre instantanément à ses jeunes recrues comment piloter, de façon opérationnelle un coûteux F-15, ou à la toute aussi innovante Sécurité intérieure des États-Unis, qui elle y voit plus de possibilités de scanner vos pensées (et pourquoi pas dans le futur à distance), ceci pour les analyser grâce à des systèmes experts… Et ainsi préventivement les « patcher » en vous empêchant de nuire avant même que vous n’en ayez eu l’idée !… Sinon ça reste une bonne nouvelle pour l’humanité… ; ) Encore une fois ce n’est PAS la technologie qui est en cause, mais ce que l’on en FAIT. Un pas de plus vers le Transhumanisme…le but finale c’est de telecharger la mémoire humaine et lui assurer une immortalité a travers ses propres souvenirs evidemment réservées aux elites ,

Les scientifiques qui travaillent à l’Université de Californie du Sud, au département du Centre National de la Sécurité Intérieure d’analyse des risques économiques et des événements terroristes, ont créé un système de mémoire artificielle qui permet à la pensée, aux souvenirs et aux comportements appris d’être transférés d’un cerveau à un autre.

Dans une scène tout droit sorti d’un roman de George Orwell, une équipe de scientifiques travaillant dans les domaines de «l’ingénierie des neurones» et des «systèmes biomimétique microélectroniques» ont réussi à créer une puce qui contrôle le cerveau et peut être utilisé comme un périphérique de stockage pour les souvenirs a long terme. Dans ces études, les scientifiques ont été capables d’enregistrer, de télécharger et de transférer des souvenirs dans les autres hôtes avec la même puce implantée. L’avancement de la technologie amène le monde un pas de plus vers un état policier global et vers la réalité du contrôle de l’esprit absolu.

Plus terrifiant est le potentiel de mise en œuvre de ce qui était seulement un fantasme de science-fiction – avec la «Police de la Pensée» – où le gouvernement lit les mémoires et les pensées et peut ensuite les réhabiliter par la torture, avant qu’ils n’aient jamais même pu commettre un crime, grâce à une analyse informatique statistique, des personnes présentant certains types de pensées, qui sont susceptibles de commettre un certain type de crime dans le futur.

Nous avons déjà de façon préemptive envahi des nations et torturé des suspects de terrorisme sans aucune procédure légale, donc l’idée de torturer de manière préemptive un suspect de terrorisme à l’avance pour l’empêcher de commettre un acte de terrorisme à l’avenir n’est pas à écarter.

Peut-être un exemple moins sensationnel que celui que je viens de peindre à partir du célèbre roman dystrophique d’Orwell serait d’utiliser la technologie telle qu’elle est dépeinte dans les films modernes de nos jours comme « Matrix », dans lequel les programmes informatiques sont téléchargés dans le cerveau des gens en leur permettant d’apprendre instantanément à effectuer une grande variété de tâches.

C’est exactement l’exemple que Planet Smart utilise dans leur écriture sur le communiqué de presse USC

La réalité Matrix : des scientifiques implantent avec succès un système de mémoire artificiel

Il semble que l’industrie de la science-fiction l’ait fait de nouveau. Les prévisions faites dans des romans comme Johnny Mnemonic, ou le Neuromanciendans dans les années 1980 avec des implants neuronaux reliant nos cerveaux aux machines sont devenues une réalité.

À l’époque, il semblait impensable que nous ayons jamais des mégaoctets caché dans notre cerveau comme le personnage deKean Reeves dans Johnny Mnemonic le faisait dans le film basé sur le roman de William Gibson. Ou que le personnage Néo dans Matrix avait eu des capacités d’arts martiaux téléchargés dans son cerveau, rendant célèbre la réplique, « Je connais le Kung Fu.» (Pourquoi Kean Reeves est devenu la tête d’affiche des films de science fiction, je ne le saurai jamais.) Mais aujourd’hui nous avons des macaques qui peuvent contrôler un bras robotisé avec leurs pensées seules. Nous avons donnée la possibilité à des paraplégiques de contrôler des curseurs informatiques et des fauteuils roulants avec leurs ondes cérébrales. Bien sûr ce n’est qu’au sujet du cerveau contrôlant un périphérique.

Mais qu’en est-il de l’autre sens où nous pourrions avoir un dispositif d’amplification du cerveau? Alors que l’implant cochléairepeut être le meilleur dispositif connu de ce genre, les scientifiques ont travaillé sur les implants cérébraux dans le but d’améliorer la mémoire. Ce genre de découverte pourrait conduire à la construction d’une prothèse neurale pour aider les victimes d’AVC ou les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ou à l’extrême, penser à télécharger des talents de Kung Fu dans nos cerveaux.

