La prophetie sur les cornes du diable s’est réalisée en arabie saoudite

 

horloge mecque corne du diable

On peut comprendre ce symbole comme son heure est arrivé ,pour que ses suppots ne se cachent meme plus on rentre dans la réalisation des prophéties sur la venue de l’antechrist ,

  La corne de Satan

Rappelons que le prophète Muhammad, que la paix et le salut de Dieu soit sur lui, avait prophétisé que la corne du diable se lèverait dans la région du Najd. C’est dans cette région que se situe Ryad la capitale de l’Arabie saoudite.

 

L’interdiction de prier au lever et au coucher du soleil

 


 

Si le musulman fait une prière au lever ou au coucher du soleil, c’est comme s’il priait entre les deux cornes de Satan. Aussi n’est-il pas permis de prier en ces moments-là. Il est dit encore que les heures en question coïncident avec les heures pendant lesquelles les djinns prient en vénération de Satan

 

La corne de Satan est un sujet de divergence entre les diverses idéologies et les savants. certains affirment qu’elle se trouve en Arabie Saoudite dans la région du Najd de Touhama, en direction du Yémen. 

Ce groupe qui s’est détourné de l’obéissance à Allah et à Son Messager et qui a suivi une voie différente de celle des croyants, c’est le groupe des « wahhabites ».

Il a été fondé il y a 250 ans par Mouhammad Ibnou Abdi l-Wahhab, un homme de la région du Najd – la région de la péninsule arabique dont la capitale est Ar-Riyad, cette ville nouvelle entièrement bâtie par les grandes compagnies pétrolières américaines . Cet homme a réussi à fanatiser les bédoins de cette région et a été suivi par la suite par une racaille qui a accepté sa dissension et qui l’ont à leur tour propagée.

En raison des énormes moyens financiers mis en œuvre pour son service, le mal de la dissension provoquée par ce groupe a pu atteindre un grand nombre de pays musulmans. Le feu de la dissension a pris, les orateurs du mal se sont levés et la catastrophe s’est généralisée au point que plus des trois quarts des mosquées d’Europe sont actuellement sous l’influence directe des wahhabites qui se cachent hypocritement sous le nom de salafites.

Dans l’objectif de tromper les gens, ce groupe a donc pris d’autres dénominations trompeuses, comme « Les Salafites » ou « Ansarou s-Sounnah » et d’autres noms encore.isis boko haram eilil , el nosra alqaida et jen passe

Le Messager de Allah nous a pourtant mis en garde contre la dissension de cet homme, Mouhammad Ibnou Abdi l-Wahhab, lorsqu’on lui avait cité la région de Najd pour qu’il fasse des invocations de bénédiction en sa faveur. Le Prophète n’avait pas donné satisfaction à ceux qui le lui avaient demandé mais il avait dit au contraire ce qui signifie : «C’est de là-bas qu’apparaîtra le fer de lance du diable » [rapporté par Al-Boukhariyy]. Dans une autre version, il a dit ce qui signifie : « La fitnah viendra de l’est« . Or à l’est de Médine, il n’y a que Riyad et Qatar les deux fiefs des wahhabites.  la région de Riyad, et Qatar, les deux fiefs des wahhabites ! Voici la carte qui montre le NADJ et ses deux régions ( Riayd et Qatar ) :

VOILA MAINTENANT LES PROPOS DE IBN TAYMIYYA DANS SON LIVRE QUI CONTREDIT LES WAHABITES ET CONFIRME QUE LE NAJD EN QUESTION EST CELUI DE L’ARABIE===>

يقول المجسم ابن تيمية في كتابه المسمى (بيان تلبيس الجهمية) ج1 /ص 17 : و قد (تواتر) عن النبي صلى الله عليه و سلم إخباره بأن الفتنة و رأس الكفر من المشرق , الذي هو (مشرق مدينته كنجد) . انتهى. ابن تيمية مرجع الوهابية يسمي بلد محمد بن عبد الوهاب مطلعا للفتنة و رأسا للكفر قبل أن يأتي أذنابه بمئات من السنين

 

L’anthropomorphiste Ibn Taymiyya dans son livre intitulé Bayan Talbis L-jahmiyyah, p. 17 premier chapitre a dit:

 

« Et il a été rapporté par attawatour ( hadith moutawatir) du Prophète qu’il a dit que la fitna le fer de lance de la mécréance viendra de Najd viendra de l’Est ».

