Histoire secrète du SIDA deuxieme partie

 

Lettre-de-Jean-Jacques-Crèvecoeur-sur-la-vaccination-620x350Très grande

 

Cet article vient compléter celui publié sur de nombreux médias citoyens cette semaine. Le sujet peu sembler vu et revu depuis des années et pourtant, en constatant le doute qui persiste chez beaucoup de lecteurs, il convient de creuser le sujet afin de démêler le vrai du faux. Officiellement, la médecine indique que le SIDA, ayant officiellement causé 28 millions de morts à ce jour, proviendrait du virus d’immunodéficience humaine (VIH). Certaines théories indiquent quand à elles qu’aucun virus VIH n’a jamais été détecté chez un malade du SIDA et d’autres qu’il s’agit d’un virus crée en laboratoire. Tout cela n’est pas très clair. Alors qu’en est-il vraiment? Cet article retranscrit essentiellement les recherches du Dr Boyd Graves s’étant penché réellement sur la question sans passer par le prisme de la pensée unique.state

Une vidéo du Dr Horrowitz et divers documents déclassifiés du gouvernement viennent confirmer ses dires. Le Dr Graves décédera le 18 Juin 2009 d’une infection par la bactérie Escheria Coli. Les plaintes en justices engagés contre le gouvernement des Etats-Unis ont été à chaque fois étouffées. (voir l’organigramme plus en détail). organigramme VIH Pour les sceptiques qui penseraient que ce sont de faux documents, vous trouverez ici un ensemble de 5000 pages de documents du congrès déclassifiés qui montrent que ce sont des documents originaux. Ils parlent précisément des armes biochimiques US (l’aspartame y serait d’ailleurs mentionné). L’histoire du développement du SIDA Le Dr Boyd E. Graves 28 septembre 2002 Extrait du livre «State Origin: The Evidence of theLaboratory Birth of AIDS » « La véritable histoire de l’origine du sida peut être retracée tout au long du 20ème siècle en commençant par 1878. Le 29 Avril de cette année les Etats-Unis ont adopté une «Loi fédérale de quarantaine ». Les Etats-Unis ont fait un effort significatif pour enquêter sur les «causes» des épidémies. En 1887, l’effort a été renforcée grâce au «Laboratoire d’hygiène ».

kinyounphoto_lg

Ce laboratoire était dirigé par le Dr Joseph J. Kinyoun, un raciste pur et dur, qui servait l’idéologie eugéniste. Deux ans plus tard, en 1889, nous avons pu identifier les « mycoplasmes », un agent transmissible, qui est maintenant considéré comme étant le cœur des maladies humaines, y compris le SIDA. En 1893, nous avons renforcé la Loi fédérale sur la quarantaine et tout à coup il y a eu une explosion de la polio. En 1898, nous savions que nous pourrions utiliser des mycoplasmes pour provoquer des épidémies, parce que nous étions en mesure de le faire chez les bovins et dans les plants de tabac. En 1899, le Congrès américain a commencé à étudier la lèpre aux Etats-Unis. En 1902, nous avons organisé une « observatoire d’évolution expérimentale » et avons pu identifier les maladies de nature ethnique. En 1904, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les chevaux. En 1910, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les volailles. En 1917, nous avons formé la «Fédération de la Société Américaine pour la Biologie Expérimentale» (FASEB). En 1918, le virus de la grippe tue des millions de gens sans crier gare. C’était un virus de la grippe modifié avec un mycoplasme aviaire pour laquelle les primates humains n’avaient aucune « immunité acquise ». En 1921, le théoricien de l’eugénisme Bertrand Russell, soutient publiquement la «nécessité d’organiser des « fléaux » contre la population noire. En 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains et expérimentons le SIDA sur les moutons. En 1935, nous apprenons que l’on pourrait cristalliser le mycoplasme du tabac et qu’il resterait infectieux. En 1943, nous commençons notre programme de guerre biologique.

Peu de temps après, nous étudions les mycoplasmes chez les humains en Nouvelle Guinée. En 1945, nous assistons au plus grand afflux de scientifiques étrangers de l’histoire dédiés au programme biologique américains. L’Operation Paperclip restera dans les annales comme étant l’un des programmes les plus sombres d’un gouvernement parallèle véreux faisant une fixation sur le génocide. En 1946, la marine américaine engage le Dr Earl Traub, un biologiste raciste notoire.En mai, une séance de la Commission des Finances confirme l’existence d’une arme biologique « secrète ». En 1948, nous savons que les États-Unis ont confirmé l’approbation de «l’élaboration d’un projet » dans lequel la question de la surpopulation de certains groupes raciaux est évoquée.

ph_McKennan

Un mémo de George McKennan du Département d’État permet de mettre en exergue le mensonge eugéniste nécessaire au génocide de millions d’innocents. En 1949, le Dr Bjorn Sigurdsson isole le virus VISNA. Visna a été crée par l’homme et partage une partie de l’ADN du VIH. Voir, Proceedings of the United States, NAS, Vol. 92, pp. 3283 – 7, (11 Avril, 1995). En 1951, nous savons maintenant que notre gouvernement a mené sa première attaque de virus sur les Afro-Américains en Pennsylvanie. En Pennsylvanie, des cageots sont infectés afin de découvrir combien de manutentionnaires noirs en Virginie seraient atteints d’un virus placebo.Ils ont également infecter expérimentalement les moutons et les chèvres. Selon l’auteur Eva Snead, la première conférence mondiale sur un virus semblable au SIDA a lieu. En 1954, le Dr Bjorn Sigurdsson publie son premier article sur le virus Visna et s’impose comme le « grand-père du virus du sida. » Il va rencontrer la concurrence du Dr Carlton Gajdusek. En 1955, ils réussissent à créer artificiellement le virus de la mosaïque du tabac. Les Mycoplasmes seront toujours au cœur du programme de guerre biologique US.

En 1957, le futur président américain, Gerald Ford (ndlr: un franc-maçon du 33ème degrés, autant dire un sataniste pur et dur) et quelques autres donnent au Pentagone la permission de déployer des agents biologiques pathogènes. Il n’y a pas de cas signalé de SIDA avant 1957, date de la création du « special operation x » (La SOX), programme qui a servi de prototype pour le programme du « virus spécial » qui commencera en 1962. En 1960, Nikita Khrouchtchev était au courant de l’arme biologique. Sa déclaration de 1960 restera longtemps le reflet de l’arrogance de la collusion secrète entre le communisme et la démocratie. Les deux pays s’accordent en Novembre 1972 pour la réduction de la population noire. En 1961, le scientifique Haldor Thomar publie que les virus provoquent le cancer. En 1995, lui, Carlton et Gajdusek informent la National Academy of Sciences que «l’étude sur le visna sur les moutons serait le meilleur essai pour d’éventuels médicaments contre le HIV. » En 1962, sous couvert de recherche sur le cancer, les États-Unis tracent le chemin pour commettre des meurtres prémédités, le programme « Spécial Virus » commence le 12 Février. Dr. Len Hayflick met en place un laboratoire de mycoplasme à l’Université Stanford. On pense que le programme « Spécial Virus » a commencé en Novembre 1961 avec un contrat de Pfizer. À compter de 1963 et les années suivantes, le programme « Spécial Virus » menait des compte rendus annuels au Hershey Medical Center, Hershey, en Pennsylvanie. Les réunions annuelles sont emblématiques de la nature agressive de la recherche des E.U. sur le développement du SIDA. En 1964, le Congrès des États-Unis a donné son plein appui à la recherche sur le virus de leucémie / lymphome (SIDA).

En 1967, l’Académie nationale des sciences a lancé un assaut à grande échelle sur l’Afrique. La CIA (Division Technical Services) accepte son programme secret d’inoculation. En 1969, 18 Juillet, Fort Dietrick informe des scientifiques dans le monde et le Pentagone demande davantage d’argent, ils savent qu’ils peuvent fabriquer le SIDA. La note de service secrète sur le « Surpeuplement » de Nixon au Congrès marque le début de la chaîne de l’holocauste du SIDA. En 1970, le président Nixon (ndlr:Franc-maçon) signe PL91-213 et John D. Rockefeller (ndlr: illuminati), III est devient «tsar de la population. » Le Mémo de Nixon relatif à la sécurité nationale ne laisse aucun doute quant à la nature génocidaire du dépeuplement. En 1971, Sortie du Compte Rendu n°8. L’organigramme (p.61) reste à tout jamais l’acte de naissance du SIDA en laboratoire.Le rapport d’avancée n ° 8 est délivré. Au fil du temps, le programme Spécial Virus produira 15 rapports et plus de 20.000 notes scientifiques.

depopu40_01

L’organigramme constitue le lien entre tous les documents scientifiques, l’expérimentation et les contrats des Etats-unis. Il restera « manquant » jusqu’en 1999. Les scientifiques du monde entier sont stupéfaits. L’organigramme prendra tout son sens au cours du 21ème siècle. Il apparaît aussi que les expériences poursuivies dans la Phase IV-A de l’organigramme offrent la meilleure piste vers une thérapie plus efficace pour les porteurs du VIH/SIDA. Les 60 premières pages du Compte Rendu n°8 du programme Spécial Virus dévoilent de façon probante le but de l’opération. En Juin 1977, le programme Spécial Virus avait produit 66 000 litres de SIDA. Le virus du SIDA était ajouté aux vaccins envoyés en Afrique et à Manhattan. Cependant, grâce à la franchise d’auteurs tels que le Dr. Robert E. Lee, nous apprenons que le Laboratoire de Mycoplasmes de Stanford publie un des premiers rapports incluant le terme SIDA dans son titre : « Infections Virales chez l’Homme Associées au Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise ».

Le scientifique initial, le Dr. Thomas Merigan, était « conseillé » dans le programme Spécial Virus Le compte rendu n ° 8 page 104-106 prouve que le Dr Robert Gallo travaillait secrètement sur le de développement du virus avec le plein appui du secteur du gouvernement américain qui cherchait à tuer ses concitoyens. Dr Gallo ne peut pas expliquer pourquoi il a exclu son rôle de «chef de projet» pour le programme Spécial Virus dans sa bibliographie. Les premiers travaux et découvertes du Dr Gallo peuvent être mis en relation avec l’organigramme de 1971. Nous savons maintenant comment chaque expérience s’y imbrique. La logique de recherche est une preuve irréfutable de l’existence d’un « Manhattan project » visant à élaborer un cancer contagieux qui tue sélectivement. Le document de 1971 du Dr Gallo est d’ailleurs identique à son annonce faite en 1984 sur le SIDA. Le compte rendu n ° 8 page 273-286 prouve que nous avons inoculé le sida à des singes. Depuis 1962, les Etats-Unis et le Dr. Robert Gallo ont infecté des singes et les ont relâchés dans la nature. Ainsi, même des scientifiques du gouvernement sont stupéfaits de constater l’apparition soudaine du HIV-1 et HIV-2 chez deux espèces de singes d’origines différentes, au cours des cent dernières années. Une étude japonaise de 1999 révélera finalement l’origine anthropique du virus du SIDA chez les singes. Les résumés des expériences faites sur les singes prouvent définitivement que le virus d’immunodéficience simienne est également fabriqué par l’homme. En 1972, les Etats-Unis et l’Union soviétique signent un accord biologique qui signe l’arrêt de mort de la population noire. L’accord de 1972 pour la collaboration et la coopération dans le développement d’agents biologiques offensifs fait toujours partie de la politique des Etat-Unis. En 1973, le scientifique de renommée mondiale, Garth Nicolson fait un rapport sur son projet, «« Rôle de la Surface Cellulaire pour Echapper à la Surveillance Immunitaire » (Role of the Cell Surface in Escape From Immunological Surveillance).

