Les expériences secrètes de la C.I.A

CIA-930_scalewidth_630-290x160

La CIA (Central Intelligence Agency) est une agence de renseignements qui collecte des informations par le biais de l’espionnage au nom du gouvernement américain. Voulant gagner la guerre froide, les Etats-Unis ont financé la CIA pour faire des expériences à l’insu des citoyens : lavages de cerveaux, manipulation et création d’assassins sous contrôle, planification d’exécution de dirigeants étrangers… jusqu’où sont allées les folies du gouvernement et de la CIA ?

Des recherches consistaient à maîtriser l’art de la manipulation mentale. Les nazis jugés criminels de guerre à Nuremberg étaient pour certains des anciens employés de la CIA. Une compote d’espions et de criminels scientifiques constituaient la force de la CIA qui continuait encore et toujours à développer du matériel chimique et biologique : poison, sérum de vérité… etc.

Frank Olson, responsable du laboratoire de chimie pour le développement d’armes biologiques à usage de la CIA en 1953, a été choqué des expériences réalisées après être allé voir un médecin à New York d’où il n’est plus revenu. Beaucoup veulent faire croire au suicide : Frank Olson serait tombé ou aurait sauté par une fenêtre d’un grand immeuble.

Quel aurait été l’intérêt de la CIA à éliminer Olson ? La question se résout par les expériences de Sarin, une des substances les plus toxiques pour l’homme, testée sur des soldats volontaires, en leur faisant croire que c’était des tests de vaccins contre le rhume, en échange d’une récompense. Ken Hurl, un des soldats cobaye, témoigne du fait que l’expérience avait lieu dans des chambres à gaz et qu’il a appris bien plus tard, que l’expérience consistait à tester la dose nécessaire pour que le Sarin soit mortel. Un des soldats a été tué, et Olson aurait été témoin de cette horreur.

Il a donc commencé à exprimer son mécontentement et à contester les pratiques, suite à quoi il a déposé sa démission. Après celle-ci, Olson est envoyé chez un soi-disant psychologue, et il se suicide quelques jours après.

D’autres tests ont été fait dans le but de programmer des personnes. Il s’agissait de leur fixer des casques avec un appareil audio diffusant des phrases répétées sans cesse pendant des semaines et des semaines. A la fin de cette torture, les sujets subissait un changement de comportement : ils étaient hypnotisés !

Cette méthode permettait de faire assassiner des personnes, mais l’assassin ne devait pas se souvenir de ses actes, de sorte à ce que s’il est capturé et interrogé, il ne pourra rien révéler……..

A 24 ans, Seran, l’assassin de Kennedy est présumé avoir été sous hypnose. Il était en transe et semblait incapable d’expliquer son geste. Seran aurait été programmé pour assassiner Kennedy.

Trois grandes raisons expliquent pourquoi la CIA pouvait vouloir la mort de Kennedy :
1) Il s’opposait à la guerre du Vietnam alors que beaucoup d’entreprises gagnaient de l’argent sur le dos de ce conflit.
2) Il s’opposait au conflit avec Cuba, il voulait un accord avec Castro et Cuba.
3) Il voulait relancer l’enquête sur l’assassinat de son frère, ce qui rendait beaucoup de personnes nerveuses.

Qu’en est-il de cette théorie de l’hypnose ? Les experts en hypnose disent qu’il n’est pas possible de contrôler quelqu’un à ce point là. De plus, la CIA abandonne ses recherches concernant l’hypnose et la programmation des personnes car elle se rend compte que c’est un projet impossible qui ne risque pas d’aboutir.

 


cia projet secret 01 sur 3 par bronzertiti
cia projet secret 02 sur 3 par bronzertiti
cia projet secret 03 sur 3 par bronzertiti

La reconnaissance faciale sur Facebook pourquoi et comment la désactiver .

reconnaissance-faciale

 

 

L’intégration de la reconnaissance faciale sur Facebook ne fait pas que des heureux.“Si ces données tombaient entre de mauvaises, mains, il serait possible de comparer et d’identifier n’importe qui prit en photo avec un téléphone portable. » Selon les lois en vigueur, il est interdit de faire la collecte et de stocker des données biométriques sans le consentement de l’utilisateur concee,aalrné.

Facebook peut vous reconnaître sur n’importe quelle photo. L’option « reconnaissance faciale » existait déjà mais va être généralisée grâce à l’acquisition de Face.com Votre compte a été paramétré automatiquement. Voici comment désactiver l’option.

Le 18 juin dernier, Facebook s’offrait Face.com, une start-up israélienne spécialisée dans la reconnaissance faciale et les outils permettant d’identifier les personnes figurant sur les photos mises en ligne. De cette façon, le célèbre réseau social s’offrait les moyens de vous identifier sur n’importe quelle photo où vous apparaissez. Et pour « bénéficier » de cette option, pas besoin de faire quoi que ce soit. Facebook l’a fait pour vous. Ce paramètre a été activé automatiquement.

Comment désactiver la reconnaissance faciale?

Si cette possibilité d’être identifié par le système ne vous dérange pas, vous pouvez tout laisser comme tel. Par contre si vous souhaitez désactiver cette fonction, Slate.fr s’est penché sur la question en traduisant et relayant un article de Will Oremus. Voilà ce qu’il écrit:

 » Sur son blog Naked Security, Graham Cluley, de la société de sécurité informatique Sophos , explique comment. Son guide pratique est illustré, mais voici les trois principales étapes :
•    1. Ouvrez vos paramètres de confidentialité de Facebook
•    2. A côté de «Journal et identification», sélectionnez «Modifier les paramètres»
•    3. A côté de «qui voit les suggestions d’identification lorsque des photos dans lesquels vous semblez apparaître sont téléchargées», sélectionnez «Personne», puis cliquez sur «OK». »

Quel est l’intérêt de la reconnaissance faciale?