La direction désignée par le Prophète est à l’est de la propre résidence du Messager à l’est de la ville de Médine. Et ou est le Nadjd.?

 

Voir sur la carte ci-dessus ——————–>> Najd est la région a l’est de la ville de Médine.

 

 Abû Bakr rapporte ces propos du Prophète  :saws : «L’Antéchrist apparaîtra en Orient, dans une terre appelée Khurasân et sera suivi par des peuples dont le visage sera semblable à des boucliers martelés.»

im-copie-81

« Des armées portant des étendards noirs viendront du Khurasan. Aucune puissance ne pourra les arrêter et il atteindront finalement Baitul Maqdis où ils érigeront leurs drapeaux. » (rapporté par Abou Huraïra)

etat islamic isis

maintenant jetons un oeil sur leur guide suprème leur calife a tous ces satanistes déguisés en croyant

baghdadi_femme00-de3c6un bon acteur qui se fait passer pour un pieux alors qu’il frequente les bars boit de l’alcool  ……….

la plupart de ces combattants sont en fait anti islam et sataniste  les preuves ne manquent pas ils tuent des musulmans censés etre leur frere ben voyons ,ceux qui sont tués arborent des tatouages sans ambiguités sur leur obédience

taliban sataniste

faux djihadiste

une belle ordure avec son tatouage qui le trahis les musulmans ne portent jamais de tatouage c’est un péché bref déjà le fait de tuer des innocents et révélateur de cette mascarade sanguinaire qui est déjà une violation des lois divines de toutes les religions …….

terroriste satanisteles premières victimes de ces monstres dans le monde sont les musulmans en  les accusant vous les tués deux fois……….

 

 

syrie-kafranbel-dessins-activistes3ils se reclament de lignée reptilienne sortis tout droit du coeur et se nomment  isis

Rien n’a émergé de là qui n’ait provoqué plus de tremblements de terre et de désordres que le culte wahabite établi par Mouhammad Ibn ^Abdi l-Wahhab. C’était un égaré qui a mené à l’égarement les gens qui l’ont suivi.

C’est lui la corne du diable annoncée par le Messager (saws), qui s’est abstenu d’invoquer pour le Najd car Allah lui avait révélé ce qui allait apparaître de cette région,  et tous les problèmes qui découleraient de cette secte et de son appel démoniaque.

**************************************************************************************************************

videos de l’horloge de l’antechrist face a la mecque le jour se léve bien sur les deux cornes comme il a été prophétisait par le prophete des musulmans

 

 

POUR EN SAVOIR D’AVANTAGE JE VOUS INVITE A LIRE CE livre =>

 

Le wahabisme démasqué

 

Voici un écrit d’un livre qui est passé sous bien des censures, pour cause il donne des éléments à
réflexions sur la formation  du dogme wahhabite, pseudo salafite.


l’auteur a dit :

Confessions d’un espion britannique et l’hostilité britannique contre l’islam « Memories of Hempher, l’espion britannique du Moyen-Orient est le titre d’un document qui fut publié par séries dans un journal allemand: « Speigel« et plus tard dans un proéminent journal français. Un docteur libanais avait traduit le document en langue arabe et de cette traduction ont découlé la traduction anglaise et des traductions en d’autres langues.Les publications « Waqf ‘Ikhlas » ont répandu et fait circuler le document en anglais non seulement en version papier mais aussi en version électronique sous le titre : »Confessions of a british spy and British enmity against islam« .