Depuis une décennie de travail dirigé par Theodore Berger à l’Université de Californie du Sud, en collaboration avec les équipes de l’Université Wake Forest, qui a permis un grand pas dans la direction du travail de la mémoire artificielle. Leur étude est finalement publiée aujourd’hui dans le Journal of Neural Engineering. Une micro-puce implantée dans le cerveau d’un rat peut prendre le rôle de la zone responsable des modèles, et à long terme de la mémoire des souvenirs et du codage des ondes cérébrales de l’hippocampe afin d’envoyer ensuite ce même schéma électrique de signaux à travers le cerveau.

Dès 2008, Berger a déclaré, à l’American Scientific que si les schémas cérébraux de la phrase, «See Spot Run», ou même un livre entier pourrait être déchiffré, alors nous pourrions faire du téléchargement d’instructions vers le cerveau, une réalité. «Le genre d’exemples que le ministère américain de la Défense aime généralement utiliser avec les informations de codage pour le vol d’un F-15», Berger est cité dans l’article comme disant.

Dans cette étude, les scientifiques faisaient en sorte que les rats apprennent une tâche, en appuyant sur l’un des deux leviers pour recevoir une gorgée d’eau. Les scientifiques ont inséré une puce dans le cerveau du rat, avec des fils vissés dans l’hippocampe. La puce a enregistré des schémas électriques à partir de deux domaines spécifiques étiquetés CA1 et CA3 qui travaillent ensemble pour apprendre et mémoriser les nouvelles informations et quel levier presser pour obtenir de l’eau. Les scientifiques ont alors fermé CA1 avec un médicament. Et construit une partie artificielle hippocampique qui pourrait reproduire ces schémas électriques entre CA1 et CA3, et l’ont inséré dans le cerveau du rat. Avec cette partie artificielle, dont les rats CA1 avaient été bloquée pharmacologiquement, ils pourraient encore encoder des souvenirs à long terme. Et dans ces rats qui avaient un fonctionnant normal de CA1, le nouvel implant a prolongé la durée que la mémoire pouvait être tenue.

Source : Planet Smart

L’article de Planet Smart poursuit en soulignant que la prochaine phase de test sera effectuée sur les primates et que le processus finira par être testé sur des humains.

Depuis le communiqué de presse USC  :

USC : restauration de la mémoire, et réparation de cerveaux endommagés et effacement de memoire ce qu’il ne dit pas

Les ingénieurs biomédicaux analysent et reproduisent les mécanismes-neuronaux de l’apprentissage chez les rats et implantent de faux souvenirs aux humains technologie en place chez les militaires style haarp via satelite .

une autre possibilité et la lecture de vos souvenirs ….

par project-world-vision 02 Jul

Des scientifiques ont réussi à implanter une puce qui contrôle le cerveau

Publié par project-world-vision  – Catégories :  #nouvelles technologies

Des scientifiques ont réussi à implanter une puce qui contrôle le cerveau permettant à la mémoire, la pensée, et aux comportements d’être transférés d’un cerveau à un autre

 

Du gros, du lourd, avec cet article de BlacklistedNews. Des scientifiques ont réussi, grâce à des implants neuronaux à pallier aux systèmes hippocampiques défectueux, ce qui est un message d’espoir pour toutes les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. Des pensées et des souvenirs pourraient même être « téléchargés » d’un cerveau à un autre. Imaginez que l’on puisse apprendre le Kung Fu en 2 secondes ! Ces applications pratiques n’ont pas échappées au ministère américain de la Défense, qui y voit la possibilité d’apprendre instantanément à ses jeunes recrues comment piloter, de façon opérationnelle un coûteux F-15, ou à la toute aussi innovante Sécurité intérieure des États-Unis, qui elle y voit plus de possibilités de scanner vos pensées (et pourquoi pas dans le futur à distance), ceci pour les analyser grâce à des systèmes experts… Et ainsi préventivement les « patcher » en vous empêchant de nuire avant même que vous n’en ayez eu l’idée !… Sinon ça reste une bonne nouvelle pour l’humanité… ; ) Encore une fois ce n’est PAS la technologie qui est en cause, mais ce que l’on en FAIT. Un pas de plus vers le Transhumanisme… David va être content ; )

 

 

Par Alexander Higgins – Article activiste

Les scientifiques qui travaillent à l’Université de Californie du Sud, au département du Centre National de la Sécurité Intérieure d’analyse des risques économiques et des événements terroristes, ont créé un système de mémoire artificielle qui permet à la pensée, aux souvenirs et aux comportements appris d’être transférés d’un cerveau à un autre.