Programme-special-virus-SIDA

Son rapport est accompagné de sept articles publiés. Le Dr.Nicolson a travaillé en collaboration avec le programme Spécial Virus de 1972 à 1978. Il est considéré par certains comme étant le collaborateur de la côte ouest du Dr Gallo. Il est fortement suspecté qu’en raison du Dr.Nicolson, le Dr Robert Gallo et le Dr Luc Montagnier se seraient secrètement rencontrer en Californie du Sud pour se mettre d’accord sur ce qu’ils pourraient dire et ne pas dire sur le programme de développement du « spécial virus ». En 1974, Henry Kissinger (ndlr: Franc-maçon de 33ème degrés) produit son NSSM-200 (plan américain de lutte contre la surpopulation). Il est le seul sujet de discussion lors de la Conférence mondiale de la population à Bucarest, en Roumanie. Les hommes de l’ombre avaient gagné, tout le monde était d’accord pour secrètement abattre la population africaine. Aujourd’hui, c’est l’Afrique et d’autres qu’ils considèrent indésirables. Demain, cela pourrait être vous. 3-7acb1db600 En 1975, Le Président Gerald Ford signe le Mémorandum de Défense de la Sécurité Nationale n°314. Les Etats-Unis implémentent le NSSM-200 de Kissinger . En 1976, les Etats-Unis produisent le compte rendu n ° 13 du programme « Spécial Virus ». Le rapport prouve l’existence d’accords internationaux des États-Unis avec les Russes, Allemands, Britanniques, Français, Canadiens et Japonais. Le complot visant à tuer des Noirs a un large soutien international. En Mars, la production du virus du sida commençet, en Juin 1977, le programme avait produit 66 000 litres de SIDA. Le président Jimmy Carter autorise la poursuite du plan secret pour abattre la population noir. 4-fe3c2b19a6 En 1977, le Dr Robert Gallo et les scientifiques soviétiques se réunissent pour discuter de la prolifération des 66 000 litres de SIDA. Ils intègrent le SIDA dans le vaccin de la variole pour l’Afrique et le vaccin expérimental de l’hépatite B pour Manhattan. D’après les auteurs Juin Goodfield et Alan Cantwell, le lot n ° 751 a été administré à New York à des milliers de personnes innocentes.

5-e099e59f05

Ce gouvernement ne sera jamais en mesure de réparer le mal fait aux personnes pour le viol sociale, l’humiliation et les préjudices faits aux personnes qui font face au VIH / SIDA quotidiennement. Les hommes de l’ombre avaient calculé avec précision que vous ne vous soucieriez pas de la mort de noirs et d’homosexuels. En fait, vous ne vous souciez pas que près d’un demi-million de vétérans de la guerre du Golfe soient infectés par quelque chose de contagieux. Bientôt, il n’y aura plus de population noir ni de militaires handicapés, les Blancs âgés commenceront alors soudainement à mourir et vous n’auraient toujours rien compris.» Cela vous permettra peut être de mieux comprendre la situation. Cette vidéo réalisée par le docteur Léonard Horowitz confirme les recherches du Dr Grave. Le Dr gallo y est pris en flagrant délit de mensonge en fin de vidéo. (Si quelqu’un veut se dévouer pour une VOSTFR…) Soudain, tout comme le président Nixon l’avait prédit, le nombre de morts explosait. Le 4 Novembre 1999, la Maison Blanche annonçait, …. « Dans un délai de cinq ans, tous les nouveaux infectés par le VIH aux Etats-Unis seront afro-américains …. »Il faudra tôt ou tard que nos experts soient autorisés à prendre en compte l’histoire de ce programme de virus. Il serait invraisemblable, sans cela, de tenter d’élucider l’étiologie du SIDA. Davantage de détails sur l’histoire du programme de virus secret peut être trouvé dans les archives du Dr. John B. Moloney. L’examen des fichiers du Dr Moloney permettra encore d’identifier d’autres dates et archives qui correspondent à l’une des plus grande prolifération de maladie dans l’histoire de la race humaine. Nous avons trouvé le chaînon manquant. Le fondement de la logique logique de recherche d’un programme fédéral destiné à tuer. Nous pouvons identifier quelques-unes des personnes qui ont travaillé dans l’ombre comme les Drs Robert Gallo et Garth Nicolson. Connaissant les mécanismes d’attaque par lesquels nous pouvons stopper le SIDA, il est désormais temps que plus personne ne puisse être touché par cette chimère de mycoplasme synthétique. Aider ceux d’entre nous qui sont encore là pour réaliser une vie épanouie et contributive.

Nous sommes tous un même peuple. Le 28 Septembre 1998, j’ai déposé une plainte contre les Etats-Unis pour la «création», «production» et «prolifération» du SIDA. Le 7 Novembre 2000, la cour d’appel s’aligna sur la décision du tribunal de première instance jugeant que l’allégation de fabrication du SIDA était « sans fondement ». » Le monde attend toujours que la cour se prononce sur les éléments de ce dossier. Le tribunal ne peut pas continuer à simplement écarter nos experts et l’organigramme du gouvernement.(ndlr: et pourtant si…il suffit que la cour soit composée de franc-maçons qui sont tenus par serment de s’entre-aider et le tour est joué: c’est beau la justice n’est-ce pas?). On m’a demandé de donner mon point de vue en ce qui concerne le programme fédéral MK-NAOMI. Le signle MK-NAOMI est le nom de code prévu pour désigner le développement du SIDA. La partie «MK» sont les initiales des deux co-auteurs du virus du SIDA, Robert Manaker et Paul Kotin. La partie « NAOMI » signifie « les noirs ne sont que des individus temporaires. » ( Negroes are Only Momentary Individuals). Le gouvernement américain continue à orchestrer le silence des très hauts échelons du Congrès et des militaires. À l’heure actuelle, personne ne prend ses responsabilités. Les honnêtes gens finiront par créer un tsunami d’indignation dans l’opinion public. Nous ne pouvons pas permettre à l’Etat un droit autocratique de gouverner en dehors de la constitution. Notre société est structurée de façon à dissimuler les crimes d’Etat, tout en punissant les citoyens pour des délits mineurs.

Leur stratégie est basée sur la confusion générale qu’ils peuvent créer en manipulant les médias. Ils sont très habiles à ce jeu là. Nous devons nous concentrer sur la présentation régulière de l’organigramme qui est le chaînon manquant qui prouve l’existence d’un programme de recherche coordonné pour développer un virus du cancer qui détruit le système immunitaire. Cette compilation de documents judiciaires et de correspondances est l’accomplissement du véritable effort d’un homme afin de résoudre le mystère de l’origine du sida. Nous avons trouvé l’origine du SIDA, c’est nous. ~ Boyd ‘Ed’ Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009 ~ Boyd ‘Ed’ Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009 L’origine du SIDA est aussi à l’origine de presque tous les virus du cancer qui existent. Le Lymphome, la leucémie et le SIDA sont une petite partie d’une longue liste de maladies crées par l’homme. Ces cancers ont été développés dans un endroit appelé Fort Dietrich, Maryland, États-Unis, dans une installation de l’armée. En 1971, Fort Detrich changea de mains, et sous le couvert de l’Institut national de la Santé (NIH) la «recherche» biologique a continué, après que le président Nixon ait déclaré que les Etats-Unis réduiraient le financement et l’arrêt de la «recherche» biologique, en fait, ce financement pour la recherche biologique a augmenté en 1970 avec l’appropriation de 10 millions de dollars pour créer un virus de suppression immunitaire « pour lequel aucune immunité naturelle ne pouvait être obtenu ». L’OMS est dirigée par l’ONU et à son tour, l’OMS répercutent les plans du nouvel ordre mondial sur le peuple. Les vaccinations de masse, les pénuries alimentaires, les prédictions pandémie. Si vous n’êtes pas déjà au courant du but de l’ONU, l’OTAN, l’OMS, l’AMA (American Medical Association), faites des recherches, l’information n’est pas si difficile à trouver, vous avez juste à regarder dans la bonne direction.

l’AMA a été créée pour stopper les établissements d’enseignement de santé alternatifs aux États-Unis et pour faire en sorte qu’il ne soit possible de se former que dans les universités. C’est pourquoi la plupart des médecins ne connaissent pas les bienfaits de l’oxygène et la vrai santé et ne connaissent pas grand chose comme remèdes. Comme Hippocrate le disait: « soyez votre propre médecin ». Nous avons été tellement endoctrinés à penser que notre santé est si complexe, et avons appris qu’il n’y a pas de remède de fond pour la maladie, mais la vérité est que la maladie humaine est soignable facilement, la toxicité externe et le cancer crée par l’homme est une autre chose, mais là encore il existe des remèdes avec une variété d’options, qui sont tenue à l’écart du peuple par la mafia médicale aux commandes car «un malade guéri est un client perdu». » Conclusion: Que dire si ce n’est que ce médecin a tout compris. Merci à lui pour ses recherches qui démontrent que les plans génocidaires de l’élite sataniste qui nous gouvernent ne datent pas d’hier. Méfions-nous de leurs manigances. Non, les gouvernements ne veulent pas notre bien-être (l’article montre bien que des accords ont été passés avec divers pays, y compris la France), non l’OMS ne s’intéresse pas à notre santé (au contraire, ils sont là pour diminuer la population mondiale, typiquement par le biais de ce genre de programmes). Si par hasard, cette hiver on voit un virus mutant de la grippe aviaire faire son entrée, on saura pourquoi.

 

Sources: http://www.boydgraves.com/flowchart/ http://fr.scribd.com/doc/20536742/Boyd-Graves-ESP-1-HIV-AIDS-Development-Timeline http://fr.scribd.com/doc/20272035/hb-15090 http://www.mpwhi.com/hr_dod_1970.htm Traduction / Synthèse: Fawkes News

Député Dan BURTON, au Congrès Américain « Nous voulons savoir pourquoi on met du mercure dans les vaccins »

Truth-behind-Dr-Palevsky

« On m’avait dit que les vaccins

étaient sûrs et efficaces »

  Dr Laurence PALEVSKY, M.D., Pédiatre

 

La vérité cachée des vaccins

(Aperçu de la vidéo : « The truth behind vaccinations »)

 

Dr L. PALEVSKY, Pédiatre

 

« A la Faculté de Médecine, on m’a appris que les vaccins étaient sûrs et efficaces et je n’avais aucune raison de penser autrement… Les choses en sont restées là jusqu’à ce que je réalise que l’on rendait la vaccination contre l’hépatite B obligatoire pour les nouveau-nés alors que ces derniers ne couraient aucun risque de faire cette maladie. On affirme que les vaccins sont sans danger, et la chose est considérée comme encore plus sûre qu’une affirmation, c’est un peu comme s’il s’agissait d’une loi inébranlable. Mais les choses ne sont guère aussi claires, et il y a de plus en plus de personnes qui s’interrogent sur ce problème, et à juste titre. Il n’existe aucune science qui prouve que les vaccins sont sans danger… Il y a environ 10 ans, une maman est venue me trouver et m’a demandé : « Docteur, savez-vous qu’il y a du mercure dans les vaccins ? Et bien, je n’en savais rien ! Ce n’est qu’alors que je me suis posé la question, et je me suis dit : s’il y a du mercure dans les vaccins, que peut-il aussi y avoir d’autre ? – J’ai lu les notices et j’ai vu qu’il y avait non seulement du mercure, mais de l’aluminium, du formaldéhyde, des antibiotiques, des conservateurs, du polysorbate 80. – J’ai alors demandé à une autorité en pédiatrie de me dire comment tous ces produits sont traités par le corps ? Je n’ai pas pu recevoir de réponse à ma question pour la bonne et simple raison que cette recherche n’a jamais été faite !  […] «  La plus grande partie de la recherche sur les vaccins est payée par les fabricants eux-mêmes. De sorte que ceux qui doivent approuver les vaccins se basent sur ce que disent les fabricants. » – Dr L. Palevsky, pédiatre.