Ce document révèle la vraie conjoncture du mouvement wahhabite qui fut innové par Mouhammad ^Abdou l-Wahhab et il explique les nombreux mensonges que ce mouvement a propagé au nom de l’islam et les mensonges propagés envers le prophète Mouhammad ^alayhi s-salatou wa s-salam etenvers les musulmans notamment. Il n’y a pas de doute qu’aujourd’hui les wahhabites se présentent ou tiennent le rôle de pivot dans le terrorisme, en permettant, en finançant, et en organisant l’effusion du sang des musulmans et d’autres gens innocents.

Leur histoire bien connue du terrorisme, comme elle est documentée dans « Fitnatou l-wahhabiyyah » par le moufti de la Mecque, Chaykh ‘Ahmad Zayni Dahlan, et leurs courants assassinats et infractions est due à leur mauvaise croyance que soit disant tout le monde serait blasphémateur sauf eux-mêmes (les wahhabites) (….)

Un livre à voir fortement car il montre le mal qu’a causé Mouhammad Ibnou ^Abdi l-Wahhab, les crimes qu’il a commis etc… Pour découvrir le complot, lisez les confessions de l’espion anglais Hempher qui avait été chargé de la mission de diviser l’Islam de l’intérieur-Il raconte comment il a infiltré les musulmans pour finir par trouver Mouhammad ibn ^Abdil -Wahab pour fonder le wahabisme-ci joint aussi les preuves des grands savants de l’Islam qui racontent le wahabisme, ses égarements ses massacres, ainsi que les savants qui ont combatut cette secte par leurs livres…, a lire absolument==>

 

Le Wahabisme fut fondé par Mouhammad Ibnou ^Abdi l-Wahhab. Il était né à Houreymila à Nadjd en 1111 [1699] et il mourut en 1206 [1791]. Précédemment, il était allé à Baghdad, Basra, Iran, Inde et à Damas, en vue de voyager et de commercer. En 1125 de l’Hégire [en 1713], à Basra, il est tombé en piège de Hempher, l’agent Britannique et il a été employé aux travaux pour “la destruction de l’islam”, menés par les Britanniques. Il a publié les choses corrompues que l’espion avait faites écrire sous le nom de “Wahhabisme”.

Confessions d’un espion britannique et l’hostilité britannique contre l’islam by neillyDC

La presse saoudienne accuse les USA d’avoir détruit le World Trade Center pour prétexter une guerre perpétuelle

malcolm-x__faqiraatilaarabbinaa1

En réponse à un vote unanime du Sénat américain pour permettre aux familles des victimes du 9/11 de poursuivre l’Arabie saoudite devant une Cour fédérale, un rapport publié dans le journal Al-Hayat basé à Londres, dû à l’expert juridique saoudien Katib al-Shammari, allègue que les États-Unis ont orchestré les attentats terroristes comme un moyen de se créer un ennemi nébuleux, afin de gagner le soutien du public pour une guerre mondiale contre le terrorisme.

Le rapport al-Shammari, traduit par l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI), affirme que depuis longtemps la politique américaine est «construite sur le principe de la planification préalable et des probabilités futures», que les États-Unis ont maintenant tournée contre le régime saoudien après l’avoir employée avec succès contre les talibans et al-Qaïda d’abord, puis Saddam Hussein et son Irak contrôlé par le régime laïque baasiste.

Al-Shammari affirme que les récentes menaces américaines pour exposer les documents impliquant le gouvernement saoudien, sont tout simplement la poursuite d’une politique américaine, qu’il désigne comme «la victoire par les archives». Il souligne que, lors de l’invasion initiale de l’Irak, sous George HW Bush, Saddam Hussein a été laissé en vie et au pouvoir pour être utilisé comme «monnaie d’échange», mais quand les États-Unis ont décidé qu’il n’était «plus un as dans leur manche», Washington s’est déplacé pour renverser son gouvernement et installer au pouvoir un parti soutenu par les Américains.

Les attaques terroristes du 9/11 sont maintenant l’«as dans la manche» du gouvernement des États-Unis, selon al-Shammari.

