Zoom sur le laboratoire biologique mobile russe, déployé en Italie [VIDEO]

RussianhelptoItaly

Neuf avions de transport militaire Il-76 de l’aéroport de Chkalovsky participeront à l’opération. Ils déplaceront près de 100 virologues et épidémiologistes, et huit équipes médicales avec des dizaines d’équipements pour fournir une assistance dans la lutte contre le coronavirus (COVID-19) vers une base aérienne de l’armée de l’air italienne près de Rome.

Les livraisons seront effectuées par le biais du Ministère de la défense avec la participation d’avions des Forces aérospatiales russes

 

 

Les systèmes et fournitures déployés comprendront des équipements de protection, des systèmes mobiles basés sur KAMAZ pour la désinfection par aérosols des transports et du territoire, des équipements médicaux et autres.

 

CONSEIL: Une unité sanitaire et épidémiologique distincte de la brigade médicale de l’armée russe est conçue pour effectuer une reconnaissance médicale qualifiée et un ensemble de mesures sanitaires-hygiéniques et anti-épidémiques. L’unité comprend trois laboratoires sanitaires et épidémiologiques mobiles (un type «A» et deux types «B»), un peloton de lavage et de désinfection, et des escouades équipées de tâches distinctes comme la désinfection-dératisation et l’isolement en quarantaine. La capacité de l’unité en été est de 95 personnes par heure, en hiver – 48 personnes par heure.

L’équipe de réponse russe COVID-19 comprend des experts en défense contre les agents viraux qui ont combattu l’anthrax et la peste africaine.

« La plupart d’entre eux sont des experts de premier plan dans leur domaine, ils ont été directement impliqués dans l’élimination des flambées de peste porcine africaine, de l’anthrax, du développement d’un vaccin contre Ebola et des vaccins contre la peste », a déclaré le ministère russe de la Défense.

Le groupe est dirigé par le général de division Sergey Kikot . Il est un développeur et spécialiste de premier plan dans l’application des derniers exemples de systèmes de traitement spéciaux. Il a été chargé d’organiser le travail dans des conditions épidémiologiques difficiles de flambées d’ulcère gastro-duodénal et de liquidation des conséquences des inondations.

Le colonel Aleksey Smirnov est un épidémiologiste de premier plan et un candidat des sciences médicales. Il a été activement impliqué dans le développement d’un vaccin contre Ebola.

Le lieutenant-colonel Gennady Eremin  est un scientifique éminent du centre de recherche et un candidat en sciences médicales. Eremin est un expert dans le domaine de l’organisation et de l’emploi des mesures anti-épidémiologiques. Il a de l’expérience dans le traitement de maladies dangereuses telles que la peste porcine africaine et la fièvre aphteuse.

Le lieutenant-colonel Vyacheslav Kulish est un spécialiste du développement de la protection contre les agents biologiques de nature virale. Il a participé à la mise au point de médicaments et de vaccins contre la peste contre Ebola.

Le lieutenant-colonel Alexander Yumano v est professeur agrégé de l’Académie de médecine militaire. SM Kirova et un candidat des sciences médicales. Il a participé au déploiement d’un hôpital mobile en République de Guinée dans le cadre d’un programme international de lutte contre Ebola.

Photos partagées par les journalistes russes Alexandr Kots:

photo_2020-03-22_14-59-02-1024x668

photo_2020-03-22_14-59-06-1024x665

photo_2020-03-22_14-59-08-1024x677

photo_2020-03-22_14-59-13-1024x677

photo_2020-03-22_14-59-14-1024x660

Neuf avions de transport militaire Il-76 de l’aéroport de Chkalovsky participeront à l’opération. Ils déplaceront près de 100 virologues et épidémiologistes, et huit équipes médicales avec des dizaines de pièces d’équipement pour fournir une assistance dans la lutte contre le coronavirus (COVID-19) vers une base aérienne de l’armée de l’air italienne près de Rome. … L’équipe de réponse russe COVID-19 comprend des experts en défense contre les agents viraux qui ont combattu l’anthrax et la peste africaine.

REGARD SUR LE LABORATOIRE MOBILE BIOLOGIQUE DE RUSSIE, DÉPLOYÉ EN ITALIE

SUD

Les 23 et 24 mars, la Russie a envoyé 14 avions de transport militaire IL-76 en Italie, avec des experts médicaux, des virologues et du matériel pour aider à lutter contre le COVID-19.