Lorsque Facebook s’est offert Face.com, il a justifié cet achat par le goût des internautes pour le partage de photos. « Les gens qui utilisent Facebook aiment partager leurs photos et leurs souvenirs avec des amis, et la technologie de Face.com a aidé à fournir la meilleure expérience », avait fait valoir une porte-parole du leader des réseaux sociaux dans un mail.

Pourtant, il y a fort à parier que des intérêts financiers sont en jeux. Dans son article relayé par Slate, Will Oremus rappelle que Facebook a déjà réussi à donner une valeur marchande à ses abonnés . Il affirme que ce système de reconnaissance faciale sera prochainement monétisé. Car, selon, lui, le grand défi de Facebook est désormais « que ses utilisateurs aient de la valeur pour ses investisseurs« .

Lu sur rtl.be

Une ex agent de la CIA fait des révélations sur le 11 septembre

550882218

Après 10 ans de silence, l’ex-agent de la CIA Susan Lindauer témoigne sur le 11 Septembre et ses propos sont détonants :
– Les services de renseignement des USA savaient.
– Mohammed Atta était un agent des USA
– Des camionnettes sont venus la nuit, pendant 10 jours dans les sous-sols du WTC avant l’attentat.

Susan Lindauer a été poursuivi en vertu du Patriot Act et mise en prison pendant un an. Elle n’a jamais été jugée et a été auditionnée une seule fois en 5 ans.
Un témoignage décisif, important qui doit absolument être entendu.

Merci à CPT_Anderson pour les traductions

8 millions de Français vont voter sur des machines à voter (tricher) électroniques, programmables à dist

Ces machines de marque Diebold qui seront largement utilisées an 2012, à travers le Monde, sont les pires machines à tricher, qu’un esprit malin ait jamais inventé : http://www.computerworld.com/s/article/9220356/Argonne_researchers_hack_Diebold_e_voting_system_

Ceux qui ont lu : « Un Grand Projet pour la France », savent que la création de la Communauté Européenne est une création de la CIA, pour le compte du Cartel des Banques, destinée à empêcher l’Europe de se construire intelligemment et pour au contraire la détruire. On observe aujourd’hui, partout en Europe, les premiers résultats de cette stratégie. Ces lecteurs savent aussi que c’est la Commission Européenne, un repère de soldats des Rothschild, et non le Parlement Européen, qui dirige et organise l’implosion de l’Union.

Ce que vous ne savez pas, c’est que 8 millions de Français vont voter sur ces machines à voter (tricher) électroniques, dont les résultats sont programmables à distance. Ces machines construites entre autres par la société Diebold, ont déjà été utilisées aux Etats-Unis, en novembre 2000 et novembre 2004 pour faire élire George W. Bush. Voir à ce sujet ce que j’en écrivais en 2005, dans « Stop the Warbiz ».

Extrait du livre « Stop au Warbiz », chapitre 5, publié en juin 2005. La version Anglaise de ce livre « Stop the Warbiz » est toujours disponible ici : http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=stop+the+Warbiz , et à la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

Adieu Démocratie…
La mascarade de l’élection de 2004

Avant même l’élection, Karl Rove (Le pouvoir derrière le trône), « l’empaleur », avait dit qu’il ferait tout ce qui sera nécessaire – c’est-à-dire n’importe quoi – pour s’assurer de la victoire de Bush.

Pour s’assurer du gain de l’élection présidentielle de novembre 2004, les Républicains ont changé de tactique. Après les tricheries de Floride en 2000, ils ont misé cette fois sur des moyens plus modernes. Des machines à voter flambant neuves ont été utilisées dans 30 Etats, pour… 28% des votes prévus. Malheureusement, ces machines ont déjà prouvé en Georgie en 2002 qu’elles pouvaient inverser le résultat d’une élection. Elles sont exclusivement fabriquées par des sociétés détenues par des républicains notoires (Diebold Election Systems dans l’Ohio, Sequoia Voting Systems, basé en Californie et Election Systems & Software à Omaha, Nebraska). Elles sont « largement en dessous des minima de sécurité requis pour de tels équipements » et sur un panel de 1600 spécialistes informatiques, dont 200 docteurs, pas un seul ne s’est trouvé pour dire que ces machines étaient pour le moins « sures, fiables et contrôlables ».

Par contre, le panel a été unanime a déclarer que « ces machines à voter sont peu sûres, sujettes au piratage informatique interne et externe, et qu’elles présentent un (grave) danger pour des élections démocratiques ».

Ces trois compagnies ont toutes de très forts liens avec l’administration Bush. Quelle coïncidence, leurs principaux actionnaires sont aussi les toutes premières multinationales du WARBIZ… Northrop-Grumman, Lookheed-Martin, EDS (Electronic Data Systems) et Accenture. Diebold a fait appel à Scientific Applications International Corporation (SAIC) de San Diego pour développer les logiciels sécurisés des machines à voter… alors qu’une majorité des membres du conseil d’administration de SAIC viennent, soit du Pentagone ou de la CIA :
– Le Général d’Armée Wayne Downing, un ancien du Conseil National de Sécurité,
– Bobby Ray Inman; ancien directeur de la CIA,
– William Owens, ancien patron de l’Etat-major des armées aujourd’hui à la retraite,
– Robert Gates, un autre ancien directeur de la CIA.