Le 11 Septembre est l’une des cartes gagnantes dans les archives américaines, parce que tous les gens avisés de par le monde qui sont des experts en politique américaine et qui analysent les images et les vidéos [du 9/11], conviennent à l’unanimité que ce qui est arrivé aux deux tours était une action purement américaine, planifiée et exécutée par les USA. La preuve en est la séquence d’explosions continues qui a découpé de façon spectaculaire les deux bâtiments […] les ingénieurs en démolition contrôlée les ont détruites avec des explosifs, tandis que les avions s’y écrasant ne donnaient que le feu vert pour la détonation – ils ne sont pas la raison de l’effondrement. Mais aux États-Unis se propage toujours le blâme dans toutes les directions. [Cette politique] peut être surnommée «la victoire au moyen des archives».

L’élan derrière les attaques, écrit al-Shammari, était de créer «un ennemi invisible – le terrorisme – qui est devenu le chat noir que les présidents américains ont pu blâmer pour toutes leurs erreurs» et qui devait fournir une justification à toute «opération sale», partout dans le monde.

Selon le rapport d’Al-Shammari dans Al-Hayat:

Le 11 Septembre, aux États-Unis, a permis plusieurs victoires en même temps, que [même] les faucons [qui étaient à ce moment-là] à la Maison Blanche ne pouvaient pas imaginer. Certaines d’entre elles peuvent être énumérées comme suit:

  1. Les États-Unis ont créé, dans l’opinion publique, un ennemi invisible – le terrorisme – qui est devenu le chat noir que les présidents américains ont pu blâmer pour toutes leurs erreurs, et est également devenu la motivation de base pour toute opération sale que les politiciens américains et des personnalités militaires désirent effectuer partout dans le monde. [Le label] terrorisme a été appliqué aux musulmans, et en particulier à l’Arabie saoudite.
  2. En utilisant cet incident [9/11], les États-Unis ont lancé une nouvelle ère de réarmement mondial. Tout le monde a voulu acquérir toutes sortes d’armes pour se défendre et se lancer dans la guerre contre cet ennemi invisible, le terrorisme, [même si] jusqu’à maintenant, nous ne connaissons pas l’essence de ce terrorisme, dont les États-Unis parlent, à l’exception qu’il est islamique […]
  3. Les États-Unis ont mis le peuple américain devant un choix entre deux mauvaises options : vivre en paix [mais] rester exposé à un danger de mort [le terrorisme] à tout moment, ou mourir de faim dans la sécurité, parce que le budget du pays sera consacré à l’envoi des Marines même jusque sur Mars pour le défendre.

La presse saoudienne a été prise de frénésie depuis le vote unanime du Sénat pour permettre à la Maison des Saoud d’être tenue responsable devant un tribunal fédéral américain pour les attaques de 9/11, en accusant les États-Unis d’être alliés avec l’Iran – avec force avertissements que le passage du projet de loi «satanique» pourrait «ouvrir les portes de l’enfer», comme c’est rapporté par Breitbart.

Al-Shammari est extrêmement clair quand il considère que le problème est la machine impériale des États-Unis elle-même, en déclarant, «la nature des États-Unis est qu’ils ne peuvent pas exister sans ennemi».

La nature des États-Unis est qu’ils ne peuvent pas exister sans ennemi … [Par exemple,] après une période au cours de laquelle il n’y avait plus personne à combattre [à savoir après la Seconde Guerre mondiale], les États-Unis ont créé un nouveau type de guerre – la guerre froide […] Puis, quand l’ère soviétique a pris fin, après que nous, les musulmans avions aidé les religions et combattu le communisme en leur nom [des Américains], ils ont commencé à voir les musulmans comme leur nouvel ennemi! Les USA y ont vu un besoin de créer un nouvel ennemi – et l’ont planifié, organisé et exécuté [à savoir blâmer les musulmans pour le terrorisme]. Cela ne finira jamais jusqu’à ce que les États-Unis atteignent les objectifs qu’ils se ont fixés.