Le personnel et l’équipement envoyés en Italie font partie des troupes de protection nucléaire, biologique et chimique des forces armées russes. Ce sont des forces spéciales conçues pour mener l’ensemble de mesures le plus complexe visant à réduire la perte d’associations et de formations des forces terrestres et à assurer leurs tâches de combat assignées pendant les opérations dans des conditions de contamination radioactive, chimique et biologique, ainsi qu’à améliorer leur capacité de survie et protection contre les armes de haute précision et autres.

photo_2020-03-24_09-24-28

La base de ces troupes est réalisée par des brigades distinctes multifonctionnelles , ayant dans leur composition des sous-unités capables d’exécuter toutes les activités. Leurs tâches comprennent:

  • identification et évaluation de l’environnement radiologique, chimique et biologique, des échelles et des effets des dommages causés aux objets dangereux sur les plans radiologique, chimique et biologique;
  • protection des formations et des unités contre les effets nucléaires des armes de destruction massive et la contamination radiologique, chimique et biologique;
  • réduire la visibilité des troupes et des installations;
  • reprise après sinistre (dommages) dans des objets dangereux sur les plans radiologique, chimique et biologique;
  • causant des pertes à l’ennemi en utilisant des moyens incendiaires à la flamme.

Les vidéos du chargement et du déchargement de l’IL-76 donnent un aperçu de ce qui était exactement envoyé en Italie.

La photographie ci-dessus montre le  complexe de modules mobiles multifonctionnels Supotnitskiy MV pour l’analyse de matériaux biologiques pathogènes (agents) .

Il s’agit d’  un complexe de modules mobiles multifonctionnels pour l’ analyse de matériaux biologiques pathogènes  (agents) (MKA PBA) et pour le soutien des décisions des groupes opérationnels du ministère de la Défense de la Russie en cas d’urgence biologique.

Il a été élaboré dans le cadre du programme cible fédéral «Le système national de sécurité chimique et biologique de la Fédération de Russie (2009-2013)».

Le développeur est OAO «NPO» Transkom »(PJSC« Association de recherche et de production «Transkom») ainsi que l’établissement budgétaire de l’État fédéral «48 Institut central de recherche scientifique» du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

Le complexe fournit un soutien vital à l’équipage pendant 14 jours et nuits de travail autonome. L’équipement du complexe lui permet d’identifier jusqu’à 25 agents de maladies infectieuses : peste, anthrax, morve, mélioïdose, choléra, typhoïde, brucellose, légionellose, tularémie, maladies à orthopoxvirus, fièvre Q, rage, fièvre de la vallée du Rift, encéphalite équine vénézuélienne , Fièvre de Marburg, fièvre Ebola, fièvre de Lassa, fièvre de Machupo, fièvre du Nil occidental, néphrite épidémique, fièvre hémorragique de Crimée-Congo, fièvre hémorragique de dengue, fièvre jaune, encéphalite japonaise et encéphalite à tiques.

En cas d’absence de bases opérationnelles stationnaires, MKA PBA peut fournir les exigences sanitaires et épidémiologiques SP 1.3.3118-13 «Travaux de sécurité avec les groupes de pathogénicité des micro-organismes I-II (danger)».

Le complexe peut révéler simultanément des agents biologiques pathogènes dans pas moins de 20 échantillons avec une probabilité de 0,95. La durée de l’analyse préliminaire et de l’évaluation de l’environnement biologique dans la zone d’urgence n’est pas inférieure à 15 minutes. La durée de vie présumée du complexe est de 12 ans.

Le complexe se compose de quatre composants (comme on peut le voir sur les photographies) et prévoit l’identification, l’identification et le typage génétique des agents pathogènes des maladies infectieuses particulièrement dangereuses et dangereuses.

Les quatre composantes sont les suivantes:

  • Module d’immunodosage enzymatique MIFA

MIFA

Son objectif est de réaliser la préparation des échantillons, l’analyse express préliminaire des échantillons biologiques et des échantillons d’objets environnementaux, l’analyse des agents biologiques pathogènes des groupes de pathogénicité I-II par ELISA, l’enrichissement des échantillons et le stockage sûr des échantillons conformément aux exigences des sanitaires. règles.

Selon la tâche, le module MIFA peut remplir ses fonctions à la fois dans le cadre du complexe MKA PBA et de manière autonome sans perte d’efficacité.

Le module MIFA est monté dans un corps de conteneur KK6.2 sur le châssis KamAZ-6350.