 

L’acteur et citoyen Rob Schneider : « Ma femme est enceinte depuis 5 mois. En ce qui me concerne, je défends les droits des parents et je suis contre les obligations gouvernementales en la matière. Il n’appartient pas au gouvernement de nous dire ce que nous pouvons faire ou pas faire en ce qui concerne la santé de nos enfants. On ne peut pas obliger les parents à faire ce qu’ils ne veulent pas faire. Toutes ces obligations vont à l’encontre du Code de Nuremberg. »

Dr Mark Geier, MD, PhD, généticien et David A. Geier, biochimiste

 

D.A.G. : «  C’est du thimérosal ! C’est un produit très toxique qui peut endommager les reins, le tissu respiratoire, le système nerveux. Il y a un avertissement sur la toxicité en matière de reproduction et de développement. C’est un produit affreusement toxique et c’est ce produit que l’on retrouve dans les vaccins ! La vaccination qui expose le plus au mercure est la vaccination contre la grippe. Ce vaccin est maintenant recommandé pour toutes les femmes enceintes, tous les nourrissons, tous les enfants, et cela chaque année. Dans le vaccin contre la grippe (Fluzone) on trouve  une dose de 25µg de thimérosal (dérivé du mercure). »

 

 

Dr. M.G. «  Il y a quantité de gens qui ne savent pas cela, et moi-même j’en étais ! J’ai administré quantité de vaccins pendant 35 ans et je ne savais pas que certains vaccins contenaient du thimérosal. Il y a quantité des médecins qui ne sont pas au courant. Il y a même des médecins qui ne savant pas que thimérosal veut dire mercure ! »

 

Commentateur : Dans ce pays, on établit un diagnostic d’autisme toutes les 20 minutes ! L’autisme n’est qu’une partie d’un problème plus important : 1 enfant sur 6 dans ce pays présente une forme ou une autre de handicap neurodéveloppemental.

Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC : « aux Etats-Unis, des millions d’enfants sont malades et/ou handicapés. – On a enregistré la chose au cours de la même période où le nombre des vaccins administrés a été multiplié par 3 […] Ce n’est plus de la science, c’est de la politique. »

 

Dr Christopher A. Shaw, B.S., M.Sc., PhD

« Je suis chercheur en neurosciences. J’ai effectué des recherches sur la manière dont l’aluminium pouvait avoir un impact sur le système nerveux. Quand il est ingéré, l’aluminium est éliminé assez rapidement alors que ce n’est pas tout à fait le cas quand il est injecté. Après avoir injecté de l’aluminium dans les muscles de souris, on a pu observer des problèmes de comportement, ainsi que des troubles cognitifs. Nous avons trouvé d’importants dommages aux neurones. »

 

Dr Dwight Lindholm, MD, neuropédiatre

« … Quand j’ai vu cette patiente, elle faisait des convulsions et souffrait de terribles maux de tête. J’ai réalisé que ses problèmes étaient survenus après le vaccin Gardasil. A mon avis, il ne reste guère de place pour le doute ; ses problèmes ont sûrement été causés par le Gardasil. Chaque fois qu’elle a reçu une nouvelle injection, son état s’est aggravé. Je pense que ce vaccin devrait être retiré du marché. »

 

Dr Diane Harper, MD, MPH, MS, chef de recherche pour les essais cliniques sur le Gardasil

« La FDA (Food & Drug Administration)  utilise une procédure particulière qui s’appelle « fast tracking » (procédure accélérée) quand un médicament apparaît prometteur. Pour le Gardasil, on avait planifié des essais cliniques pour une durée de 4 ans, mais après 15 mois, ils ont contacté la FDA et dit qu’étant donné qu’il n’existait pas de produit de ce type sur le marché, ils demandaient si la FDA ne pourrait pas leur accorder l’autorisation d’une procédure accélérée. La FDA a marqué son accord et endéans les 6 mois, ils ont approuvé le vaccin. Etant donné que le vaccin avait été approuvé, Merck a dit qu’ils ne poursuivraient plus les essais. »

FAST TRACKING (= Procédure accélérée, comme pour le H1N1!)  

 

Barbara Loe Fisher (NVIC) : «  Nous manifestons publiquement pour nos droits civils les plus élémentaires. Nous voulons suivre notre conscience quand il s’agit de prendre des décisions en ce qui concerne les vaccinations de nos enfants. »

 

 

« Le vaccin contre l’hépatite B, le premier jour de ma vie ?? Ma maman dit : « Pas question ! »

 

 

Député Dan BURTON, Audition au Congrès Américain

 

Question du Député aux représentants du Centre de Contrôle des Maladies (CDC) :

 

«  Croyez-vous que ceux qui reçoivent des fonds de Merck ou d’une autre compagnie pharmaceutique devraient pouvoir figurer dans le Comité consultatif qui doit  rendre un avis au sujet d’un produit provenant de ces compagnies ou pensez-vous qu’il s’agit là de conflits d’intérêts ? » …

Dr John GREEN, MD, médecin généraliste

 

« Nous savons que le mercure est neurotoxique ; il n’existe pas de controverse à ce sujet. Le mercure contribue à causer des dommages qui peuvent conduire à l’autisme. La recherche reste incomplète et les certitudes que les autorités veulent nous fournir au sujet des vaccins ne sont pas scientifiques. C’est chaque jour, chaque jour que je vois des enfants dont la santé a été endommagée, des désastres pour les familles à la suite des vaccins. »

Député Dan BURTON, Audition au Congrès Américain

 

« Nous voulons savoir pourquoi on met du mercure dans les vaccins et pourquoi la chose n’a pas été testée depuis 1929 quand Eli Lilly l’a mis au point. Monsieur, est-ce que le thimérosal a été testé par une Agence de Santé ? …En 1929,  ils l’ont testé sur 27 personnes qui étaient en train de mourir de méningite. Toutes ces personnes sont mortes de méningite et on a dit qu’il n’y avait pas de relation entre leur décès et le mercure contenu dans le vaccin. C’est là le seul test qui a été fait sur le thimérosal. Pensez-vous qu’il y en a eu d’autres ? »

 

Réponse : sur des personnes, non !

 http://www.initiativecitoyenne.be/

Une étude découvre le lien entre le virus de la grippe et le déclenchement du diabète

BBC-vaccination-forcee-ROR

Des chercheurs en Italie ont découvert que le virus de la grippe contribuerait au déclenchement du diabète. La découverte permettrait aux scientifiques de découvrir le moyen d’éviter certaines formes de la condition. L’étude a été financée partiellement par le projet FLUTRAIN («Training and technology transfer of avian influenza diagnostics and disease management skills»), qui a reçu 1,8 million d’euros au titre du domaine thématique Politiques du sixième programme-cadre (6e PC) de l’UE.

Le diabète est une maladie qui se déclare quand les cellules n’arrivent plus à absorber le sucre dans le sang. Ce phénomène se déclenche quand les cellules sont insensibles à l’insuline, entraînant le diabète de type 2. Les études ont identifié un lien entre l’alimentation, le style de vie et le diabète de type 2. D’autres études ont également démontré que le diabète de type 1 se déclare lorsque le système immunitaire perturbe les cellules pancréatiques productrices de l’insuline. Les individus touchés par le diabète de type 1 ont une prédisposition génétique à ce trouble.

Pendant près de 40 ans, les scientifiques ont postulé que les virus seraient responsables du diabète. Le diabète de type 1, par exemple, se déclare généralement après une infection. Pourtant, les preuves confirmant ce fait étaient insuffisantes, jusqu’à présent.

La revue New Scientist avait rapporté qu’une équipe de chercheurs sous la direction d’Ilaria Capua du bureau italien de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a étudié le virus de la grippe chez les dindes car les oiseaux malades souffrent généralement d’une inflammation du pancréas. Sans faire attention si les dindes étaient touchées par des souches du virus qui ne se répandent généralement pas en dehors des poumons, les chercheurs ont découvert que de nombreuses dindes ont développé des lésions pancréatiques graves et le diabète. Ils ont ensuite infecté des tissus pancréatiques avec deux virus de la grippe communs, et tous deux «se sont bien développés» dans les tissus, selon le Dr Capua.

Selon les chercheurs, la production d’un ensemble de substances chimiques de l’inflammation a été générée par la présence du virus dans les cellules pancréatiques. Les substances chimiques jouent un rôle dans les réactions auto-immunes qui entraînent le diabète de type 1. Certains chercheurs pensent que les cellules immunitaires présentent des indications de tissus infectés aux lymphocytes T destructrices, pour les aider à reconnaître le virus. Pourtant, les cellules T apprennent également à reconnaître les cellules productrices de l’insuline, et à les détruire.

En ce qui concerne la présence de grippe dans le pancréas, le Dr Capua explique que l’organe offre un environnement qui permet au virus de se répliquer.

Les chercheurs italiens étudient les effets de la grippe sur des modèles murins de diabète de type 1 et examinent l’infection grippale récente chez des patients chez qui la maladie vient d’être diagnostiquée. «Même si la grippe n’est responsable que d’un petit pourcentage des cas de diabète de type 1», commente le Dr Capua, «nous pouvons vacciner et éviter le déclenchement de la maladie chez les personnes génétiquement prédisposées, ce qui aurait réellement un grand impact».

Pour plus d’informations, consulter:

Organisation mondiale de la santé animale:
http://www.oie.int/fr/

New Scientist:
http://www.newscientist.com/

Catégorie: Résultats des projets
Source des informations: New Scientist
Référence du Document: D’après des informations communiquées par New Scientist
Codes de Classification de l’Index des Sujets: Coordination, coopération; Education, formation; Innovation, Transfert de technologies; Sciences du vivant; Stratégies; Recherche scientifique

Révélation d’un mécanicien avion sur l’équipement pour pulvériser les chemtrails

kegsonaplane-full

 

Pour des raisons que vous comprendrez en lisant, je ne puis divulguer mon identité.
Je suis mécanicien d’aviation pour une importante compagnie aérienne.
Je travaille sur l’une de nos bases de maintenance située dans un grand aéroport.
Je pense avoir découvert des informations que vous trouverez importantes.

D’abord je devrais vous parler au sujet de la « hiérarchie » chez les mécaniciens.
C’est important pour mon histoire et pour la cause pour laquelle vous vous êtes consacré.
La mécanique exige de travailler sur trois choses : l’avionique, les moteurs, ou les commandes de vol.

Les mécaniciens qui travaillent sur ces systèmes sont considérés en haut de la « hiérarchie ».
Viennent ensuite les mécaniciens travaillant sur l’hydraulique et les systèmes de climatisation.
Puis viennent ceux travaillant sur le service et les autres systèmes non essentiels.

Mais en bas même de la liste viennent les mécaniciens des systèmes de traitement des déchets… aucun mécanicien ne veut travailler sur les pompes, les réservoirs, et les canalisations servant à stocker les détritus des toilettes… mais dans chaque aéroport où j’ai travaillé il y avait toujours 2 ou 3 mécaniciens se proposant de travailler sur les systèmes des toilettes. 