Dans une scène tout droit sorti d’un roman de George Orwell, une équipe de scientifiques travaillant dans les domaines de «l’ingénierie des neurones» et des «systèmes biomimétique microélectroniques» ont réussi à créer une puce qui contrôle le cerveau et peut être utilisé comme un périphérique de stockage pour les souvenirs a long terme. Dans ces études, les scientifiques ont été capables d’enregistrer, de télécharger et de transférer des souvenirs dans les autres hôtes avec la même puce implantée. L’avancement de la technologie amène le monde un pas de plus vers un état policier global et vers la réalité du contrôle de l’esprit absolu.

Plus terrifiant est le potentiel de mise en œuvre de ce qui était seulement un fantasme de science-fiction – avec la «Police de la Pensée» – où le gouvernement lit les mémoires et les pensées et peut ensuite les réhabiliter par la torture, avant qu’ils n’aient jamais même pu commettre un crime, grâce à une analyse informatique statistique, des personnes présentant certains types de pensées, qui sont susceptibles de commettre un certain type de crime dans le futur.

Nous avons déjà de façon préemptive envahi des nations et torturé des suspects de terrorisme sans aucune procédure légale, donc l’idée de torturer de manière préemptive un suspect de terrorisme à l’avance pour l’empêcher de commettre un acte de terrorisme à l’avenir n’est pas à écarter.

Peut-être un exemple moins sensationnel que celui que je viens de peindre à partir du célèbre roman dystrophique d’Orwell serait d’utiliser la technologie telle qu’elle est dépeinte dans les films modernes de nos jours comme « Matrix », dans lequel les programmes informatiques sont téléchargés dans le cerveau des gens en leur permettant d’apprendre instantanément à effectuer une grande variété de tâches.

C’est exactement l’exemple que Planet Smart utilise dans leur écriture sur le communiqué de presse USC

La réalité Matrix : des scientifiques implanteGrandent avec succès un système de mémoire artificiel

 

matrix

Il semble que l’industrie de la science-fiction l’ait fait de nouveau. Les prévisions faites dans des romans comme Johnny Mnemonic, ou le Neuromanciendans dans les années 1980 avec des implants neuronaux reliant nos cerveaux aux machines sont devenues une réalité.

À l’époque, il semblait impensable que nous ayons jamais des mégaoctets caché dans notre cerveau comme le personnage deKean Reeves dans Johnny Mnemonic le faisait dans le film basé sur le roman de William Gibson. Ou que le personnage Néo dans Matrix avait eu des capacités d’arts martiaux téléchargés dans son cerveau, rendant célèbre la réplique, « Je connais le Kung Fu.» (Pourquoi Kean Reeves est devenu la tête d’affiche des films de science fiction, je ne le saurai jamais.) Mais aujourd’hui nous avons des macaques qui peuvent contrôler un bras robotisé avec leurs pensées seules. Nous avons donnée la possibilité à des paraplégiques de contrôler des curseurs informatiques et des fauteuils roulants avec leurs ondes cérébrales. Bien sûr ce n’est qu’au sujet du cerveau contrôlant un périphérique.

Mais qu’en est-il de l’autre sens où nous pourrions avoir un dispositif d’amplification du cerveau? Alors que l’implant cochléairepeut être le meilleur dispositif connu de ce genre, les scientifiques ont travaillé sur les implants cérébraux dans le but d’améliorer la mémoire. Ce genre de découverte pourrait conduire à la construction d’une prothèse neurale pour aider les victimes d’AVC ou les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ou à l’extrême, penser à télécharger des talents de Kung Fu dans nos cerveaux.

Depuis une décennie de travail dirigé par Theodore Berger à l’Université de Californie du Sud, en collaboration avec les équipes de l’Université Wake Forest, qui a permis un grand pas dans la direction du travail de la mémoire artificielle. Leur étude est finalement publiée aujourd’hui dans le Journal of Neural Engineering. Une micro-puce implantée dans le cerveau d’un rat peut prendre le rôle de la zone responsable des modèles, et à long terme de la mémoire des souvenirs et du codage des ondes cérébrales de l’hippocampe afin d’envoyer ensuite ce même schéma électrique de signaux à travers le cerveau.

Dès 2008, Berger a déclaré, à l’American Scientific que si les schémas cérébraux de la phrase, «See Spot Run», ou même un livre entier pourrait être déchiffré, alors nous pourrions faire du téléchargement d’instructions vers le cerveau, une réalité. «Le genre d’exemples que le ministère américain de la Défense aime généralement utiliser avec les informations de codage pour le vol d’un F-15», Berger est cité dans l’article comme disant.