Ainsi, c’est une société privée liée au complexe militaire et à la CIA qui assure l’intégrité de la programmation des machines à voter pour le compte des sociétés du WARBIZ…

Tous les casinos du monde utilisent des machines à sous électroniques. Ces machines sont programmées pour obtenir les résultats escomptés par leurs propriétaires… Ces gens ont inventé des machines à voter sur le même principe… c’est-à-dire « qui permettent d’obtenir les résultats escomptés… »

Cette année, la fraude post et préélectorale était tellement massive qu’il aurait fallu des années de combat juridique pour que cette élection ressemble à un processus honnête. En jetant l’éponge si rapidement, John Kerry a dévoilé au monde la franche mascarade qu’aura été cette élection. La seule possibilité qu’elle soit conforme aux vœux des patrons du « WARBIZ »… était la reconnaissance de sa « défaite » par John Kerry. Ce qu’il s’empressa de faire au plus grand mépris des 60 millions d’Américains qui avaient voté pour lui…

Aussi longtemps que de telles machines à tricher (pardon à voter) existeront, il n’y aura PLUS AUCUNE DEMOCRATIE, dans les pays qui les utilisent. (Seuls pour le moment, début 2012, les Allemands ont déclaré ces machines illégales…)

Ces nouvelles « boîtes noires » informatiques qui servent de machines à voter ne produisent aucune trace papier. Il ne sera donc jamais possible de vérifier les résultats d’une élection contestée.

Quand on sait – qu’avant même le jour de l’élection – l’on dénie systématiquement le droit de vote (une fois de plus) aux noirs et à de nombreux autres démocrates pour des raisons iniques… Quand on sait que de nombreuses machines électroniques à voter contenaient plusieurs milliers de voix pour Bush, avant même que quiconque ait voté… Quand on connaît le risque de fraude massive que représentent les nouvelles machines à voter électroniques… Quand on sait que l’on a comptabilisé 14,3 millions de votes de plus en 2004 qu’en 2000… et quand on constate que cet accroissement du nombre de voix s’est réparti entre 10 millions pour les représentants du WARBIZ et 4,5 pour ceux qui défendent la sécurité sociale, l’emploi et l’état providence et que l’on entend les trompettes de Bush essayer de vous faire croire que ces dix millions sont le résultat d’une poussée du vote populaire, on a besoin de personne pour comprendre que cette élection fut une énorme escroquerie…

En réalité, cette différence ne peut s’expliquer que par une combinaison de la poussée d’électrons dans les machines à voter électroniques avec les méthodes crapuleuses utilisées par le WARBIZ pour éliminer massivement les votes des quartiers populaires… Une façon de prétendre que les Américains sont plus intéressés par la politique et que Bush a obtenu le support des personnes dont il a détruit les emplois, la protection sociale, pris les dollars et les fils et filles pour les envoyer en Iraq et en Afghanistan assumer l’appétit des avides « hors-la-loi » du WARBIZ… Faut-il que les Américains soient naïfs et indolents.

La triche a toujours fait partie de l’élection présidentielle, mais cette fois, la trahison de l’électeur a fait déborder la coupe. Soixante millions de votants qui avaient porté leurs voix sur le candidat John Kerry, ont été floués, non seulement par l’équipe Bush, mais plus grave encore par l’homme qui représentait l’espoir de revivre en démocratie. Pourquoi John Kerry a-t-il si rapidement capitulé ? A-t-il oublié les millions de cas de votants noirs et hispaniques retirés des listes électorales ? Comment a-t-il pu ne pas protester et récuser, avant même le vote, les (vicieuses) machines à voter (Républicain) électroniques ? Son appartenance à la société maçonnique secrète de l’Université de Yale « Skull & Bones » dont la réputation fût bâtie au 19ème siècle sur le commerce de l’opium en Extrême-Orient et qui n’a pas toujours été fréquentée par la « crème de la crème » (Prescott, George H., George W. Bush…), explique-t-elle qu’il n’aurait été qu’un « perdant programmé »? Ou bien serait-ce plutôt lors de son apparition à la conférence de Bilderberg (le congrès mondial des patrons tireurs de ficelles, de leurs éminences grises, de leurs porteurs de valises et de leurs porte-plumes) en 2001 qu’il aurait fait allégeance au « WARBIZ » ? On comprend mieux sa difficulté à admettre l’obligation morale d’un retrait Américain de l’Iraq, même après qu’il eut été prouvé l’absence totale d’armes de destruction massives et de menace et que Saddam Hussein ait été neutralisé.

source Ben Peri de sott.net

Facebook 22 plaintes en Europe pour fichage de vos données


L’appétit vorace de Facebook pour les données personnelles n’est un secret pour personne. Régulièrement, son estomac numérique gargouille auprès de ses membres pour réclamer son dû. « Donnez-moi votre numéro de mobile, que je puisse renvoyer votre mot de passe en cas d’oubli ! » « Expliquez-moi vos opinions politiques, que je puisse mieux cibler mes publicités ! » « Dites-moi ce que vous lisez, ce que vous écoutez, ce que vous regardez, ce que vous cuisinez, que vos amis puissent en profiter ! » Et la plupart des 800 millions d’inscrits, dociles, jettent leurs gros steaks de vie privée dans la gueule béante du réseau social. Ce que personne ne semble savoir, en revanche, c’est que le monstre est dépourvu de système digestif. Il se contente de stocker les données, toujours plus de données, sans jamais en effacer aucune.

Les découvertes du jeune Max Schrems sont effarantes. Au mois de juillet, cet étudiant autrichien en droit a réussi à se procurer l’ensemble des données dont Facebook dispose sur lui. En épluchant les 1222 pages ( !) de son dossier, il a constaté que le réseau social avait soigneusement archivé toutes les informations qu’il croyait avoir supprimées depuis belle lurette. Anciens pseudonymes, messages privés, demandes d’amis refusées… Il soupçonne même l’existence de fiches sur les internautes non inscrits à Facebook. Max Schrems a décidé de saisir les autorités compétentes en Irlande, où Facebook a son siège européen, pour demander une enquête approfondie. À 24 ans, il est en passe de devenir une sérieuse épine dans le pied du réseau qui valait 70 milliards de dollars.