Les autres mécaniciens les laissent faire de bon cœur.. .pour cette raison vous n’avez que 2 ou 3 mécaniciens travaillant sur ces systèmes dans chaque aéroport.
Personne ne prête beaucoup d’attention à ces types et aucun mécanicien n’en fréquente un qui travaille seulement sur les systèmes des détritus… en fait, je n’avais jamais beaucoup pensé à cette situation jusqu’au mois dernier.

Comme la plupart des compagnies aériennes nous avons des accords réciproques avec les autres compagnies qui utilisent cet aéroport… si elles ont un problème avec un avion, l’un de nos mécaniciens saura se débrouiller avec lui… de même si l’un de nos avions a un problème sur un aéroport où une autre compagnie aérienne a une base de maintenance, elle retapera notre avion… un jour le mois dernier, j’ai été appelé de notre base pour travailler sur un avion pour une autre compagnie aérienne. 

Quand j’ai reçu l’appel l’agent technique d’exploitation ne savait pas quel était le problème.

Quand j’ai rejoint l’avion j’ai découvert que le problème était dans le système de traitement des détritus… je n’avais rien d’autre à faire que ramper dedans et arranger le problème.
Quand je suis entré dans le compartiment je me suis rendu compte que quelque chose ne collait pas… il y avait là-dedans plus de réservoirs, de pompes, et de canalisations qu’il en fallait… j’ai d’abord supposé que le système avait été modifié… il y avait 10 ans que j’avais travaillé sur l’un d’eux. 

Pendant que j’essayais de trouver le problème j’ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n’étaient pas reliés au système de traitement des ordures.

Je venais juste de découvrir ça quand un autre mécanicien de ma compagnie est venu.
C’était l’un des mécaniciens qui travaillaient d’habitude sur ces systèmes.
J’ai été heureux de lui rendre son job. Pendant que je partais je l’ai interrogé sur l’équipement supplémentaire… il m’a dit de « me préoccuper de ma partie d’avion et de le laisser se décarcasser avec la sienne ! ».

Le jour suivant j’étais sur l’ordinateur de la compagnie pour rechercher un schéma de câblage.
Pendant que j’y étais j’ai décidé de rechercher l’équipement supplémentaire que j’avais trouvé.
À ma stupéfaction les manuels ne montraient aucun des équipements supplémentaires que j’avais vu de mes propres yeux le jour précédant. 

Je me suis même connecté aux dossiers du fabricant et n’ai toujours rien trouvé.
À ce moment-là, j’étais vraiment déterminé à découvrir ce que faisait cet équipement.
La semaine suivante nous avons eu trois de nos avions dans notre hangar principal pour l’inspection périodique… il y avait des mécaniciens rampant partout dans l’avion durant ces inspections… ayant juste fini mon poste, j’ai décidé d’aller voir le système des détritus sur l’un de nos avions.

Avec tous les mécaniciens autour j’estimais que personne ne remarquerait quelqu’un de plus sur l’avion… l’avion que j’ai choisi avait bien l’équipement supplémentaire !
J’ai commencé à suivre le tracé du système de canalisations, des pompes, et des réservoirs.
J’ai trouvé ce qui semblait être l’unité de contrôle du système.

C’était une boîte de commande d’avionique semblant standard sauf qu’elle n’avait aucune sorte d’inscription… je pouvais retrouver les fils de commande de la boîte vers les pompes et les valves mais il n’y avait pas de circuit de commande entrant dans l’unité.
Les seuls fils entrant dans l’unité étaient l’alimentation raccordée au principal bus de distribution de courant de l’avion.

Le système avait un grand réservoir et deux plus petits.
C’était difficile à dire dans le compartiment exigu, mais il semblait que le grand réservoir pouvait contenir 50 gallons (190 litres)… Les réservoirs étaient reliés à un dispositif de remplissage et à une valve de purge qui traversait le fuselage juste derrière la valve de purge du système de détritus… Quand j’ai eu l’occasion de rechercher ce raccordement sous l’avion je l’ai trouvé ingénieusement caché derrière un panneau, sous le panneau servant à accéder à la vidange des déchets. 

J’ai commencé à suivre la tuyauterie des pompes.
Ces tubes mènent à un réseau de petites tubulures qui se terminent sur les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux.

Si vous regardez de près les ailes d’un gros avion vous verrez un ensemble de fils, d’environ la grosseur de votre doigt, s’étendant du rebord arrière de la surface des ailes.
Ce sont les mèches de décharge statique.
Elles servent à dissiper [dans l’air] la charge d’électricité statique qui s’accumule sur l’avion en vol. 

J’ai découvert que les tubulures de ce mystérieux système mènent à une mèche de décharge statique sur trois.
Ces mèches « avaient été évidées » afin de pouvoir être traversées par ce qui doit être déversé par les tubulures.

C’était pendant que j’étais sur l’aile que l’un des cadres m’a repéré.
Il m’a ordonné de sortir du hangar, me disant que mon poste était fini et que je n’avais été autorisé à aucune heure supplémentaire.
Les deux jours suivants étaient très occupés et je n’avais pas le temps de continuer mes recherches.
En fin d’après-midi, deux jours après ma découverte, j’ai été appelé pour remplacer une sonde de température de moteur sur un avion devant décoller dans deux heures.
J’ai fini le travail et suis retourné à la paperasserie.

Environ 30 minutes plus tard le haut-parleur m’a appelé pour que j’aille voir le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau j’ai constaté que notre représentant syndical et deux autres que je ne connaissais pas m’attendaient.
Il m’a dit qu’un problème sérieux avait été découvert.
Il a dit que j’avais fait l’objet d’un procès-verbal et que j’étais suspendu pour avoir fait de fausses écritures.
Il m’a remis un formulaire disciplinaire déclarant que j’avais fait de fausses écritures sur la sonde de température de moteur que j’avais installée quelques heures avant.

J’étais sidéré et je commençais à protester.
Je leur ai dit que c’était ridicule et que j’avais effectué ce travail.
Le syndicaliste a alors pris la parole, recommandant d’aller jeter un coup d’œil sur l’avion et voir si nous pouvions tout arranger.
C’est à ce moment que j’ai demandé qui étaient les deux autres hommes. Le directeur général m’a dit qu’ils étaient inspecteurs de la sécurité de la ligne aérienne sans me donner leur nom.
Nous sommes allés à l’avion, qui au lieu d’être en l’air était garé sur notre rampe de maintenance.

Nous avons ouvert le capot du moteur et le syndicaliste a retiré la sonde.
Il a vérifié le numéro de série et dit à tout le monde que c’était l’ancien instrument.
Ensuite, nous sommes allés à la baie des casiers où reviennent les pièces.
Le syndicaliste a vérifié mon rapport et a tiré du casier une boîte scellée.
Il a ouvert la boîte et a retiré la sonde de température de moteur avec le numéro de série de celle que j’avais installée.
Il m’a été dit que j’étais suspendu pendant une semaine sans salaire et de partir immédiatement.

Le premier jour de ma suspension, j’étais assis chez moi me demandant que diable m’était-il arrivé… Ce soir-là j’ai reçu un coup de téléphone… La voix m’a dit :
« Maintenant vous savez ce qui arrive aux mécaniciens qui fourrent le nez là où ils ne le devraient pas… La prochaine fois que vous commencerez à travailler sur des systèmes qui ne vous concernent pas vous perdrez votre travail. 

Comme il se trouve que je me sens chevaleresque, je pensent que vous pourrez retourner au travail bientôt » CLIC.
De nouveau je me suis relevé.
J’ai déduit que ce qui était arrivé était directement lié à mon relevé de la mystérieuse tuyauterie.

Le matin suivant le directeur général m’a appelé.
Il a dit qu’en raison de mon excellent dossier pour mon travail passé, la suspension avait été réduite à un jour et que je devais me présenter immédiatement au travail.
La seule chose à laquelle je pouvais penser était qu’est-ce qu’ils essayaient de cacher et qui sont-ils ! 

Ce jour de travail s’est passé comme si rien n’était arrivé… Aucun autre mécanicien n’a mentionné ma suspension et mon syndicaliste m’a dit de ne pas en parler.
Cette nuit-là je me suis connecté sur internet pour essayer de trouver quelques réponses. Je ne me rappelle pas maintenant comment j’y suis arrivé, mais j’ai trouvé votre site.
C’est alors que tout est venu ensemble.

Mais le matin suivant au travail j’ai trouvé une note à l’intérieur de mon casier verrouillé.
Elle disait, « La curiosité a tué le chat. Ne regardez pas les sites internet qui ne vous concernent pas. »… Eh bien c’est ça… ILS me surveillent.
Eh bien vous savez déjà ce qu’ils font.
Je ne sais pas ce qu’ils pulvérisent mais je peux vous dire qu’ils le font.
Je me dis qu’ils utilisent les « camions de douceurs ».
Ce sont les camions qui vident les réservoirs de détritus des toilettes.

Les aéroports sous-traitent habituellement ce travail et personne ne s’approche de ces camions… Qui voudrait se tenir à côté d’un camion plein de merdes.
Pendant que ces types vident les réservoirs de détritus ils remplissent les réservoirs du système de pulvérisation… Ils connaissent le chemin de vol des avions, ainsi ils programment probablement l’unité de commande pour commencer à vaporiser au bout d’un certain temps après que l’avion ait atteint une certaine altitude. 

Les becs de pulvérisation dans les fausses mèches de décharges statiques sont si petits que personne dans l’avion ne verra le truc. Que Dieu nous vienne en aide. Un citoyen !

http://journal100limites.blogspot.ca

Vaccins : mais alors on nous aurait menti ! L’avis d’un Avocat.

Medical-Experiment-Vial-Vaccine

Maître Jean-Pierre JOSEPH :

  • Est avocat au Barreau de Grenoble.
  • À été chargé de cours de Droit comparé à l’Université de Glasgow, dans les années soixante-dix, puis président de Maison pour tous de quartiers dits « sensibles » pendant 10 ans, et animateur bénévole de quartier. Il est un des fondateurs de la 1re expérience d’autogestion d’un Centre socioculturel en 1973, avec baisse de plus de 70 % de la délinquance sur un quartier

Est l’auteur des ouvrages suivants :

  • Le show business français, un État dans l’État (Éditions les cahiers de la pensée sauvage).
  • Améliorer notre santé par une méthode qui ne coûte rien
  • Les radis de la colère (Éditions Louise Courteau).

 VACCIN, mais alors on nous aurait menti ?

 Ils sont inefficaces, nous rendent malades, détruisent notre immunité naturelle, mais ils sont obligatoires

Par Maître Jean-Pierre JOSEPH
Édition Poche Vivez Soleil, NOUVELLE ÉDITION parue à TESTEZ ÉDITIONS

Est instructeur fédéral de karaté, diplômé de la Fédération française de karaté (F.F.K.A.M.A.), membre du jury des grades de la ligue Dauphiné-Savoie de la F.F.K.A.M.A.

Est parti en urgence en République d’Haïti en janvier 2001, et a été le 1er avocat français à être autorisé, depuis l’indépendance de 1804, à plaider devant une Cour d’Assises haïtienne, pour défendre le navigateur grenoblois, accusé de meurtre sur sa femme qui, en fait, s’était suicidée. Après une semaine d’un procès médiatisé (TF1, Le Figaro, Paris-Match, etc.), à la suite duquel le navigateur fut acquitté, Jean-Pierre JOSEPH, qui n’avait aucun vaccin et qui n’a pris aucun traitement préventif contre le paludisme, est revenu criblé de piqûres de moustiques, et n’a pas été malade.

Cet ouvrage se contente de rassembler des dizaines de citations scientifiques et professionnels de la santé. Aucun d’entre eux ne faisant partie de la moindre secte, ce livre ne contient donc, ni procédé hypnotique, ni virus décérébrant. Il peut être lu sans crainte...