Structurellement, le module MIFA se compose de quatre compartiments:

  1. compartiment à bagages, qui abrite les moyens d’alimentation électrique, de ventilation, de climatisation et de chauffage;
  2. un compartiment «propre» pour recevoir les échantillons, les enregistrer et les transférer dans un compartiment conditionnellement «infectieux» via une passerelle de transfert pour la recherche. Dans le compartiment «propre», il y a des équipements pour contrôler et surveiller le fonctionnement des systèmes d’alimentation électrique, de ventilation et de chauffage;
  3. salle d’inspection sanitaire, comprenant un compartiment pour retirer (ranger) les vêtements (de travail) de tous les jours, une cabine de douche et un compartiment pour habiller les vêtements jetables;
  4. compartiment conditionnellement «infectieux» avec deux postes de travail pour la recherche.

Il est possible de faire fonctionner le module MIFA à la fois avec une installation au sol et depuis la plate-forme porteuse.

L’intérieur du module MIFA est le suivant:

Un examen plus approfondi du laboratoire biologique mobile russe, déployé en Italie

 

Un examen plus approfondi du laboratoire biologique mobile russe, déployé en Italie

 

Un examen plus approfondi du laboratoire biologique mobile russe, déployé en Italie

 

  • Module d’analyse et de génotypage par PCR

 

Son objectif est de réaliser la préparation des échantillons, l’analyse express préalable des échantillons biologiques et des échantillons d’objets environnementaux , l’analyse des groupes de pathogénicité du BPA I-II par PCR conformément aux exigences des règles sanitaires.

Selon la tâche, le module peut remplir ses fonctions à la fois dans le cadre du complexe MKA PBA et de manière autonome sans perte d’efficacité.

Le module est monté dans un corps de conteneur KK6.2 sur le châssis KamAZ-6350.

Structurellement, le module se compose de quatre compartiments:

  1. Le compartiment à bagages, qui abrite les moyens d’alimentation électrique, de ventilation, de climatisation et de chauffage;
  2. un compartiment «propre» pour recevoir les échantillons, leur enregistrement et leur transfert vers le compartiment conditionnellement «infectieux» via la passerelle de transfert pour la recherche. Dans le compartiment «propre», il y a des équipements pour contrôler et surveiller le fonctionnement des systèmes d’alimentation électrique, de ventilation et de chauffage;
  3. salle d’inspection sanitaire, comprenant un compartiment pour retirer (ranger) les vêtements (de travail) de tous les jours, une cabine de douche et un compartiment pour habiller les vêtements jetables;
  4. compartiment conditionnellement «infectieux» avec deux postes de travail pour la recherche.

Il peut également être exploité avec une installation au sol, ainsi qu’à partir de la plate-forme porteuse.

L’intérieur de la PCR est le suivant:

MOI2

PCR2

PCR3

 

  • Module de traitement des informations MOI

 

Son objet est l’organisation de réseaux de communication téléphonique automatique, de transmission de données, de communications radio et satellite sur le lieu de déploiement du complexe. Réaliser des prévisions et une évaluation préliminaires de la situation biologique dans la zone d’urgence. Collecte, synthèse, analyse des informations sur la situation biologique et leur transfert au groupe opérationnel du ministère de la Défense de Russie, le commandement (personnel supérieur) du siège de l’intervention d’urgence.

Selon la tâche, il peut fonctionner dans le cadre du complexe MKA PBA, ou de manière autonome.

Le module MOI peut également être utilisé comme centre de contrôle mobile pour le chef de l’armée des forces armées russes pour la défense des forces armées de la Fédération de Russie lors de la liquidation des urgences biologiques.

L’intérieur du MOI est le suivant:

 

MBR2

MIFA

MIFA2

 

 

  • Véhicule d’intelligence biologique MBR

MBR

 

Son objectif est d’assurer la collecte et la transmission d’informations sur la situation biologique. Reconnaissance biologique. Sélection d’échantillons biologiques à partir d’aérosols et d’objets environnementaux. Analyse express des échantillons prélevés par les méthodes de détection, ELISA, PCR (électrophorèse) et PCR-RV. Transport d’échantillons sélectionnés vers les modules MIFA et PGM pour leur analyse approfondie.

Il peut également fonctionner de manière autonome, sans faire partie du complexe MKA PBA.