 

« Statut : effacé »

 

« Je ne cherche aucun gain financier ou personnel. Je veux simplement pouvoir aller sur Facebook sans me soucier du traitement de ma vie privée », justifie-t-il. Lors de son échange universitaire en Californie, l’an dernier, il a eu l’occasion de rencontrer des responsables de Facebook et de parler avec eux des différences de législation entre les États-Unis et l’Europe en matière de protection de la vie privée. Les premiers sont très laxistes, et le vieux Continent beaucoup plus strict. « J’ai écrit un article sur ce sujet, et j’ai alors découvert que tous les utilisateurs de Facebook vivant en dehors des États-Unis et du Canada étaient liés par contrat à Facebook Irlande », une société « qu’ils ont probablement installée là pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse ». Hors Amérique du Nord, donc, « Facebook dépend des lois européennes sur la vie privée. Et bien sûr, il ne les respecte pas. » La bataille commence.

Dégainant sa directive 95/46/CE qui garantit un tel droit à tout citoyen européen, Max Schrems écrit à Facebook pour réclamer l’accès à l’ensemble des données le concernant, via un formulaire très bien caché sur le site du réseau. Il doit insister un peu, et finit par recevoir sur CD-Rom un fichier PDF lourd de plusieurs centaines de mégaoctets et long de 1222 pages. Avec les quelques étudiants qui l’accompagnent dans sa démarche, il a créé le site « Europe versus Facebook » pour partager ses découvertes et expliquer aux internautes comment faire de même. Il y publie son dossier PDF après l’avoir anonymisé, et liste très précisément le type d’informations stockées par Facebook pour chacun de ses membres.

 

 

- Facebook connaît bien sûr la liste d’amis liée à un profil, mais conserve également le nom de tous les prétendants refusés. Puisque leur demande a été rejetée, il y a des chances non négligeables ces personnes soient totalement étrangères à l’internaute en question. Mais Facebook conserve tout de même, pour une durée indéterminée, la trace d’un lien virtuel entre ces individus étrangers l’un à l’autre.

- Même son de cloche du côté des « événements ». Facebook garde la liste complète des invitations adressées à un membre depuis la date de son inscription, quelle qu’ait été sa réponse. S’il a dit qu’il viendrait à la soirée, Facebook le sait. S’il a dit « non » ou « peut-être », idem. S’il n’a pas répondu parce qu’il ne se sentait pas concerné par cet événement, Facebook retient qu’il n’a pas répondu mais qu’il était invité.

- Les messages sont sans doute l’aspect le plus scandaleux du dossier. Courriers privés et tchats entre amis sont tous archivés dans le même système de messagerie sur Facebook et y restent pour toujours. Le bouton « Supprimer » n’a qu’une fonction cosmétique : il permet de masquer le message aux yeux de l’internaute, mais reste sur les serveurs de Facebook avec la mention « statut : effacé ».

 

 

- Même subterfuge pour les statuts, les pokes… et les tags de photos : ils sont indélébiles sur les serveurs. Quand un membre de Facebook décide de marquer la présence d’un autre membre sur une photo, le consentement de ce dernier n’est pas requis. Il peut retirer le « tag » après coup s’il ne souhaite pas être associé à l’image, mais celui-ci devient simplement invisible sur le site. Facebook garde la trace du lien entre la personne et la photographie.

- Que de réjouissances, encore, au chapitre « Machines » du dossier ! « Facebook place un fichier “cookie” sur chaque ordinateur qui se connecte au site. Outre le traçage des internautes, ils s’en servent aussi pour créer des liens entre les utilisateurs et leurs ordinateurs. Ils ont une liste complète des ordinateurs qu’une personne a utilisés pour aller sur Facebook, et une liste de toutes les personnes ayant utilisé un même ordinateur pour aller sur Facebook. » En clair, Facebook sait qui fréquente qui, au travail ou à domicile, y compris parmi les personne n’étant pas « amies » sur le réseau social.

- Quant au chapitre « Checkins », il liste tout simplement toutes les connections d’un internaute à Facebook depuis son inscription. Chaque checkin est associé à un numéro unique, une date, une heure, une longitude et une latitude.

 

« Shadow profiles »

 

À la page 3 de son dossier, Max Schrems a froncé les sourcils. « Il y avait des adresses e-mail que je n’ai jamais communiquées à Facebook, raconte-t-il à Ecrans.fr. Et pourtant il les connaissait ! » Étrange, très étrange. Il soupçonne l’outil « Rechercher des amis », qui permet d’importer son carnet d’adresses sur Facebook et donc de fournir au réseau ce genre de coordonnées. Une de ses connaissances aurait ainsi enrichi le profil de Schrems sans même en avoir conscience.

Puis il fait le lien avec une autre bizarrerie. « Quand on invite à un événement quelqu’un qui n’est pas sur Facebook, il faut rentrer son adresse e-mail. Cette personne reçoit alors un courrier l’encourageant à s’inscrire sur le réseau, avec le nom et la photo de tous les gens que Facebook pense qu’il peut connaître. » On comprend que Facebook ait fait le lien entre l’émetteur de l’invitation et son destinataire, mais comment peut-il suggérer dix autres connaissances potentielles ? Pour Max Schrems, il n’y a qu’une possibilité : ce non-inscrit dispose d’une fiche secrète sur Facebook — un « shadow profile » alimenté par les membres du réseau.

Quand on tape un nom dans le moteur de recherche, que l’on synchronise son mobile ou son carnet d’adresses avec le réseau social, toutes les informations grappillées seraient ainsi conservées et recoupées entre elles de manière automatique. Facebook pourrait ainsi piocher dans ces « shadow profiles » pour envoyer des e-mails très personnalisés aux internautes non inscrits.