 DE GRAVES INTERROGATIONS :

  • Les vaccins contiennent des l’hydroxyde d’aluminium à des doses 30 fois supérieurs au seuil toxique, du sérum de veau, des cellules cancérisée, et des dérivés du mercure. Ils sont responsables de milliers de maladies neurologiques graves, sclérose en plaques, encéphalites, morts subites du nourrisson… Le personnel des hôpitaux, les rares fois où il fait la relation de cause à effet entre le vaccin et la maladie, aurait la consigne de ne rien dire aux familles.
  • Depuis 1994 les substances d’origine bovines sont interdites dans les produits pharmaceutiques. Or, le B.C.G. est fabriqué à partir de la bile de bœuf. Ainsi la Loi nous oblige à administrer à nos enfants des produits qu’elle interdit par ailleurs !…
  • Bien plus, la Loi oblige avant tout acte vaccinal, de prendre « toutes les précautions », c’est-à-dire de procéder à) des examens destinés à dépister d’éventuels risques graves pour chaque individu. Mais seuls les vétérinaires le font pour les animaux !…
  • Ces risques valent-ils la peine d’être courus ? Depuis un siècle, à chaque campagne de vaccination, tant en Europe qu’en Afrique ou en Asie, le nombre de cas de la maladie que l’on combattait s’est toujours multiplié par 4, voire par 6 dans les mois qui ont suivi (variole aux Philippines en 1918, polio en France en 1956, récemment méningite en Afrique, etc.).
  • Pourquoi nous l’a-t-on caché en nous faisant croire le contraire ? Quand les épidémies s’arrêtent (comme elles l’ont toujours fait dans l’histoire de l’Humanité), l’on crie alors victoire, en attribuant cela au vaccin.
  • Si au Moyen Âge, au plus fort des épidémies de peste et de choléra, un alchimiste avait distribué de la bave de crapaud à toute la population, lorsque celles ci se sont arrêtées (car toutes les épidémies se sont arrêtées naturellement) tous les survivants auraient cru avoir été sauvés grâce au produit !
  • Le chien qui avait mordu le petit alsacien « sauvé » de la rage par Pasteur, avait aussi mordu tout la famille, qui n’a été ni vaccinée, ni malade. Mais alors, on nous aurait menti ? Mais pourquoi donc ? Quel hasard ! La France est un des plus gros pays producteurs de vaccins du monde !
  • 11 pays en Europe ont abandonné l’obligation vaccinale. En France, on ne connaît même par cette information. Comme par hasard chez nous, le vaccin est une religion (ensemble de « vérités » que, par définition, l’on s’interdit de vérifier). François Mitterrand n’a-t-il pas dit : « La santé des Français est une marchandise qui se vend… ».

  AVANT-PROPOS

Il y a encore quelques années, je ne connaissais rien du tout à la question des vaccinations : certes, le simple fait de n’avoir été vacciné que contre la variole, générait chez moi une inquiétude permanente, tempérée par le fait qu’au cours des 30 ans pendant lesquels j’ai étudié, puis enseigné les arts martiaux, les experts asiatiques que j’avais pu rencontrer, m’avaient toujours indiqué qu’il fallait se méfier des vaccins, mais je ne savais pas pourquoi. Ils ajoutaient que dans les arts martiaux traditionnels, l’être humain est capable de maintenir un taux vibratoire élevé, et ne craint donc pas les maladies.

J’avoue qu’à l’époque, j’étais un peu sceptique et j’eus de grandes hésitations, lorsque j’entendis parler d’un « danger de contamination par l’hépatite B ».

Un jour, je fus amené à défendre un groupe d’anciens universitaires grenoblois, qui s’étaient retirés à la campagne afin d’appliquer une méthode vieille de plusieurs millénaires, leur permettant de produire de l’agriculture biologique géante à haut rendement, sans engrais chimiques, sans pesticides ni insecticides. Cette méthode qui ne coûtait rien permettait d’avoir la même rentabilité à l’hectare que si l’on utilisait massivement des engrais chimiques. Mais c’était du bio, et vraiment délicieux !
Cette expérience quasi-unique en Europe aboutit immédiatement au fait que ce groupe fut classé secte, fut l’objet de procédures judiciaires hallucinantes, de reportages de télévision honteusement truqués, de faux témoignages, à tel point que j’ai écrit Les radis de la colère (Éd. Louise Courteau).

Cet ouvrage mentionne, notamment, une affaire que j’appelle « le vrai-faux tétanos », dans laquelle un hôpital, harcelé par la « psychose imbécile anti-sectes » qui sévissait à ce moment-là, a diagnostiqué un tétanos, alors qu’il est clair que l’enfant avait simplement fait une grosse réaction allergique à une piqûre de tique. Certains journalistes, qui avaient écrit sans savoir qu’un enfant « était mort du tétanos dans la secte », furent étonnés de le voir gambader par la suite, dans les prés… Mais ces journalistes ne manifestèrent aucun étonnement, en marchant sur des fraises qui poussaient sous des flocons de neige, ou en voyant des plantes qui ne poussent habituellement que dans les régions tropicales.
Mais ce qui m’étonna le plus fut tout d’abord l’absence totale des mouvements écologistes au soutien de ces gens là, qui, dans la région Rhône-Alpes, faisaient de la véritable écologie, à la différence de ceux qui en parlent, mais qui n’en font jamais. Je n’ose pas croire qu’eux aussi, aient pu adhérer à la psychose imbécile…

Le 2e objet de mon étonnement fut ensuite qu’à l’occasion de cette affaire de « vrai-faux » tétanos, je découvris que non seulement le problème des vaccins était très controversé, mais qu’en plus l’existence même de la controverse était totalement absent de tous les débats concernant la Santé Publique.

40 ouvrages étaient déjà accessibles à tous, dans les librairies ou dans les FNAC, et un silence total recouvrait notre pays, comme si ce sujet était interdit. Alors je décidais de mettre les pieds dans le plat, en rassemblant des citations extraites de ces 40 ouvrages. Sachez que je n’ai rien inventé. Je me suis contenté de rassembler tout ce qui a été écrit sur ce sujet par des dizaines de professionnels de la santé. Vous verrez que finalement, ce sont eux qui mettent les pieds dans le plat, pas moi. Quoique…

J’ai toujours mis les pieds dans le plat, lors de ma scolarité : je ne le faisais pas exprès, mais je répondais naïvement aux reproches, et ce que je disais déclenchait souvent la consternation, voire la colère.

Un jour le médecin scolaire, voyant que je n’étais pas vacciné contre la polio (dans ma vie, je n’ai eu qu’un seul vaccin : l’antivariolique), me dit : « Libre à toi d’attraper la maladie, mais ce qui est grave est que tu risques de contaminer tes camarades… ». Très naïvement je lui demandais : « Comment pourrais-je les contaminer, puisqu’ils sont vaccinés ? ».
Ce n’est pas la paire de claques que j’ai reçue à ce moment-là qui m’a marqué le plus, mais son air consterné, presque effrayé. Je crois que c’est ce jour-là que j’ai décidé qu’à l’avenir je serai toujours insolent, d’autant plus que, les années suivantes personne ne me reparla des vaccins…
Toutefois, ce n’est que 40 ans plus tard que j’ai compris pourquoi mes camarades qui ont eu la polio, étaient pourtant vaccinés, et pourquoi je ne l’ai pas eu, alors que je ne l’étais pas.

Quand j’étais en Première, au Lycée de Guebwiller, un prof d’Histoire-géo, un comme on n’en trouve plus de nos jours, un qui nous faisait réellement aimer ce qu’il enseignait, nous précisa un jour :

« De nombreuses vérités sont fausses. Mais ceux qui le disent sont pourchassés, même en Démocratie.

Au début du siècle, l’Académie de Médecine déclarait qu’au-delà de 100 km/h. un organisme humain ne résisterait pas. C’était une Vérité, et tout étudiant en médecine prétendant le contraire avait zéro.
L’Académie des Sciences indiquait également que le plus lourd que l’air ne pourrait jamais voler. Il était donc inutile de donner des crédits à la recherche sur les « aéroplanes » (futurs avions). L’avenir était les ballons et les dirigeables. Enfin l’électricité ne serait qu’un lamentable gadget et ne servirait jamais à rien.

Souvenez- vous de cela, et sachez que ces imbéciles ont aujourd’hui des successeurs aux mêmes postes, et qui ont le même talent… ».

Aujourd’hui, des lois spéciales interdisent de parler de tel ou tel sujet, ou de remettre en cause certaines vérités historiques. Pourquoi avoir eu besoin de textes, alors qu’une démocratie devrait savoir gérer l’expression de toutes les opinions ?

J’ai bien peur que dans peu de temps, l’on n’ait même plus le droit d’écrire un livre comme celui que vous avez actuellement sous les yeux.
Déjà l’on n’a pas le droit, par exemple, d’inciter ses concitoyens à ne pas payer ses impôts, ou ses cotisations sociales. On n’a pas le droit de déclarer publiquement que l’on est pour la consommation de drogue. Comme si ceux qui écoutaient les rares qui ont encore quelque chose à dire, n’étaient plus majeurs.

Après tout c’est peut -être vrai. L’on est en train de faire de nous des veaux.
Mais le jour où je n’aurai même plus le droit d’écrire un tel livre, j’irai demander l’asile politique soit en R.F.A. (ce qui devrait m’être accordé facilement, vu que mon grand-père fut sujet allemand jusqu’en 1918, année où la France récupéra l’Alsace-Lorraine), soit en République d’Haïti, où, lors de mon séjour, les étudiants en Droit, dont une délégation était venue me rencontrer me déclarèrent : « La différence entre nos républiques, que vous appelez bananières, et les vôtres, est que chez nous le principe est « ferme ta gueule, tu n’as pas le droit de parler. .. » ». Cela a le mérite d’être clair.
Chez vous le principe est « Cause toujours… ».

 « Une population malade rapporte plus d’argent au système dit de santé publique qu’une population en bonne santé »

  INTRODUCTION

Près de 2000 personnes souffrent actuellement de graves maladies neurologiques, ou sont décédés, et les victimes (ou leur héritiers) accusent le vaccin contre l’hépatite B (Eric GIACOMETTI, La santé Publique en otage, Ed. Albin Michel).

Des plaintes pour empoisonnement et administration de substances nuisibles à la santé ont été déposées, notamment à l’encontre de ceux qui ont obligé les victimes à recevoir un vaccin tant inefficace que dangereux. Elles sont actuellement centralisée chez un Juge d’Instruction à Paris.

Malheureusement, une étude approfondie de cette question, montre que tous les vaccins sont concernés, et pas seulement celui contre l’hépatite B.

Alors que la quasi-totalité des pays d’Europe a supprimé les vaccins obligatoires, la France (1er pays producteur mondial de vaccins), en a maintenu 4, malgré les protestations de millions de scientifiques de tous bords, criant à l’empoisonnement collectif, devant leur dangerosité, et surtout leur inefficacité.