Le véhicule MBR se compose de:

  1. Le compartiment technologique, qui abrite les communications, l’électricité, la ventilation, la climatisation et le chauffage;
  2. Le compartiment de travail, où se trouve l’équipement d’échantillonnage, teste la détection expresse du type d’agent pathogène dans l’échantillon natif par la méthode immunochimique et la PCR, les méthodes d’analyse PCR-RV, un ensemble d’outils d’analyse d’échantillons, un thermoconteneur, personnel équipement de protection, kit médical, ordinateur médical, type «Notebook», moyens techniques de désinfection, stock transportable de désinfectants.

Une station de radio VHF mobile est située dans la cabine du conducteur pour assurer la communication pendant le mouvement.

L’intérieur du MBR (et pas seulement) peut être vu ci-dessous:

 

Un Gouvernement Mondial par assentiment ou asservissement ?

 

wallpaper-pack-mortallity

 

Des journalistes  américains de la revue Monetary and Economic de mars 1993 ont révélé un document intitulé : « Un Gouvernement Mondial par assentiment ou asservissement ».

L’auteur est un dénommé Norman and Frence, ancien spécialiste d’affaires au Colorado Office of Economic Development, auteur aussi d’un manuel de planification financière. C’est également un ancien responsable des prêts, officier chef des opérations dans une compagnie d’investissement, et un expert notable dans le domaine de la finance et des investissements.

Monsieur Frence rapporte que « les pressions pour un Gouvernement Mondial se poursuivent depuis des siècles, mais jamais encore avons-nous atteint le degré dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. Des termes de l’ONU tels qu’autorité de loi, lois mondiales, sécurité collective, ordre mondial et nous ordre mondial, sont des noms de code qu’emploie l’Establishment International en référence à leur plan pour un Gouvernement Mondial unique.

« Dès 1945, devant le sous-comité des relations étrangères du sénat américain, le partisan d’un gouvernement mondial initié, J. P. Warburg établissait : « Nous aurons un Gouvernement Mondial que vous le vouliez ou non. La question est de savoir si le Gouvernement Mondial sera atteint par la raison ou par la force.

« Il y a ceux qui proposaient une approche étape par étape. Henry Morgan, ancien secrétaire trésorier du CFR parlait au nom de la plupart des initiés en disant : « Nous pouvons difficilement nous attendre à ce que l’Etat-nation devienne superflu de lui-même. Le but que nous devons plutôt viser est l’acceptation dans l’esprit de tous les élus responsables, qu’ils ne sont que les concierges d’une machine internationale en banqueroute qui devrait lentement être transformée en une nouvelle machine. »

Ceci a été rapporté en mars 1993. En mars 1994, ces gens de la Haute Finance Internationale viennent d’achever de mettre en marche la machine économique qui va permettre au niveau de tous les pays, l’instauration d’un nouvel ordre économique.

Ils ont donné un avertissement à un an d’intervalle, jour pour jour, heure pour heure, aux deux puissances FINANCIÈRES qui pourraient les gêner : les Etats-Unis et le Japon. Par quel moyen ? Par un tremblement de terre.

 

Monsieur Frence continue : « L’ingrédient qui est dans cette formule est de mettre en banqueroute financière la machine internationale ». En d’autres termes, après avoir endetté les Etats-Unis au-delà du raisonnable, ils veulent créer de pure pièce une crise économique extraordinaire qui contraigne les Etats, pour se sortir du paiement des intérêts de leurs dettes intérieures souscrites aux banquiers qui dirigent la Finance Internationale, à exécuter des coupes sombres dans leurs programmes sociaux afin de toucher directement les populations. Ceci contraindra (c’est fait en 1994) les Etats-Unis à se tourner vers le Fonds Monétaire International de l’ONU et de la Banque Mondiale, qui imposeront CETTE condition : que les pays emprunteurs abandonnent leur souveraineté étape par étape afin de cacher ce scénario aux peuples et électeurs ! (Voici les uniques raisons de Masstricht, du Gatt, du libre-échange, des accords de Schengen,…). On oblige(ra) alors ces pays à dépendre de l’ONU pour leur survie et donc des directives que l’ONU leur dictera.

Ce qui est surprenant est que cette stratégie a été mise de l’avant par la première société secrète penchant vers la conquête du monde : les Illuminatis. En effet, ce programme extrait d’une revue financière, rejoint l’article 4 du code des Illuminatis :

« … afin que les masses n’aient pas le temps de penser et de se rendre compte, leur esprit doit être orienté vers l’industrie et le commerce. Ainsi toutes les nations seront avalées par l’appât du gain, et dans cette course ils ne verront pas leur ennemi commun ». Nous avons là une explication de la flambée boursière des années 80 à février 1994.