 

 

Entre mi-août et mi-septembre, Max Schrems a adressé exactement 22 plaintes au Commissaire irlandais à la protection des données — une pour chaque point de fonctionnement de Facebook qu’il estime être illégal. Six d’entre elles concernent les informations que Facebook conserve alors que l’internaute les croit supprimées. D’autres dénoncent la reconnaissance faciale, le système de « tags » sur les photos ou encore les conditions d’utilisation du site, floues et trop souvent changées. Les fiches secrètes sur les non-membres du réseau sont particulièrement problématiques : « Facebook Irlande rassemble une quantité excessive d’informations sur les non-membres sans les en informer ni leur demander leur consentement », accuse la plainte.

Max Schrems est optimiste : « Dans une interview, le Commissaire a dit que si le contenu qu’on « supprime » de Facebook n’est pas réellement effacé, c’est bien illégal. Donc on est plutôt sûrs de nous : on va gagner cette bataille. » L’enquête a débuté cette semaine et les résultats devraient être connus d’ici la fin de l’année.

Brice taylor mind control et mémoire photographique

Visuel_MisterWhite_DP_022-1024x601

Selon ce rapport extrêmement troublant, des survivants du Programme Monarch du contrôle de l’esprit, affirment avoir été utilisés comme esclaves top-techniques par certains services secrets et politiciens de haut-niveaux.

  L’esclavage de haute technologie existe et se porte bien sur la planète Terre. Après que le projet gouvernemental Paperclip ait réalisé, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le recyclage d’environ 2000 nazis de haut niveau aux États-Unis, la technologie du contrôle programmé de l’esprit a rapidement progressé.         « Les Allemands, sous le régime hitlérien, avaient commencé à faire de sérieuses recherches scientifiques dans le domaine du contrôle du cerveau basé sur les traumatismes », écrivent Fritz Springmeier et Cisco Wheeler dans leur livre The Illuminati Formula used to create an Undetectable Total Mind Controlled Slave, [La formule des Illuminati (1) utilisée pour réaliser un esclave à l’esprit totalement contrôlé et indétectable]. « Sous les auspices de l’Institut médical Kaise Wilhem à Berlin, Joseph Mengele conduisit les recherches du contrôle de la pensée sur des milliers de jumeaux et de malheureuses victimes ».

Brice Taylor donne les noms de l’élite (Mind… par JaneBurgermeister

Lizzy Phelan jounaliste , décrit la réalité du terrain et les mensonges et les crimes commis par l’Otan

Bombardeo en Libia por la OTANVoici le témoignage accablant d’une journaliste occidentale indépendante présente sur le terrain en Libye et de retour dans son pays, au Royaume uni.

Dans cette vidéo livrée brute et sans commentaire, Lizzy Phelan décrit – parfois en pleurs – la réalité du terrain et les mensonges et les crimes commis par l’Otan et ses alliés islamistes, ainsi que les mensonges et les manipulations médiatiques « incroyables » de ses confrères journalistes, qu’elle a pu constater sur place…

Elle dénonce aussi dans ce témoignage exclusif les liens (évidents) entre la CIA et la chaine de TV pro-NWO Al Jazeera, mis au jours par les câbles de Wikileaks notamment…

Désinformation Odieuse sur la Libye et Kadhafi

libye khadafi otan rusty jamesL’OTAN a créée une propagande concernant la Libye pour justifier sa «guerre humanitaire» contre le gouvernement de Mouammar Kadhafi. Jusqu’à présent, l’OTAN a réussi en grande partie parce que les citoyens ordinaires à travers le monde n’ont pas accès aux informations directes sur lesquelles fonder leurs propres opinions. En tant qu’ancien actif de la CIA qui a couvert la Libye auprès des Nations Unies de 1995 à 2003 durant les négociations pour le procès de Lockerbie, je suis obligée de briser la propagande afin d’examiner les preuves actuelles. Répondant à de nombreuses demandes, je partage des preuves primaires que je reçois tous les jours de sources à l’intérieur de Tripoli. La vidéo vient de réfugiés libyens, recueillie par une commission d’enquête appelée «Les civils mondial pour la paix en Libye. » L’équipe d’enquête comprend des Européens, Africains, Américains et des avocats pour les droits de l homme internationaux , qui préparent les allégations de crimes de guerre contre l’OTAN. À en juger par ces vidéos, les dommages financiers que l’OTAN sera tenu de payer a la Libye devrait être prodigieux, en effet. Surtout, il est clair que l’OTAN a grossièrement déformé ses arguments aux Nations Unies, afin de justifier une action militaire. La Grande Bretagne et la France se sont basées sur de mauvais renseignements provenant de sources peut fiables, en essayant d’accéder au pouvoir par le conflit. Une enquête plus attentive montre que ce sont les rebelles soutenus par OTAN qui sont coupables d’atrocités et absolument pas des soldats de Kadhafi. Les sanctions devraient être rejetées, et l’OTAN devraient placer ses forces militaires au cote de Kadhafi dans la défense du peuple libyen. « Never play truth, or dare with a spy ». Les vidéos dépeignent des atrocités épouvantables. Il y a deux raisons importantes pour lesquelles les rebelles de l’OTAN ont pu commettre ces actes. Premièrement, en commettant des crimes de guerre, les rebelles de l’OTAN ont déployé une stratégie de panique et provoquent la confusion dans de la rue, où ils doivent contrôler les gens. Ils ont terrifier les opposants pour mieux les soumettre. Les Libyens ordinaires peuvent voir de leurs propres yeux que les rebelles libyens sont tout puissants, et ayant le soutien de l’OTAN et il valaient mieux que les pro-Kadhafi loyalistes se taisent ou ils devraient faire face a de terribles conséquences. En même temps, les rebelles libyens ont découvert un moyen de « punch l’OTAN’s buttons », et démarrer la « guerre humanitaire ». Apparemment, le monde est censé croire que le gouvernement de Kadhafi, qui n’a pas d’antécédents d’avoir attaquer son propre peuple en 41 ans de règne-est soudainement coupable des infractions les plus hideuses. Ceux d’entre nous qui ont étudié de près la Libye ont des attentes opposées. Historiquement, Kadhafi a été si tenace et protecteur envers son peuple qu’il a refusé de remettre deux hommes libyens pour le procès de Lockerbie, malgré des années de sanctions de l’ONU. Kadhafi savait que les hommes étaient innocents, et qu’ils n auraient pas obtenu un traitement équitable devant la Cour. Bref, Lockerbie a été une opération false flag pour couvrir un voyou de la CIA impliqué dans un trafic d’héroïne de la vallée de la Bekaa au Liban, lors de la crise des otages de Terry Anderson. Une équipe conjointe de la CIA, du FBI et des enquêteurs Defense Intelligence volaient sur le vol Pan Am 103 ce jour-là, en direction de Washington pour dénoncer la corruption, lorsque l’avion a explosé au dessus de Lockerbie, en Ecosse. La Libye a été étiquetée comme le bouc émissaire, mais comme 9 / 11, la vérité a refusé de mourir. Et Kadhafi a refusé de faire marche arrière. Il se tenait au cote de son peuple, malgré les pressions internationales pour le punir. Au fait, les doutes de Kadhafi se révélèrent exacte. Dans un des épisodes les plus honteux de corruption jamais connus dans les tribunaux internationaux, les États-Unis ont soudoyé deux témoins au procès de Lockerbie avec 4 millions de dollars qui leur ont été verses. Après que les deux témoins se soient rétractés et aient avoué les paiements, le seul libyien reconnu coupable de l attentat contre le vol de la Pan Am 103 Abdelbasset Megrahi, a remporté une « libération compassionnelle » de la prison écossaise en août 2009, ostensiblement pour qu’il puisse rentrer à la maison et y mourir du cancer. Les actions de Kadhafi révèlent beaucoup de choses sur son caractère. En tant que leader, a-t-il jeter son peuple à des loups ? Ou les a t il abandonne pour des raisons pratiques ? Notoirement pas. Il revendique le peuple libyen comme le sien. Il les protège, peu importe ce que ça lui coute.