Voilà plus de 20 ans, que des médecins, biologistes, etc., du monde entier, tentent d’alerter les pouvoirs publics pour leur donner des informations extrêmement graves concernant les vaccins :

  • – Des épidémies de coqueluche aux U.S.A. ont atteint des centaines d’enfants vaccinés contre la coqueluche,
  • – Des épidémies de polio dans le monde entier ont touché des milliers de personnes, pourtant correctement vaccinées,
  • – En 1993, 100 infirmières des Hôpitaux de Paris, atteintes de tuberculoses, avaient toutes reçu le B.C.G. …

  Des scientifiques du monde entier semblent dire aujourd’hui :

  • – Que les produits appelées « vaccins » seraient totalement inefficaces,
  • – Qu’ils seraient dangereux, responsables de scléroses en plaques, encéphalites, méningites, maladies neurologiques :
  • Fabriquée avec du sérum de veau, des cellules cancérisées, et de l’hydroxyde d’aluminium, à des doses 30 fois supérieurs au seuil maximum de toxicité, ainsi que de dérivées du mercure, ils ont pour effet général de baisser nos défenses immunitaires, et pourraient être liées à l’apparition du Sida.
  • – Que souvent, même, ils nous transmettraient les maladies qu’il sont censés prévenir !
  • – Que l’on nous aurait menti depuis 50 ans au moins, pour des raisons sordides et honteuse, en nous faisant croire, notamment que les vaccins auraient enrayés les épidémies.

  Or, il semblerait que l’arrêt des épidémies n’ait rien à voir avec les campagnes de vaccination.

Ainsi, 1200 personnes ont été victimes de la Polio en France, en 1956, année où la campagne de vaccination a débuté. Et en 1957, la France a connu plus de 4000 cas.

Personne, d’ailleurs, n’est capable d’expliquer pourquoi les épidémies de peste et de choléra du Moyen Âge, de suette picarde (qui a sévi de 1718 à 1906), et plus récemment, de scarlatine, se sont arrêtées sans vaccin, et sans décimer toute l’humanité…

Vaccins danger :le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

 

WHO-H1N1-Pandemic

Chers amis,


L’heure est grave. Dans un « quasi-silence assourdissant » sur ce sujet dans les médias depuis longtemps (ou alors avec la parole accordée très majoritairement toujours aux mêmes, représentants des intérêts des multinationales pharmaceutiques…), on nous a préparé un paquet de lois infâmes, indignes d’une démocratie !


Vous avez dit « gouvernement mondial » ? Celui-ci, je n’en veux pas. C’est celui qui orchestre la libéralisation générale, sous le nom de mondialisation, et qui ne favorise la liberté que des multinationales et de quelques entreprises pointues, pas celle des simples citoyens, coincés dans un système de guerre économique, et d’endettement artificiel habilement organisé…


Contraindre à se faire vacciner est un acte gravissime, pour qui connaît la composition complète des vaccins, et leurs risques cachés. Entre autres, une micro-encéphalite post-vaccinale est fréquente, entre autres. Heureusement, elle n’est que « micro-« , la plupart du temps. Mais à force de répéter les vaccins….?!?


J’œuvre comme médecin, en cabinet privé depuis plus de 25 ans. Je ne peux rester muet face à ce qui se trame. Et n’ai qu’un regret : n’avoir pas eu la disponibilité de faire connaître ceci plus, plus tôt, plus vite…


On pourra lire la suite de mes réflexions plus loin. Je laisse d’abord ici la place à quelques références internet des référendaires contre cette loi : PRENEZ LE TEMPS DE LES LIRE :

C’EST ASSEZ EFFARANT !


Et à vous de jouer ensuite, pour transmettre à d’autres pendant qu’il est encore temps. Quoi qu’il puisse arriver, plus nous serons nombreux à savoir, et à agir en conséquence, et mieux nous laisserons de chances à une « santé autrement », et à une liberté de conscience, de survivre !!!


Il y a 4 ans, (c’est déjà loin, on compte sur notre oubli ???), le spectre de la grippe H1N1 était brandi dans tous les medias, l’Organisation Mondiale de la Santé (financée pour moitié environ par les producteurs de vaccins) déclarait une pandémie mondiale, tous les gouvernements achetaient des millions de doses de vaccins, et de remèdes antiviraux chimiques prétendument efficaces, puis essayaient de les fourguer à tout le monde. Les 2/3 des infirmiers et infirmières, tout de même méfiants, refusaient de se faire vacciner. Surtout après les 1ères victimes chez les infirmières suédoises….

 

En Suisse, un médecin sur 2 était contre cette vaccination…. pour lui-même et sa famille. Mais parfois la pratiquait sur ses patients. Des millions de francs de vaccins et de médicaments jetés à la poubelle finalement…? Non, les produits seulement. Les francs, eux, sont partis sur les comptes en banque des pharmas… et de quelques autres intervenants probablement.


Et, ce dont on ne parle quasi jamais, mais dont un médecin comme moi sait que cela existe, des victimes d’effets secondaires parfois graves de ce vaccin (comme d’autres), et qui frappent à ma porte 1, 2, 3, voire 4 ans après, parfois au bord du suicide à force de souffrances non reconnues et non soulagées. Parfois, les médecines naturelles parviennent, non sans efforts coûteux, à « récupérer » ces personnes, à leur redonner une santé acceptable. Mais parfois non, ou pas assez.


Restent les yeux pour pleurer, et des consciences à réveiller. Pour que ça ne se reproduise pas.


Or, c’est ce qu’on nous prépare, avec cette nouvelle loi, et en pire ! Grâce à l’aventure H1N1, une partie importante des citoyens, surtout grâce à internet, a pu prendre la mesure du problème des vaccinations, prétendues efficaces et sans danger. Si elles l’étaient, il n’y aurait pas de problème, et aucun besoin de contrainte ou de menace pour que les gens courent se faire vacciner.  Bien conditionnés, certains courent de toute façon.


Mais, en rendant une vaccination obligatoire, on rend toute comparaison scientifique entre vaccinés et non-vaccinés impossible, pour cause d’inexistence des non-vaccinés !!! Or, l’histoire a montré clairement ceci (2 exemples parmi de nombreux autres) :


Aux Philippines au début du 20ème siècle, on a fait de multiples campagnes de vaccinations contre la variole. Résultats : le taux de variole a été multiplié par 6 à 10 (!!!) dans les îles vaccinées, et en particulier à Manille où tout le monde était survacciné, alors que sur l’île philippine de Mindanao, où les habitants avaient refusé d’être vaccinés, l’incidence de la variole était resté identique au point de départ.


En France, « avec la vaccination », la tuberculose a régressé et quasi disparu. Oui mais, ce qu’on ne dit ni ne montre, comme d’habitude :


1/ cette régression avait démarré bien avant l’introduction du vaccin, et était déjà très avancée lors de l’introduction du vaccin.


2/ aux Pays-Bas, où le vaccin n’était pas obligatoire, et où seuls 5 à 10 % de la population s’est fait vacciner volontairement : la régression s’est produite non seulement à la même vitesse qu’en France, mais a abouti à une disparition finalement plus rapide, car il n’y a pas eu les petites remontées momentanées (gommées dans les statistiques usuelles) liées aux campagnes de vaccination telles que pratiquées en France….


Par ailleurs, on nous bassine, malgré les faits ci-dessus et bien d’autres, avec une prétendue protection collective ! Si un vaccin était vraiment efficace et sans danger, le vacciné n’aurait rien à craindre d’un non-vacciné ! Pourquoi alors ce conformisme imposé, cette « chasse aux sorcières », cette suspicion jetée comme par hasard sur les réticents à l’industrie du médicament ?? Une personne, vaccinée ou pas, peut être un porteur sain de microbes. Ils se développent, ou pas, chez d’autres selon leur terrain biologique, leur santé, qui ne saurait pas tenir qu’à la question vacciné ou pas : tant de facteurs de santé interviennent ! Mais la majorité ne sont pas brevetables, donc peu rentables !

 

Combien de personnes savent que les vaccins contiennent pour la plupart des métaux lourds (Mercure, Aluminium), toxiques pour le cerveau, le foie, les reins, la thyroïde etc. ? Et aussi des impuretés génétiques issus des milieux de cultures (pour tous les vaccins viraux) : fragments d’ADN issus d’oeufs, de reins de singes, de foie de singes, de cellules cancéreuses humaines, etc, (tout ceci étant ou ayant été des milieux de culture des virus vaccinaux historiquement)… Etc, etc…


Se référer notamment au livre du Prof agrégé de biologie Michel Georget :  » Vaccinations, les vérités indésirables « , éditions Dangles.

 

Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

Contre les pleins pouvoirs, la mise sous tutelle, les vaccinations obligatoires, la surveillance et l’augmentation des coûts! Pour la défense de notre santé et souveraineté!

En rèsume

Télécharchez la révision totale de la loi sur les épidémies (LEpr), la loi sur les épidémies en vigeur (LEp), et les explications du Conseil fédéral avec la touche droite de votre souris.

1. Refus de la dictature sanitaire des grandes compagnies sous le couvert de la protection civile
La Loi sur les épidémies a pour but de prévenir et combattre le déclenchement et la propagation des mala­dies transmissibles. La LEp en vigeur est excellente et recouvre toutes les éventualités. Mais la LEpr dévie de manière irresponsable de la cible en mettant les intérêts des grandes entreprises inter­nationales au dessus de ceux de la population en général. C’est la raison pour laquelle nous avons lancé ce référendum. La LEpr met la Suisse sous tutelle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et son Règlement Sanitaire Internationale (RSI) (LEpr Art. 80.3). L’OMS est contrôlé par les entreprises pharmaceutiques et financé par la fondation Rockefeller. Selon le RSI tout pouvoir est concentré auprès de l’OMS. La force prime sur le droit. Si l’OMS, comme dans le cas de la grippe porcine, déclare une situation particulière (ou extraordinaire) (Art. 6.1.b + 7), le Conseil fédéral n’a plus le pouvoir d’intervenir et alors ne peut par prévoir ce que l’OMS va faire. Il suffit d’une situation particulière et l’OMS peut ordonner les cantons via l’OFSP (Art. 8.2 + 80.3 + RSI) d’imposer des vaccinations obligatoires et en masse (Art. 6.2.d + 22), des mesures ordonnées avec exécution par voie de contrainte (Art. 32 ff), des interdictions totales d’exercer votre profession (Art. 38), la fermeture de vos entreprises privées (Art. 40.b) et des amendes non limitées (Art. 83).

2. Voulez-vous que le gouvernement fédéral reçoive un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens?
En matière de protection contre les maladies transmissibles, l’approche fédéraliste a prouvé que la propre responsa­bilité des citoyens, médecins, municipalités et cantons bien interconnectés nous protège plus efficacement contre des maladies, bien plus que des autorités centralisées le pourraient. Au lieu de ceci, les partisans de la LEpr de manière autori­taire veulent transférer tout le pouvoir aux autorités centralisées (art. 6-7). Entre­prises et autorités natio­nales et interna­tionales sont étroitement imbriqués et obtiennent un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens. Voulez-vous aveuglement ac­cepter le risque d’abus de pouvoir – justifié par une « science » pharma­ceutique financée avec des buts lu­cratifs – au détri­ment des contribuables que nous sommes?

3. Voulez-vous être contraints à des vaccinations ordonné par l’OMS?
Conformément à la LEpr, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) peut nous dicter quand de nouveau une pré­tendue pandémie se déclare (art. 6.1.b). Au-delà, le Conseil fédéral s’engage à imposer les mesures obligatoires déter­minées par l’OMS – vaccinations obligatoires (veuillez dispositions pénales) – des «groupes en danger» et des «gens exerçant certaines activités» – infir­mières, policiers, militaires etc. – à apporter à notre pays. C’est à dire: l’OMS constate une «urgence sanitaire» et des compé­tences globales sont transférées! Ici, une séparation des pouvoirs manque. Les conflits d’intérêts ex­hortent à la pru­dence. Rappel: 2009, L’OMS et leurs conseillers, partiel­lement payés par les producteurs de vac­cins, ont proclamé, totalement in­utilement, le niveau le plus haut de pandé­mie grippe porcine. Dans le monde entier, les autorités avaient été acquises à son dictat de dépenser des milliards de recettes fiscales pour les vaccins, lesquels ont en­suite dû être détruits en tant que déchets dangereux par tonnes! Heureusement pour notre population, ceci n’a donné en 2009, aucune vaccina­tion obliga­toire. Et ce statut n’a aucune raison d’être modifié.