 

C’est une stratégie politique tout à fait connue : absorber l’attention de quelqu’un sur un point précis tandis que l’on est en train de préparer autre chose. Comme nous sommes témoins de cette quête effrénée du profit dans l’industrie et du commerce, on ne se rend pas compte que les Etats sont dans un système financier en Banqueroute qui est sur le point de s’écrouler. L’ennemi commun est le système bancaire global central, donc le FMI qui détient tous les prêts, réalisant ainsi ce qui est prévu par les Illuminatis il y a quelques centaines d’années. L’article 6 du code des Illuminatis disait en effet :  » Nous, l’élite financière, allons bientôt entreprendre d’immenses monopoles, réservoirs de richesses colossales – actions, valeurs, fonds mutuels, rentes – sur lesquels des fortunes encore plus grandes – celles des masses – vont dépendre, à un tel point qu’ils tomberont jusqu’au fond avec les crédits des Etats le jour suivant l’écroulement politique ».

Donc, en arrivant à une crise économique majeure, qui ne touchera pas les institutions comme ce fut le cas dans les années trente, toutes les fortunes faites par les masses dans la spéculation, se retrouveront du jour au lendemain évaporées.

Dans ce mécanisme recherché par les architectes de l’ONU – les plus grands banquiers de la planète, – l’objectif à réaliser est que les nations et les populations à l’intérieur de ces nations, se retrouvent ruinées du jour au lendemain, en n’ayant plus aucune valeur financière. C’est de cette manière qu’il sera possible d’imposer un nouveau système. Pour accéder à ce nouveau système international, les gens devront accepter l’implantation d’un MICRO CHIP BIOLOGIQUE D’IDENTIFICATION INTERNATIONALE, sinon ils ne pourront ni acheter, ni vendre au niveau national comme au niveau international [c’est simple comme bonjour !].

Il faut bien comprendre que l’objectif n’est pas de ruiner les entreprises, mais de ruiner les Etats et les populations ! L’écroulement économique planifié a été utilisé maintes fois à une petite échelle pour prendre le contrôle d’un pays. Mais maintenant la grande finale [c’est la lutte finale de l’internationale !…] est en préparation. Ils connaissent, grâce à certains pays qui ont subi cette thérapie de chaos, quelles seront les réactions futures des populations occidentales et américaines. Aujourd’hui, aidés par la technologie actuelle et les ordinateurs, ils sont capables de fabriquer de toutes pièces le complot d’une grande crise économique, sans que les institutions financières, les grandes corporations comme les multinationales, s’effondrent.

On tentera de faire croire à leur effondrement afin de précipiter la débâcle boursière, mais ce sera faux.

 

Comme les économies des pays sont en train de s’effondrer lentement à cause des dettes fabriquées et des intérêts ) rembourser [cf. Charles Gave, « Des lions menés par des ânes », chez Robert Laffont], les élus de ces pays se verront incapables de résoudre le problème. Le complot est mené de telle manière que les élus politiques déduiront – avant l’implosion – qu’ils seront perçus eux-mêmes comme étant les responsables de la faillite des Etats. Les élus perdant leur pouvoir par l’incapacité humaine de résoudre ce problème insoluble sans rejeter l’ensemble du système, seront condamnés à se tourner vers l’ONU [et le tour est joué !], à défaut d’être déposés par le peuple. L’ONU exigera leur assimilation aux directives élaborées par les Initiés du Gouvernement Mondial. Tout ceci sera FINI en mars 1995… Ces élus multiplie(ront) et augmente(ront) la fréquence de la crise par l’augmentation des coupures aux niveau social. S’en suivront des crises mondiales, des violences à l’échelle internationale.

 

Les élus nationaux devront admettre l’ouverture de leurs frontières à l’immigration, la mobilité de la main d’œuvre. Ce sera l’aboutissement des conséquences du libre-échange à tous les niveaux : la disparition des frontières nationales !

L’objectif étant, bien sûr ! d’augmenter les tensions intérieures entre les différentes ethnies et religions, de sorte que les pays en viennent à perdre le contrôle de leur sécurité intérieure. L’exemple chirurgical récemment dévoilé par l’ONU en Yougoslavie accrédite la réalisation de ce scénario dans quelques pays qui soient.