Extraits de « Dalaï Lama, pas si zen », de Maxime Vivas,

dalai_lamaLes bouddhistes de France reçoivent le Dalaï-Lama à Toulouse du 13 au 15 août. Mais qui est-il, un maitre spirituel ou un mouchard? Extraits de « Dalaï Lama, pas si zen », de Maxime Vivas, Max Milo (Juillet 2011).
 
Le Dalaï-Lama est également subventionné depuis des décennies par la CIA et par la NED, laquelle sponsorise des kyrielles d’organisations chargées d’ébranler la Chine, via le Tibet. Mais qu’est-ce que la NED ?La centrale de renseignements et de subversion américaine ne peut subventionner directement des organisations ou programmes qui doivent paraître nationaux et libres sous peine d’être discrédités. Elle doit donc, autant que possible, avoir recours à des relais comme la NED, qui n’est pas une agence privée, mais gouvernementale. Son argent provient du Département d’État, lequel est une branche de la présidence chargée de la politique étrangère, tout comme la CIA. Au Congrès, républicains et démocrates sont en phase pour ce qui concerne les activités de la CIA. Le gouvernement décide, les sénateurs (toutes tendances confondues) votent, des sociétés paravents encaissent et redistribuent : « La NED a été créée il y a quinze ans pour réaliser publiquement ce que la CIA a fait subrepticement durant des décennies. »
Le premier président de la NED, Carl Gershman, avouait en 1986 : « Il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être vus comme subventionnés par la CIA […] C’est parce que nous n’avons pas pu continuer à le faire que la fondation [la NED] a été créée. » De son côté, Allen Weinstein, qui a travaillé à la rédaction des statuts de la NED en 1983, confiait au Washington Post, le 22 septembre 1991 : « Beaucoup de ce que nous faisons maintenant a été fait en secret par la CIA il y a vingt-cinq ans. » Au Nicaragua, pour intervenir sur les élections qui virent la défaite des sandinistes en février 1990, la CIA et la NED avaient mis en place un front dit civique (Via Civica). Au Venezuela, le budget de la NED a été multiplié par quatre dans les mois qui ont précédé le coup d’État d’avril 2002 contre le président Hugo Chavez. Après l’effondrement de l’Union soviétique, on a vu la NED s’agiter dans nombre de pays de l’Est où pouvait être mis en place un gouvernement hostile à la Russie et favorable à l’OTAN.
La plupart des figures historiques de la CIA ont siégé un jour ou l’autre au conseil d’administration ou à la direction de la NED, dont John Negroponte, nommé ensuite ambassadeur en Irak occupé, puis, de retour aux USA, big chief de tous les services de renseignements américains (à ce titre, c’est lui qui avait la charge de nommer le directeur de la CIA). Le site Internet de la NED propose trois dossiers sur son action en direction de la Chine : « China (Hong Kong) », « China (Tibet) », « China (Xinjiang) ». Sans parler de ses opérations secrètes (dont, par définition, nous ne savons rien), la CIA intervient au Tibet, via la NED, à travers pas moins de seize programmes multiples qu’elle subventionne ouvertement […]
En de multiples occasions, la propagande états-unienne a démontré sa capacité à parler par antiphrase, à nommer « démocraties » les pires dictatures sanguinaires et à prôner la liberté en multipliant les prisons à travers le monde, de Bagram (Afghanistan) à Abou Ghraib (Irak), en passant par Guantanamo (Cuba) auxquelles il faut ajouter le nombre impressionnant de prisons aux États-Unis mêmes, et des « prisons flottantes » secrètes. Notons au passage que, selon une étude réalisée par le Centre international des études carcérales de l’université londonienne King’s College, « avec deux millions de détenus, soit sept cent quatorze prisonniers pour cent mille habitants, les États-Unis ont le taux d’incarcération le plus élevé du monde, devant la Russie et le Belarus ».
Mais revenons aux dollars. Depuis sa fuite de Chine, le dalaï-lama a bénéficié, en évitant de s’en vanter, de subventions de la CIA. De 1959 à 1972, cent quatre-vingt mille dollars lui ont été personnellement versés chaque année. Il a longtemps nié cette vérité. Mais les USA, auxquels l’on peut trouver bien des défauts, ont la qualité enviable de disposer de lois sur les déclassifications des documents comptables après un temps qui varie avec la nature de ces documents. En 1998, les documents ayant parlé, le « gouvernement » du dalaï-lama devait admettre ce qui était rendu public, se bornant à démentir que Sa Sainteté aurait profité « personnellement » de cet argent, tandis que son représentant à Washington déclarait n’être au courant ni de cette subvention, ni de son utilisation. Sur les liens entre la CIA et le dalaï-lama, il concéda cependant : « C’est un secret dévoilé, nous ne le contestons pas. »
Ah ! qu’en termes admirables ces choses-là sont dites : nous avouons puisque tout le monde le sait ! Le dalaï-lama a également reçu un million sept cent mille dollars pour mener à bien ses activités politiques internationales. Par la suite, le même montant a été versé via la NED. Dans Le Monde diplomatique, Martine Bulard écrit : « […] le financement de l’organisation tibétaine par la CIA ne relève pas du fantasme des communistes chinois : dans les années soixante, l’agence américaine aurait versé un million sept cent mille dollars, et l’enquête du New York Times (“Dalai-lama group says it got money from CIA”, 2 octobre 1998) parle d’une subvention annuelle – modique, néanmoins significative – de cent quatre-vingt mille dollars versée directement au leader religieux, qui a démenti. »