4. La mise sous tutelle et la criminalisation du citoyen souverain
Si nous, citoyens souverains, vérifions la «situation particulière» et sans autorisation officielle effectuons une analyse microbiologique pour détecter des «maladies transmissibles» par un laboratoire indépendant, nous sommes punis d’amende (art. 83). Les fabricants de vaccins peuvent-ils nous imposer au travers de l’ OMS, quand et pourquoi nous devo­ns nous faire vacciner en Suisse? La crainte d’une pandémie, régulièrement fomentée par les médias n’est pas une rai­son pour octroyer aux puissances étrangères, l’autorité totalitaire sur nous. Laissez-nous préserver nos droits constitu­tionnels et fondamentaux de l’autodétermination et du droit à l’intégrité corporelle!

5. L’irresponsabilité prescrite par la loi de l’industrie pharmaceutique et du corps médical
Avec nos impôts, le Gouvernement fédéral prendrait en charge une partie des éventuels dommages causés à la san­té ré­sultants des vaccinations ordonnées, mais seulement jusqu’à un maximum de CHF 70’000 par personne blessée (art. 65). Le manque de responsabilité est un stimulant pour les fabricants pour fournir des vaccins insuffisam­ment testés; cela in­cite à un risque accru de dommages résultants d’une vaccination obligatoire. Parce que de nom­breux vaccins contiennent des additifs toxiques, les partisans de la vaccination veulent décider eux mêmes quand et pourquoi on vaccine. Sur le site référendaire loi-epidemies-attention.ch vous trouverez des instructions sur la façon de reconnaître les produits douteux. Personne ne doit vous ordonner sous la menace de sanctions de vous faire vacciner avec des poisons comme le mercure/thimérosal (neurotoxine), l’hydroxyde d’aluminium (dégâts cérébraux), le glutamate de so­dium (destructeur du cerveau), polysorbate (infertilité), le formaldéhyde (cancer), l’OCM (tumeurs malignes), nanoparticules (effets inconnus) etc. Notre santé ne doit pas être mise en danger en faveur des intérêts de pouvoir et des profits pharmaceutiques.

6. Si vos données de santé et vos habitudes de voyage venaient à être fichées, partagées et divulguées?
Voulez-vous qu’une base de données de santé nationale et centralisée puissent être confiée aux autorités étrangères (art. 60+62)? Après le secret bancaire, le secret médical cours internationalement à sa perte. En tant que citoyen jouissant d’une répu­tation intègre, vous pourriez, à cause de – éventuellement fausses – données médicales, être détenu par une douane étran­gère, être mis en quarantaine ou être soumis à un traitement médical forcé, et bien plus encore.

7. Non à l’explosion des coûts de la santé! Le LEpr va accélérer la hausse des primes d’assurance de santé. Pratiquement, toutes les modifications législatives depuis l’introduction de la Loi sur l’assurance maladie ont inexorablement entraîné une hausse du coût pour nous les citoyen(ne)s et de profits pour l’industrie pharmaceutique. L’obligation de se faire vacciner permet les entreprises pharmaceutiques de vendre leurs vaccins, y compris les frais de publicité obligatoire avec l’argent de nos impôts. De plus le grand public se doit également de prendre en charge les coût élevés liés aux dégâts de santé sur un nombre incalculable de personnes.

8. La propagande des morts de Berset (Weltwoche, voir fichier pdf): Le Conseiller Fédéral Alain Berset affirme dans le livret de votation concernant la révision de la loi sur les épidémies que 2’000 personnes meurent chaque année d’infections nosocomiales (en milieu hospitalier) en Suisse. L’avocat Markus Erb dénonce ce chiffre fantaisiste. Ces 2’000 décès de la propagande – ainsi que l’erreur très arrangeante concernant les droguistes – ont été imaginés par un groupe de travail qui, sous la houlette du porte-parole du CF André Simonazzi, a conçu et rédigé le fascicule des votations. La Chancellerie fédérale précise que toutes les informations factuelles ont été fournies par le département en charge du thème. Cela veut dire que c’est l’OFSP et le secrétariat général d’Alain Berset qui portent la responsabilité des faux chiffres et citations. Finalement, le Conseil Fédéral à validé le document sans vérifier la pertinence de son contenu.

Pour cela le 22. Septembre 2013 votez NON à la loi révisée sur les épidemies!

Journal de votation: Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies
Journal de votation: Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

En gros une nouvelle épidemie mondiale doit etre envisagée la première a été un échec la 2nd sera plus autoritaire …a faire passer car cela commence par un test en suisse ensuite cela sera généralisé aux autres pays ……

 

Les scientifiques britanniques mettent en garde contre une épidémie mondiale .

fdsdsfsdocumentaire-video-sur-laboratoire-p4-jean-me-L-1

Les scientifiques britanniques mettent en garde contre une épidémie mondiale d’une infection virale dangereuse.Le virologue John Oxford de Queen Mary Hospital à l’Université de Londres estime que l’épidémie pourrait éclater au cours des cinq prochaines années.

De nombreux sites Internet lient le début d’une épidémie qui attend l’humanité avec la mort d’un Britannique âgé de 38 ans en Afghanistan. Celui-ci est mort après avoir attrapé un virus lors du mariage de son frère. Le ton alarmant de ces publications suggère que le nombre de victimes de cette nouvelle maladie ne fera qu’augmenter, avec une mortalité qui dépasserait 30 % selon certaines sources.

Un certain nombre d’experts supposent qu’il y avait une certaine confusion, et plusieurs faits appartenant à des événements différents ont été mélangés. Le citoyen britannique est décédé de la fièvre virale hémorragique de Congo-Crimée. Cela fait longtemps que cette maladie a un traitement dans les pays européens.

« Il s’agit d’une maladie bien connue, découverte d’ailleurs par des scientifiques russes », explique le chef du laboratoire de l’Institut central de recherche sur l’épidémiologie Alexandre Platonov. « Une centaine de personnes sont soignées pour cette maladie en Russie. En Turquie, on enregistre un millier de malades. A peine 2 %, grâce à un traitement adéquat, meurent de cette maladie et non pas 30 %. En Turquie ce taux atteint 5 % ».

Dans les publications sur ce « virus d’Armageddon », au moins deux virus différents sont évoqués. Outre le cas de fièvre de Congo-Crimée, les médecins britanniques ont découvert un nouveau virus qui peut s’apparenter au virus de la pneumonie atypique – une maladie qui a tué plusieurs centaines de personnes en 2003. Le nouveau virus a été détecté par le laboratoire de l’Agence de protection de la santé à Londres.

Apparemment, c’est ce virus qu’évoque le virologue Oxford. En 2018, selon lui, une « seconde épidémie de grippe espagnole » pourrait éclater dans le monde. La première pandémie de « grippe espagnole » a éclaté dans le monde dans les années 1920. Dans l’interview à La Voix de la Russie le professeur John Oxford lie cette épidémie à la situation actuelle.

« Je n’ai pas nommé l’année 2018 par hasard. Cela fera exactement 100 ans après que la première épidémie de « grippe espagnole » ait éclaté. Et je suppose que les oiseaux seront à l’origine de ce virus. Nous avons déjà observé plusieurs variantes de ce virus – en 1958, 1968 et 2009. Elles n’ont pas abouti à l’épidémie comparable à celle de 1918. Au cours ce ces 100 dernières années, il n’y a pas eu de véritable pandémie, sauf en 2009. C’est pourquoi je pense que la prochaine épidémie éclatera en 2018. Et nous devons être prêts à prendre des mesures si cela arrive ».

De nombreux médecins préfèrent toutefois de ne pas dramatiser les événements. Ils estiment que de nouveaux virus sont découverts constamment, et ce n’est pas une raison pour paniquer.

« Il s’agit d’un nouveau virus », explique Alexandre Platonov. « Apparemment il a été transmis à l’homme par des chauves-souris. Une cinquantaine de personnes qui ont été au contact avec des malades, n’ont pas attrapé la maladie. Il s’agit d’un phénomène courant. Chaque année, nous découvrons de nouveaux virus. Et c’est vrai qu’ils sont transmis à l’homme par des animaux. Nous connaissions depuis longtemps la plupart des virus qui se transmettent d’une personne à une autre. Le cher professeur londonien a de nouveau repris le motif dramatique, affirmant que « nous allons tous mourir ». Je ne pense pas que cela sera le cas. Si l’humanité ne s’est pas éteinte sans l’aide médicale pendant des siècles et des millénaires comme nous l’avons observé, alors pourquoi devrait-elle être menacée au cours des cinq prochaines années ? ».
Les paroles des experts sont encourageants, mais pas beaucoup. Car nous ne sommes jamais à l’abri des épidémies mortelles qui font des victimes. Pour certains, c’est la manière dont la nature se venge des hommes. Peut-être qu’elle ne remarque pas nos tentatives d’échapper à son contrôle. Et cela signifie que nous sommes condamnés à franchir des « goulots d’étranglement » des étapes de l’évolution, en mourant comme personnalités et en renaissant comme espèce. Car c’est seulement dans la lutte incessante pour la place sous le soleil que l’Homo sapiens peut obtenir le droit à l’existence.

cela ressemble au scénarios du film 28 jours après ou je suis une légende bref,il ya eu une vague de mort suspecte de scientifiques 115 au total et a 90% ils travaillaient dans la biologie microbiologie pour certains  sur les virus les plus mortelles dans le monde ,ou comme cette expert des armes biologiques américains qui parla trop , un exemple :John (Jack) P. Wheeler III,. vu la dernière fois le 30 décembre retrouvé mort dans une décharge du Delaware, a combattu pour obtenir la construction du Mémorial du Vietnam et il a servi dans les administrations des 2 Bush. Sa mort a été écartée d’un homicide par Newark, la police du Delaware. Wheeler est diplômé de West Point en 1966, et a eu un diplôme de droit de Yale et un diplôme de commerce de Harvard. Sa carrière militaire , qui comprend un poste au bureau du secrétaire à la Défense, lui a servi pour l’écriture d’un manuel sur l’efficacité des armes biologiques et chimiques, qui recommande aux Etats-Unis de ne pas utiliser des armes biologiques.

The living Matrix ou comment mobiliser votre propre pouvoir d’auto-guérison .

the-living-matrix-affiche

Ce film est le premier documentaire présentant des chercheurs, journalistes scientifiques et praticiens de renommée internationale sur le thème des champs d’énergie et d’information dans le domaine de la santé.
Il révèle les dernières découvertes scientifiques qui remettent en question notre conception même de l’être humain et de son fonctionnement, et mettent en évidence l’influence des mécanismes bioénergétiques dans la biologie et la guérison. Ce ne sont pas les gènes qui gouvernent nos cellules mais bien « le Champ » qui nous entoure et nous pénètre ! Mais qu’est-ce que ce « Champ » ? Comment influence-t-il notre corps ?

C’est dans cette aventure que nous emmènent le Dr. Rupert Sheldrake concepteur de la théorie des champs morphogénétiques, le Prof. Fritz Albert Popp, découvreurs des Biophotons, ou encore le Dr. Bruce Lipton, le guérisseur et praticien de la Reconnexion Eric Pearl et bien d’autres…

De la physique quantique à l’influence de nos pensées, de nos intentions et de nos croyances sur notre santé, de la cohérence cardiaque au concept de champ corporel humain, The Living Matrix explore de manière synthétique et claire des idées passionnantes et novatrices au sujet de la santé.