Finalement les populations se retourneront vers l’ONU. Elles supplieront de faire quelque chose au niveau international. D’ailleurs, tout a été fait au cours des dernières années pour inciter les gens à reconnaître que l’intervention de l’ONU évitait aux nations d’entrer elles-mêmes dans des guerres terribles. La fabrication de toutes pièces de conflits en augmentant les tensions sociales, a rendu les gens serviles à ce genre de démarches et d’aveuglement sur les intentions réelles des tireurs de ficelles de la secte onusienne. Cela fait partie d’une stratégie dialectique développée par des philosophes au XVIIIe siècle.

 

Il y a là aussi une autre démarche visant à affranchir les Etats encore christianisés sur le plan de leur sécurité intérieure.

En effet, pendant que les Etats sont affaiblis économiquement, socialement et sur le plan ethnique, les conflits créés géostratégiquement [sic] en différents points du globe – mais toujours loin des pays occidentaux, – ont permis à l’ONU d’envoyer des forces multinationales composées des soldats appartenant aux pays visés selon le plan exposé plus haut.

L’avancé du plan est d’ailleurs effectuée en parallèle avec la multiplication des conflits exigeant l’envoi de troupes multinationales. Vous remarquerez ainsi que la situation sociale se désagrège en France alors que nos troupes d’élite sont envoyées en Somalie, au Rwanda, en Yougoslavie… Evoquant la Somalie, on relèvera que la situation a été rendue explosive MAINTENANT grâce à la complicité des organisations supranationales, telle l’OMS.

Depuis la guerre du Golfe les conflits éclatent les uns après les autres, requérant la présence de troupes sans cesse renouvelées, tandis que le plan suit son cours et que les pays occidentaux sont vidés de leurs forces militaires… C’est pourquoi j’avais employé l’expression d’ « Etincelle » dans mon premier ouvrage.

 

Il est aussi à remarquer que les forces américaines sont dispersées un peu partout dans le monde, faisant partie de la nouvelle force de police planétaire sous le contrôle de l’ONU.

Les grandes lignes de ce transfert des forces militaires américaines et européennes se trouvent dans le programme « Freedom from War » qui démontre ce qui se passe.

Le programme des Etats-Unis pour un désarmement complet et général dans un monde pacifique établi par le président Kennedy – publication 72/77 du Département d’Etat qui devait s’effectuer en trois phases – propose en phase deux : « La force de paix de l’ONU sera établie et renforcée progressivement à partir du matériel militaire américain ».

Cette phase deux est précisément le stade où nous nous trouvions en 1994. C’est-à-dire sans que personne s’en rende compte, la majeure partie des forces militaires et des installations militaires américaines, sont en train de passer lentement sous le contrôle des Nations Unies au niveau international – comme des bases militaires, – et non plus comme c’était le cas auparavant au profit d’une seule nation qui était les Etats-Unis.

Soyez assurés que le désarmement militaire progressif contrôlé continuera jusqu’au point où aucun Etat – incluant les Etats-Unis – ne possédera la force militaire nécessaire pour s’opposer et défier l’autorité progressivement renforcée de l’ONU.

Au train actuel, c’est un fait que les forces militaires placées sous le contrôle de l’ONU – même les Etats-Unis en tant que nation – n’auront plus de force militaire propre pour s’opposer à l’ONU.

Le résultat est que chaque pays subira et exécutera les ukases de l’ONU par crainte des forces multinationales. La dispersion planifiée des forces américaines aux quatre coins du monde et les coupures dans le budget de la défense rendant ce plan quasiment achevé.

 

En même temps qu’est organisé internationalement la chute de l’économie, on constitue une nouvelle une nouvelle force de police nationale à travers l’Amérique et une nouvelle force de police militaire internationale. 

 

 

El Hierro Tsunami campagne de peur pour coller avec une cabale apocalyptique imprimée sur un billet de 100$

el hiero tsunami rusty james


Les médias grand public et les spécialistes de propagande History Channel et National Geographic aimeraient vous faire frémir avec  des mots îles Canaries Volcan Tsunami :

Jetez un oeil comment The Weather Channel et sites Weather Underground faux rapports ci-dessous , LIVE :
 ces sites ont été acheté en 2012 par 2013 Les Rothschild ) .