Le Styx une arme électromagnetique obscure

Un jour quand nous aurons maîtrisé
les vents, les vagues, les marées
et la pesanteur, nous explorerons
l’énergie de l’amour.
(P. Theillard de Chardin

2111705360_affb5f399c_oLa science sait provoquer ou enlever des maladies à distance, y compris des cancers, des arrêts cardiaques et des paralysies.Les forces secrètes militaires,CIA ou NSA ont utilisé cette dernière possibilité pour éliminer des investigateurs OVNIs qui en savaient trop ou des assassinats politiques.Des modèles géostratégiques sont développés par américains et russes où des phénomènes géophysiques sont combinés en alternance avec les mouvements d’humeur des populations,les soulèvements politiques et épidémies :contrôle électroma- gnétique des flux cérébraux, apparition de sons et mots entiers dans un cerveau humain en envoyant des signaux émis par des appareils électromagnétiques de contrôle neurologique, provocation d’arrêts cardiaques, crises d’épilepsie, chocs émotifs et physiques à distance. Les armes appelées River Styx (RSW) ont été les prototypes des armes électromagnétiques américaines : utilisation de micro-ondes et action sur l’organisme en y créant des dégradations de tous types (recherches menées par le Pentagone, la CIA dès les années 1950)…

styx

dans la mythologie grecque. Après avoir traversé le Leth qui efface toute la mémoire, par la mort, sur le Styx, la porte qui mène à l’enfer.

Quel nom pour un projet militaire démoniaques! C’est donc le nom que porte le premier projet du Pentagone qui implique les armes invisibles, le projet « River Styx ».

Les armes ont été appelés rivière Styx, le premier prototype des armes des États-Unis électromagnétiques. Ils utilisent les micro-ondes et servent à agir sur le corps, créant degradations de toutes sortes. Pour ceux qui l’ont conçu, il ya des avantages à gagner paraphyses avec une confrontation physique avec l’utilisation précoce contre tout ennemi. Il ya des documents qui montrent clairement que les Américains ont été versés dans cette recherche depuis 1957, indiquant que, malgré toute dénégation de leur connaissance des armes électromagnétiques, le Pentagone et la CIA avaient au contraire déjà commencé leur développement au début des années 1950. Il est facile de comprendre les raisons qui ont poussé toutes les autorités concernées à prendre la plus grande discrétion à l’égard de ces opérations diaboliques. L’opinion publique ne tolérerait jamais le développement et l’utilisation des armes, de façon démoniaque. Leurs effets sont également devastateur que celles des bombes atomiques, mais ils n’étaient pas que des prototypes de nouvelles armes qui aujourd’hui, presque un demi-siècle plus tard, peuvent vraiment nous menacer.

Lowell Ponte, chercheur au Pentagone, est l’un des scientifiques du gouvernement peu de parler ouvertement de l’état d’avancement de cette science. Confirme l’existence de signaux qui influent sur le champ magnétique de la Terre, les ondes stationnaires géants .

Le service secret canadien, mentionner le projet dans une dépêche du mois d’août 1975, parle de « l’introduction des ondes électromagnétiques dans la nature. » Cependant, il ya peu. Vous ne pouvez pas faire une indication de la capacité de combiner avec des ondes stationnaires géant de rayonnement micro-ondes peuvent influer sur le cerveau humain. Et pourtant,  les armes à impulsion électromagnétique en sont capables. Tous ces projets font partie du réseau, bien développée et toujours secret des armes invisibles .
Jose Delgado, un physiologiste qui a fait partie de la CIA, nous dit: «Ce que nous attendons est plus dangereux que la destruction nucléaire Notre connaissance du cerveau nous permettent d’imaginer le pire scénarios. Le danger qui nous menace est d’intervenir directement sur les fonctions cérébrales de les manipuler à volonté, qui font de l’homme un vrai cerveau humanoïde et sans conscience, sans même être au courant de ces manipulations  « 

Delgado sait de quoi il parle, comme elle l’a été l’initiateur de la recherche sur la stimulation électrique du cerveau. Développé en collaboration avec les psychiatres et les processus qui permettent de «guidée» des êtres humains par des signaux radio, avec l’aide de « puces » implantées dans le cerveau. Ses théories sont l’objet de recherches à l’Université de Los Angeles sous la tutelle du «laboratoire de Los Alamos Scientific.