Des témoignages de guérisons spectaculaires et des animations 3D viennent compléter ce film qui participe magnifiquement au changement de paradigme qui se produit en ce moment dans le domaine de la santé et du soin.

« http://www.corzeame.fr/produits_therapie_energie_naturelle »>Achetez ce DVD chez corzeame.fr

 

Un nouveau virus proche du SRAS identifié au Royaume-Uni

Un nouveau virus proche du SRAS identifié au Royaume-Uni

 

k
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille de près l’éclosion d’un nouveau coronavirus identifié au Royaume-Uni. Photo tirée du site de l’agence Destination santé

Maladies pulmonaires Un nouveau virus proche du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) a été identifié récemment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chez un patient. À ce stade, le nouveau virus ne suscite pas une inquiétude, mais la vigilance est de mise.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille de près l’éclosion d’un nouveau coronavirus identifié au Royaume-Uni chez un patient de 49 ans. Originaire du Qatar et ayant séjourné en Arabie saoudite, ce dernier est actuellement pris en charge dans un hôpital londonien pour une infection respiratoire aiguë sévère et une insuffisance rénale.
« Le patient est toujours en vie, mais d’après ce que nous savons, dans un état grave », a déclaré hier Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS, basée à Genève. « Nous sommes en train d’enquêter là-dessus, a-t-il ajouté. Nous demandons à quiconque aurait observé de tels cas de nous contacter, mais pour le moment nous n’avons pas reçu de nouvelle notification. »

Il convient de rappeler que le SRAS était apparu fin 2002 en Chine. Le virus, qui s’était rapidement diffusé dans trente pays, avait été responsable d’une pandémie en 2003 touchant en trois mois 8 096 personnes dans le monde dont près de 800 décès. Le virus a été maîtrisé en trois mois grâce à des mesures de prévention et de contrôle drastiques. Aucun cas n’avait été identifié au Liban.
« Étant donné qu’il s’agit d’un nouveau virus, l’OMS travaille actuellement à rassembler de plus amples informations afin de déterminer les implications sur la santé publique », a précisé l’organisation onusienne dans un communiqué.

Séquences virales identiques
Pour Peter Openshaw, directeur du Centre des infections respiratoires à l’Imperial College de Londres, le nouveau virus ne semble pas, à ce stade, devoir être un sujet de préoccupation publique. « Pour le moment, la vigilance s’impose, mais pas l’inquiétude », a-t-il insisté.
Le patient présentait les symptômes d’une infection respiratoire aiguë lors de son examen par des médecins le 3 septembre. Le 7 septembre, il avait été admis dans une unité de soins intensifs à Doha avant d’être transféré en Grande-Bretagne par vol sanitaire.
« L’Agence de veille sanitaire britannique (AVS) a mené des examens en laboratoire et confirmé la présence d’un nouveau virus », a souligné l’OMS, sans préciser où a été réalisé le diagnostic initial. Les chercheurs de l’AVS ont comparé des séquences génétiques du virus à partir d’un échantillon prélevé sur le patient qatari avec celles d’un virus prélevé par des scientifiques néerlandais sur des tissus pulmonaires d’un Saoudien décédé cette année. Les deux séquences virales se sont révélées identiques à 99,5 %.
Peter Openshaw note qu’aucun lien n’a été établi entre les deux cas et leur apparition peut relever d’une coïncidence qui, en d’autres temps, n’aurait pas été diagnostiquée. « La preuve d’une transmission (du virus) entre deux humains serait inquiétante, a-t-il toutefois admis. On pourrait s’inquiéter de l’apparition d’un nouvel agent (viral) du type du SRAS. »
L’OMS ne recommande aucune restriction sur les déplacements internationaux.
(Sources : Reuters et Destination santé)

E-coli ou peste bubonique un rapport Russe accuse une attaque aeorosol ciblée

3592049663_cd178511e9_o2

L’inspecteur sanitaire en chef Russe a rendu un rapport au président russe Medvedeve chef de Rospotrebnadzor Guennadi Onichtchenko confirme que la souche E. coli qui a tué plus de près de 40 personnes en Allemagne a été «génétiquement militarisé» et pose désormais la menace de provoquer une pandémie mondiale prévient-il «peut être irréversible. »

Onichtchenko avait déjà imposé une interdiction sur tous les fruits et légumes de l’Union européenne à venir en Russie après cette flambée a commencé en disant qu’il n’était pas satisfait des réponses qu’il a été accordée par les autorités de l’UE au sujet de leur sécurité. Dans le passé, de 24 heures, cependant, les Etats Onichtchenko, dans son rapport que le laboratoire de l’UE à Rome avait fourni la Russie avec un échantillon à partir duquel son «analyse initiale»avait été  faite.

Il est Important de noter  que l’analyse initiale Onishchenko de cette souche E.coli jamais vu mortel étant génétiquement modifié militairement , d’accord avec les tests effectués par des scientifiques chinois sur sa structure de l’ADN,

Les experts américains, de même, d’accord sur cette nouvelle souche E.coli étant génétiquement  modifié par les militaires et comme nous pouvons lire, en partie, tel que rapporté par le site NaturalNews.Com:

«Quand les scientifiques à l’Institut Robert Koch en Allemagne a décodé la constitution génétique de la souche O104, ils ont trouvé pour être résistant à toutes les classes suivantes et les combinaisons d’antibiotiques:

• pénicillines

• tétracycline

• l’acide nalidixique

• triméthoprime-sulfamethoxazol

• les céphalosporines

• amoxicilline / acide clavulanique

• pipéracilline-sulbactam

• pipéracilline-tazobactam

De plus, cette souche O104 possède une capacité à produire des enzymes spéciales qui lui donnent ce qu’on pourrait appeler «superpuissances bactéries » connu techniquement comme BLSE:

«Spectre étendu des bêta-lactamases (BLSE) sont des enzymes qui peuvent être produites par les bactéries qui les rend résistantes aux céphalosporines, par exemple le céfuroxime, céfotaxime et ceftazidime – qui sont les antibiotiques les plus largement utilisés dans de nombreux hôpitaux», explique la Health Protection Agency au Royaume-Uni (http://www.hpa.org.uk/Topics/Infect …).

En plus de cela, cette souche O104 possède deux gènes – TEM-1 et CTX-M-15 – que «les médecins ont fait frémir depuis les années 1990″, rapporte le Guardian. Et pourquoi font-ils  frémir  les docteurs ? Parce qu’ils sont si meurtrières que de nombreuses personnes infectées par des bactéries et provoque la défaillance d’un organe critique et meurent tout simplement.

Alors, comment, exactement, une souche bactérienne venir à l’existence qui résiste aux antibiotiques plus d’une douzaine en huit classes de médicaments différents et dispose de deux mutations génétiques mortelles en plus des capacités d’enzymes BLSE?

Il n’ya vraiment qu’une seule façon cela se produit (et un seul trajet) – vous avez à exposer cette souche de E. coli à l’ensemble des huit classes de médicaments antibiotiques. Habituellement, ce n’est pas fait dans le même temps, bien sûr: Vous devez d’abord l’exposer à la pénicilline et de trouver les colonies survivantes qui sont résistantes à la pénicilline. Vous prenez alors ces colonies survivantes et les exposer à la tétracycline. Les colonies survivantes sont maintenant résistantes à la pénicilline et la tétracycline. Vous pouvez ensuite les exposer à un sulfamide et de recueillir les colonies survivantes de cela, et ainsi de suite. Il s’agit d’un processus de sélection génétique effectué dans un laboratoire avec un résultat souhaité. C’est essentiellement la façon dont certaines armes biologiques ont été développés par l’armée américaine à ses installations de laboratoire à Ft.. Detrick, au Maryland. « 

Pire encore, cette souligne le rapport, le journal allemand Süddeutsche Zeitung a récemment rapporté que leader allemand E. coli chercheur Helge Karch a découvert que le O104: H4 bactérie E. coli responsables de l’épidémie actuelle est une chimère que l’on appelle qui contient du matériel génétique provenant de divers bactérie E. coli, y compris des séquences d’ADN de la bactérie mortelle peste bubonique, rendant ainsi la forme la plus mortelle de cette bactérie jamais trouvé.
en 2009 j’avais attiré l’attention sur la mort soudaine de chercheurs sur la peste bubonique  extrait ici « Le 23 novembre, docteur Vladimir Pasechnik, le scientifique principal de Biopreparat qui était responsable de la peste aerosol( chemtrail ) et était le développeur couronné de succès d’armes connues sous le nom de « groupe Novichok » a été trouvé mort.

Onichtchenko met aussi en garde dans son rapport que cette souche E.coli déjà mortel semble être non seulement une mutation supplémentaire, mais elle est également en cours à travers les cours d’eau européens, une demande étayée par des rapports nouvelles d’Allemagne qu’il déclarant a maintenant été trouvé dans un ruisseau près Francfort. Responsables de la santé en Allemagne ont, également, ont confirmé qu’ils ont détecté le premier cas de humain à humain propagation de cette souche mortelle E. coli.

Le plus grand danger pour les humains de cette nouvelle souche E.coli, Onishchenko avertit à travers ses mutations ont continué au-delà des 50 à 75 générations, il semble avoir été génétiquement modifiées pour « expirer »  Cet avertissement est particulièrement grave, après les rapports ont été reçus de France détaillant la manière dont 7 enfants sont maintenant en état critique en raison d’une épidémie d’une souche E.coli déjà connu, mais qui a maintenant la complication redoutée et parfois mortelles connue comme le syndrome hémolytique et urémique (SHU) qui détruit les reins et n’avait été trouvée dans la souche allemande d’avant.

Même si Onishchenko n’a pas attribué le blâme dans son rapport quant à savoir qui peut avoir génétiquement modifiés et militarisé cette nouvelle souche E. coli, il ne postulons que le « plus probable » méthode de livraison a été grâce à un mécanisme « rejet dans l’atmosphère d’une version sous forme d’aérosol « d’elle au cours d’Allemagne du Nord où l’épidémie a commencé.

Pour qui est responsable de cette bio-attaque meurtrière contre l’Allemagne nous avions rapporté précédemment en citant un rapport du ministère russe des Affaires étrangères qui a déclaré le président américain, Barack Obama, avait été convoqué au cours des dernières semaines Bilderberg réunion en Suisse pour répondre aux accusations portées contre lui par les Allemands affirmant qu’il avait ordonné l’attaque a cause du   refus de la chancelière Merkel de soutenir la guerre de Libye ou de permettre à un autre plan de plusieurs milliards d’euros du  renflouement de la Grèce.

Intéressant à noter est que quelques jours de cette réunion de Bilderberg, l’Allemagne a été forcé par Obama et a  rapidement reconnu les rebelles libyen et Merkel a renoncé à sa demande que les banques américaines et européennes qui ont causé la crise grecque de fixer une aide  au  lieu de mettre tout le fardeau, une fois encore, sur le dos des contribuables.

Donc, aujourd’hui en Allemagne, près de 40 personnes sont déjà mortes et plus de 3.400 se situent malades de cette attaque bio-, plus de 700 d’entre eux près de la mort …. Chacun d’eux des morts inutiles dans ce nouveau grand jeu pour le contrôle des ressources restantes de notre Terre étant joué par les grands empires dont le seul motivation est le profit et le pouvoir …. et qui de nous tous « bouches inutiles » nous sommes justes que du bétail enfermé dans un grand laboratoire……