Les récents tremblement de terre du 27 decembre révélent une signature qui n’est pas celle d’une activité sismique naturelle mais celle d’une explosion atomique

Très grandesafe_image

Screen-Shot-2013-12-28-at-00de plus de nombreux témoins rapportent qu’ils ont vu deux flash de lumière intense avant l’eruption du volcan.Donc, voici des infos  typiques de ce que les Rothschild voudrais que vous acceptiez  sur les  îles Canaries :

les sites qui préparent les esprits a une possibilité d’une catastrophe mondiale avec el hierro ne sont pas si innocent que çà rien qu’à voir le titre El Hierro Island’s Volcano: Ash Reaches El Salvador Capital du site  en question http://www.weather.com/news/el-hierro-island-canary-islands-volcano-eruption-20131228

http://www.wunderground.com/news/el-hierro-island-canary-islands-volcano-eruption-20131228

il est clair que el hierro en s’effondrant dans la mer créerait un^tsunami qui frapperait la cote est des etats unis avec une vague de 300 m de haut ainsi l’ordo ab chaos permettrait de mettre les survivants sous le dictat de militaire et de la loi martial.

le plan de tous les évènements sont imprimés sur toutes les coupures de billet de dollar ainsi que une explosion nucleaire aux usa et la chute de el hiero dans la mer comme le demontre cette videos

Ce qu’il faut savoir sur le « shutdown » du gouvernement américain

 

shutdown-usa

Amérique du Nord

Publié le 7/10/2013

Vous entendez parler du shutdown du gouvernement américain sans savoir ce qu’est cette suspension temporaire des activités fédérales ? Voici l’essentiel à savoir.

Par Pascal Dray.

À quoi correspond cette procédure du shutdown ?

Tout d’abord, il faut savoir que cette procédure a toujours été utilisée dans le cadre de stratégie dite politicienne. C’est soit le parti républicain, soit le parti démocrate qui déclenche cette procédure. Le Congrès aux États-Unis (à peu près l’équivalent de l’Assemblée nationale) est composé de la chambre des représentants et du sénat. Le Sénat est, lui, composé de 100 sénateurs et la chambre des représentants de 435 représentants.

« Le Congrès américain est chargé d’élaborer, de discuter et de voter les lois. Il exerce également un pouvoir sur le budget fédéral des États-Unis, le commerce et la défense du pays. Le Congrès peut soumettre des amendements à la Constitution. Il peut enfin lancer une procédure d’impeachment pour mettre en accusation le président ; un haut fonctionnaire ou un juge. Le Sénat américain représente les États et la politique nationale, alors que la Chambre s’occupe des problèmes de la vie quotidienne des citoyens. L’un n’est pas supérieur à l’autre. Les deux assemblées doivent travailler en coordination ».

Dans le cadre de la procédure de « shut down » déclenchée le 1er  octobre 2013, il y a désaccord sur le financement de la loi dite Obamacare, une loi pour mettre en place aux États-Unis l’équivalent de notre Sécurité sociale. Les républicains soutiennent qu’il n’est pas possible de financer à ce jour la loi dite Obamacare et demandent de reporter son application et son financement en septembre 2014. Les républicains s’appuient sur la situation économique préoccupante du niveau d’endettement américain qui serait fortement alourdi si le financement de l’Obamacare était déclenché aujourd’hui.

Blocage budgétaire et services minimaux

Dans la pratique, les fonctionnaires fédéraux des services non régaliens sont priés de rester chez eux jusqu’au déblocage budgétaire. Les services de police, de justice et d’armée sont assurés, mais du fait d’un blocage dans le processus d’autorisations budgétaires les autres fonctionnaires ne doivent pas travailler.

Depuis 1960, 18 (17+1) procédures de « shut down » ont été déclenchées. La première a été déclenchée sous la présidence de G. Ford, président républicain en 1976. Le Congrès était majoritairement démocrate. Le président mit son véto à un programme lié au département du travail. Ce premier « shut down » s’étala du 30 septembre au 11 octobre. Sous Carter, démocrate avec un congrès démocrate, 5 procédures furent initiées. La plus longue dura 18 jours et concernait le programme Medicaid et le financement d’une centrale nucléaire.

Sous Reagan, républicain où le Sénat était républicain de 1981 à 1986, 9 procédures furent déclenchées. La plus longue dura trois jours. Sous G.H.W Bush (le père), une procédure fut déclenchée. Sous Clinton, 2 procédures furent déclenchées dont la plus longue dura 21 jours et qui concernait la présentation des comptes sur 7 ans, mais avec un budget émanant du département du Budget au Congrès plutôt qu’un budget du département du budget du président. Finalement, un compromis fut trouvé sur le budget.