Dans cette étude, les scientifiques faisaient en sorte que les rats apprennent une tâche, en appuyant sur l’un des deux leviers pour recevoir une gorgée d’eau. Les scientifiques ont inséré une puce dans le cerveau du rat, avec des fils vissés dans l’hippocampe. La puce a enregistré des schémas électriques à partir de deux domaines spécifiques étiquetés CA1 et CA3 qui travaillent ensemble pour apprendre et mémoriser les nouvelles informations et quel levier presser pour obtenir de l’eau. Les scientifiques ont alors fermé CA1 avec un médicament. Et construit une partie artificielle hippocampique qui pourrait reproduire ces schémas électriques entre CA1 et CA3, et l’ont inséré dans le cerveau du rat. Avec cette partie artificielle, dont les rats CA1 avaient été bloquée pharmacologiquement, ils pourraient encore encoder des souvenirs à long terme. Et dans ces rats qui avaient un fonctionnant normal de CA1, le nouvel implant a prolongé la durée que la mémoire pouvait être tenue.

Source : Planet Smart

L’article de Planet Smart poursuit en soulignant que la prochaine phase de test sera effectuée sur les primates et que le processus finira par être testé sur des humains.

Depuis le communiqué de presse USC  :

USC : restauration de la mémoire, et réparation de cerveaux endommagés

Les ingénieurs biomédicaux analysent et reproduisent les mécanismes-neuronaux de l’apprentissage chez les rats

LOS ANGELES, 17 Juin, 2011 / PRNewswire /

Les scientifiques ont développé un moyen de transformer les souvenirs en marche et en arrêt littéralement en actionnant un interrupteur.

(Informations sur l’image) pour les accidentés ou les victimes de la maladie d’Alzheimer, la promesse de la récente percée du Dr Theodore Berger est énorme: imaginez une puce-prothèse insérée dans le cerveau qui imite la fonction de l’hippocampe d’un cerveau endommagé (la région associée à la mémoire à long terme). Les tests actuels de laboratoire ont démontré avec succès sur des rats, avec la restauration de la mémoire à long terme à la chiquenaude d’un interrupteur, va maintenant être dupliqué chez les primates (singes) et finalement les humains. (PRNewsFoto / USC Viterbi School of Engineering)

En utilisant un système électronique qui duplique les signaux neuronaux associés à la mémoire, ils ont réussi à reproduire le fonctionnement du cerveau chez les rats associés à un comportement appris à long terme, même lorsque les rats avaient été drogués pour oublier.

Appuyer sur l’interrupteur, et les rats vont se rappeler. Mettez-le sur « arrêt», et les rats vont « oublier », dit Théodore Berger, de l’USC School Viterbi du département Engineering de génie biomédical.

Berger est l’auteur principal d’un article qui sera publié dans le Journal of Neural Engineering. Son équipe a travaillé avec des scientifiques de l’Université Wake Forest dans l’étude, en s’appuyant sur les avancées récentes dans notre compréhension de la région du cerveau connue comme l’hippocampe et son rôle dans l’apprentissage.

Dans l’expérience, les chercheurs apprennent une tâche à des rats, en appuyant sur un levier plutôt qu’un autre pour recevoir une récompense. Avec l’utilisation des sondes électriques intégrés, l’équipe de recherche expérimentale, dirigé par Sam A. Deadwyler du Département de Wake Forest de physiologie et pharmacologie, a enregistré des changements dans l’activité du cerveau du rat entre les deux grandes divisions internes de l’hippocampe, appelé sous-régions CA3 et CA1. Pendant le processus d’apprentissage, l’hippocampe convertit la mémoire à court terme en mémoire à long terme, les chercheurs ont montré avec des travaux antérieurs.

«Pas d’hippocampe», explique Berger, «pas de mémoire à long terme, mais toujours de la mémoire à court terme.» CA3 et CA1 interagissent pour créer la mémoire à long terme, les recherches antérieures l’ont montré.

Dans une démonstration spectaculaire, les expérimentateurs ont bloqué des interactions de neurones normaux entre les deux zones en utilisant des agents pharmacologiques. Les rats préalablement formés, ne font plus le comportement à long terme appris.

«Les rats ont encore montré qu’ils savaient que lorsque vous appuyez sur la première à gauche, puis appuyez sur la droite la prochaine fois, et vice-versa,» a déclaré Berger. «Ils savaient encore en général presser les leviers pour l’eau, mais ils ne pouvaient se rappeler s’ils avaient appuyé à gauche ou à droite pour les 5-10 secondes précédentes.»