Le Dr Ross Adey, un associé de Delgado de travail sur les nouvelles technologies pour le cerveau de surveillance, affirme avoir reçu le prototype d’un dispositif appelé le LIDA, construit par les Soviétiques. Ce dispositif est inscrit avec le n ° brevet US 3.773.049 avec.

Il a été conçu de sorte qu’il peut envoyer à distance des trois composantes de la douleur, le froid, la chaleur et l’électricité. Adey a été choisi par les Soviétiques d’introduire ce projet dans la recherche américaine (comme cela a toujours été les Russes et les Américains sont secrètement travailler ensemble dans des projets de destruction et le contrôle militaire des masses,

La plupart des chercheurs  parmi les scientifiques qui veulent développer un monde de zombies est un psychiatre parmi les plus réputés aux États-Unis, le Dr Louis Jolyon «Jolly» West. Il était un membre influent de la «MKULTRA» pour la CIA. Ce projet comprend les techniques de lavage de cerveau et est parmi les plus secrètes U. S. Force aérienne. Ouest, soutenu par R. Reagan, ancien gouverneur de Californie, a proposé de transformer un poste militaire dans l’émission de micro-ondes. Les propositions ont aussi inclus l’installation de l’Ouest de puces dans le cerveau électronique, le contrôle biologique des cycles menstruels des femmes, la castration chimique et le remplacement du système de justice pénale américaine avec des contrôles psychiatriques. Il est descendu de sa chaise de la psychiatrie et de sa place en tant que chef de neuropsychiatrie de l’Université de Los Angeles (UCLA), dont l’Occident poursuit ses activités de manipulation de la pensée secrète.

Le film développé sur le roman de Michael Crichton, «The Terminal Man » est basé sur un fait réel. L’homme, victime du Dr Frank Ervin, un ami de l’Ouest et Delgado, dit qu’il a été soumis à un traitement à micro-ondes,

Il est étonnant de constater que la recherche universitaire CIA fonds pour développer des équipements capables de lancer un micro-ondes des rayons qui peuvent provoquer l’hypnose à distance, de sorte qu’il pénètre dans la tête des souhaits ou des commandes d’un individu et ensuite de provoquer une  » amnésie totale sur la victime (le lire comme une explication des rapports de nombreuses nouvelles où les gens commettent des actes horribles et se trouvent dans un état de choc ne se rappelle rien de ce qu’ils ont fait .
Les défenseurs de ces techniques ont toujours fait partie du cercle psychiatrique de présidents américains. Les présidents Nixon et Ford ont été recommandées par le Dr Arnold Hustschnecker, qui avait été en 1926, un élève de la «Kaiser Wilhelm Institute » financé par les nazis, où ils ont commencé les premières recherches sur la technique des micro-ondes. Le conseiller de Jimmy Carter, le psychiatre Dr Peter Bourne, (voir le film The Bourne Identity et Supremacy – NDLR) a passé une grande partie de sa carrière dans la poursuite de la guerre psychologique et de la technologie micro-ondes. Certains journalistes ont fait une enquête sur le pouvoir , et qu’il aurait  pousser  jimmy Carter de prendre des décisions surprenantes. Le Dr West a été un membre du personnel de près de Ronald Reagan.

Pourquoi y at-il beaucoup de ces psychiatres au sein des projets sur la guerre secrète dans les cercles élevés de décisions politiques?

Nous courons le risque de voir un monde peuplé de zombies. Ou peut-être que nous en avons déjà autour de ..?!

Comment pouvons-nous lutter contre ces projets démoniaques?

L’ADN humain a un potentiel de 12 fils. La plupart des humains n’ont que les volets 1, 2 et 3 pleinement activé et la Croix-4-fils sont partiellement assemblés, mais pas encore activé. Pour devenir « invisible » à la possession bio-neurologiques à venir, vous devez avoir un minimum de 4 brins pleinement activé et franchissent au moins 5 demi assemblés. Cela exige un certain niveau de développement spirituel et de la relation et le partage avec d’autres personnes qui sont à l’écoute pour les mêmes objectifs et la fréquence de votre esprit. Il ya des mesures à prendre pour accélérer le développement de vos brins d’ADN.

Si vous n’avez pas déjà fait, de renforcer votre relation personnelle avec Dieu .ou avoir  « une meilleure représentation de l’amour. » Refuser d’accepter la conscience de victime, ou d’idéologies qui favorisent un sentiment d’impuissance personnelle  Travail à développer votre potentiel caché et les plus hautes qualités de l’homme. Passez autant de temps libre que vous avez à examiner vos croyances personnelles sur ce que vous considérez la réalité objective. Littéralement Réaliser que les pensées sont des choses «réel». Les pensées négatives contribuent à générer des réalités négatives. La croyance rigide, dogmatique, paventatamente pseudo-scientifiques et se transforme en obtus serrures électromagnétiques, littéralement, les synapses en premier dans votre cerveau, puis dans les profondeurs de votre conscience (si vous savez toujours ce que cette chose – Réd.) Apprendre à penser, de raisonner et d’agir en votre nom plutôt que de donner votre conscience et votre confiance totale pour les représentants de la communauté scientifique, militaire, médical, religieux et politiques, y compris tous les «personnages» qui semblent être des «prophètes du bien»  venu pour libérer  le peuple du joug des gouvernements