Depuis le 1er octobre 2013, une nouvelle procédure de « shut-down » vient d’être déclenchée ; elle concerne le déblocage d’un budget pour la mise en œuvre de la loi dite Obamacare. Il s’agit en fait d’un programme dit de protection sociale qui concernerait tous les Américains.

Compte tenu de l’endettement américain qui dépasse 100 % du PIB, les membres républicains de la chambre des représentants ont demandé aux sénateurs et représentants de reporter le financement de la loi sur le système de santé à septembre 2014. Le président américain dénonce ce blocage, mais comme nous l’avons vu celui-ci n’est pas le premier et certainement pas le dernier. Nous ne savons pas combien de temps pourra durer ce « shut down ».

Un calendrier risqué

Si cette procédure dure plus de 15 jours, une autre date butoir risque de déboucher sur une nouvelle incertitude. Cette date, c’est la date de relèvement du plafond de la dette. Si celui-ci n’est pas relevé, alors les États-Unis seront déclarés en « cessation de paiement ». C’est donc la conjonction de ces deux procédures, « shut-down » et relèvement du plafond de la dette, qui constitue un risque majeur pour les États-Unis, mais aussi pour l’économie mondiale.

En effet, comme la Réserve fédérale a injecté des liquidités depuis la crise de 2008, cette politique laxiste pourrait, si le pire se produisait à savoir que le plafond de la dette n’est pas relevé, conduire à une chute considérable du dollar avec toutes les conséquences en cascade sur les marchés financiers et sur l’économie mondiale (très forte hausse du prix des matières premières, hyperinflation, faillites d’entreprises en cascade, etc.). Évidemment, il existe des solutions que j’ai déjà évoquées dans un article sur Le Cercle Les Échos.

Sortir de l’impasse

Aujourd’hui, les politiques budgétaires et monétaires inspirées par les keynésiens et les monétaristes nous ont menés dans une impasse économique. Plus de croissance et un endettement public devenu la pierre d’angle du système économique. Pour lever les incertitudes liées à ces politiques, pour le moins hasardeuses, il est grand temps de revenir à des principes d’orthodoxie budgétaire et à la mise en place d’un vrai système monétaire reposant sur le libre échange, la division du travail et la spécialisation.

Libérons donc le système et sortons de l’impasse interventionniste !

//www.contrepoints.org/?p=141666

L’ADMINISTRATION US MET EN PLACE UN SITE ANTI-MOUVEMENT POUR LA VÉRITÉ

americagov-anticonspis

La propagande des Etats ne connait plus « guerre » de limites, et c’est dans ce contexte désormais assumé que l’Administration US (formée des élites néo-mondialistes et des services secrets atlantistes principalement) vient de mettre en place un site visant à discréditer le Mouvement pour la Vérité.

Dans un site internet dédié, on y voit les principaux dossiers brûlants soulevés par le Mouvement pour la Vérité discrédités, mélangés avec des sujets secondaires et peu sérieux, et tournés en dérision par le Département d’Etat US…

C’est d’ailleurs avec les mêmes arguments que les médias alignés, les groupuscules infiltrés et les idiots utiles reprennent à leurs compte la propagande des élites étas-uniennes, comme on peut le lire par exemple dans la presse officielle, mais aussi sur des site anti-conspis ou sur des « observatoires » anti-conspirationnistes…

Tous ces sites « anti-conspis » s’alimentent en propagande auprès des Etats-Unis, et beaucoup de ces sites, quand ils ne revendiquent pas ouvertement leur allégeance aux élites atlantistes, sont soit hébergés et administrés depuis les Etats-Unis, soit dirigés par des Young Leaders (pro-USA), soit fricotent avec les think tanks atlantistes.

Désormais, lorsque vous verrez des sites anti-conspirationnistes et des idiots utiles traiter le Mouvement pour la Vérité de « Théoriciens du Complot », pensez à leur rappeler la source de leur propagande bien rodée et à poster le lien internet qui s’impose : http://www.america.gov/conspiracy_theories.html

Au moins en donnant précisément les liens et les sources d’inspiration de l’idéologie anti-conspi qui tend à se développer dans les médias alignés et sur le net, les choses auront le mérite d’être claires !