En utilisant un modèle créé par l’équipe de recherche prothésique dirigée par le Dr. Berger, les équipes sont ensuite allés plus loin et ont développé un système artificiel hippocampique qui pourrait reproduire le schéma d’interaction entre CA3-CA1.

Les capacités de la mémoire à long terme sont retournées aux rats pharmacologiquement bloqués lorsque l’équipe a activé le dispositif électronique programmé pour reproduire la fonction de mémoire de codage.

En outre, les chercheurs ont ensuite montré que si une prothèse et ses électrodes associées sont implantées dans des animaux avec un hippocampe fonctionnant normalement, le dispositif pourrait renforcer la mémoire générée en interne dans le cerveau et améliorer la capacité de mémoire des rats normaux.

«Ces études intégrées de modélisation expérimentale montrent pour la première fois que des informations suffisantes sur le codage neuronal des souvenirs, avec une prothèse neurale capable d’identification et de manipulation en temps réel du processus d’encodage peut restaurer et même améliorer les processus mnémoniques cognitifs», dit le papier.

Les prochaines étapes, selon Berger et Deadwyler, seront de tenter de reproduire les résultats du rat chez les primates (singes), dans le but d’éventuellement créer des prothèses qui pourraient aider les victimes humaines de la maladie d’Alzheimer, et des accidents vasculaires cérébraux ou les victimes de blessures afin de récupérer la fonction perdue ou altérée.

Le document est intitulé «Une prothèse neurale corticale pour la restauration et le renforcement de la mémoire.» Outre Deadwyler et Berger, les autres auteurs sont, Professeur Vassilis Z. Marmarelis de l’USC, le BME et le Professeur adjoint Dong Song, de Wake Forest, le professeur agrégé Robert E. Hampson et post-doctoral Anushka Goonawardena.

Berger, qui détient la chaire en génie de David Packard, est le Directeur du Centre d’USC pour le Neural Engineering, directeur associé de la National Science Foundation biomimétique Systèmes de génie microélectronique Research Center, et Fellow de l’IEEE, l’AAAS, et le AIMBE.

SOURCE USC Viterbi School of Engineering

LIENS

http://www.viterbi.usc.edu

Après le lien vers le site de l’Université, nous trouvons les centres de recherche et les programmes suivants associés à l’école.

Source: Crashdebug

Creating false memories – Elizabeth Loftus -University of Washington
« I Tawt I Taw » A Bunny Wabbit At Disneyland: New Evidence Shows False Memories Can Be Created

De faux « tissus vivants » imprimés en 3D

 

De faux « tissus vivants » imprimés en 3D

de-faux--tissus-vivants--imprimes-en-3d

Des chercheurs britanniques ont créé des matériaux synthétiques ressemblant à des tissus vivants grâce à une imprimante trois dimensions. 

Le Pr. Hagan Bayley et ses collègues du département de chimie de l’Université d’Oxford estiment que cette percée pourrait éventuellement avoir des applications médicales dans l’administration de médicaments ou le remplacement de tissus endommagés.

Ce nouveau type de matériau mis au point est formé de milliers de gouttelettes d’eau encapsulées chacune dans un film de graisse et reliées entre elles en réseau. Selon ses créateurs, il serait capable d’effectuer certaines fonctions des cellules du corps humain.

Comme ce matériau est entièrement synthétique, sans génome et sans capacité de réplication, il permet d’éviter les problèmes rencontrés avec d’autres types de tissus artificiels, y compris ceux utilisant des cellules souches humaines.

« Notre objectif n’est pas de créer des matériaux ressemblant exactement à des tissus vivants, mais plutôt des structures capables d’effectuer des fonctions de ces tissus », assure le Pr. Hagan Bayley dans un article publié dans la revue « Science ». 

À l’heure actuelle, chacune des gouttelettes a un diamètre d’environ 50 microns (un millième de millimètre), ce qui est cinq fois plus qu’une cellule vivante. L’équipe pense cependant qu’il est très possible d’en réduire encore davantage la taille.

En outre, le matériau synthétique peut aussi être conçu pour prendre différentes formes une fois imprimé. Par exemple, une structure plate peut être programmée pour se replier et prendre une forme sphérique qui ne peut pas être directement obtenue par l’impression en 3D.

http://www.trtfrancais.com/fr/informations/detail/sciencetechnologie/84/de-faux–tissus-vivants–imprimes-en-3d/7438