Alors que les Américains semblent lutter contre le terrorisme islamique, l’occasion est grande pour augmenter la peur et la propagande d’État destinées à susciter des populations civiles conformes qui acceptent passivement la perte de leur liberté pour des promesses d’une plus grande sécurité. Le complexe militaro-industriel a besoin d’un plus grand ennemi pour justifier ses 600 milliards de dollars de budget annuel, en commençant ainsi la transition vers l’étiquetage du couple russo-chinois comme agressif  dans un effort pour commencer à pivoter d’un croque-mitaine à l’autre, plus rentable.

Jay Syrmopoulos

 

Article original en anglais :  Saudi Press Just Accused US Govt of Blowing Up World Trade Centers as Pretext to Perpetual War, The Freethought Project, 23 mai 2016.

Traduit par Hervé, relu par nadine pour le Saker Francophone

Jay Syrmopoulos est analyste géopolitique, libre penseur, chercheur et ardent opposant de l’autoritarisme. Il est actuellement étudiant à l’Université de Denver, où il poursuit une maîtrise en affaires internationales. Le travail de Jay a été publié sur la vérité de Ben Swann dans les médias, Vérité-Out, Raw Story, MintPress Nouvelles, ainsi que de nombreux autres sites. Vous pouvez le suivre sur Twitter @sirmetropolis, sur Facebook à Sir Metropolis et maintenant sur tsu.

 http://www.mondialisation.ca/la-presse-saoudienne-accuse-les-usa-davoir-detruit-le-world-trade-center-pour-pretexter-une-guerre-perpetuelle/5527512

Franc-Maçonnerie Et Confréries Soufies

dietrichrumipq8

Au tout début du XVe siècle, une forme de sociabilité prémaçonnique originaire du midi de la France – l’Ordre de la Grappe – est apparue à Istanbul dans le milieu des marchands français et s’est trouvée très rapidement apparentée par les Turcs à leurs confréries soufies.

La même attitude a été adoptée face à la franc-maçonnerie à Istanbul, en Anatolie et même dans les provinces arabes de l’Empire, en particulier en Égypte. Réci­proquement, les confréries soufies ne laissaient pas les francs-maçons indiffé­rents.

Un intellectuel juif égyptien, James Sanua, soulignait, au début du xxe siècle, que les confréries de derviches méri­taient d’être étudiées de plus près parce qu’elles présentaient plusieurs parentés avec la franc-maçonnerie.
De même, J. P. Brown, Grand Maître de la Grande Loge Provinciale de Turquie « Grande Loge d’Angleterre » basée à Istanbul, et orientaliste spécialisé dans l’étude du soufisme, a écrit que les derviches de la confrérie mélami « se considéraient qua­siment comme des francs-maçons et qu’ils étaient tout disposés à fraterniser avec ces derniers ».
En 1867, cette confré­rie avait la réputation, d’après Brown, d’être une association de « francs-maçons musulmans ».

Dès le milieu du XIX ° siècle, plusieurs membres de confréries religieuses (appe­lées tariqa, « voie », en islam) avaient épousé les idées du siècle sous la férule de quelques cheikhs éclairés.
Leur projet était social, politique et religieux, et puis­que sa réalisation passait par une colla­boration avec des Intellectuels ou des politiques occidentaux, quoi de plus naturel que de s’intéresser à la « confrérie » des penseurs occidentaux, à ce qui s’appa­rentait le plus à leur tariqa, avec ses rites et ses secrets, c’est-à-dire à la franc-ma­çonnerie.
Il fallait pour ces soufis être ins­truit sur les usages et les secrets de cette tariqa occidentale, à la seule différence que ces secrets étaient de l’ordre du phi­losophique et du social plutôt que reli­gieux et mystiques (secrets de la réussite politique et technologique de l’Occi­dent…).
La spiritualité n’en était pas ab­sente mais elle n’était pas prioritaire pour la plupart d’entre eux. Le rapprochement entre les deux ordres est net ; les francs­-maçons sont, pour les Ottomans et les Arabes, les soufis de l’Occident ; d’ail­leurs, dans les rituels maçonniques tra­duits en turc, on relève, entre autres, que le mot « rite » dans l’expression « Rite Écossais Ancien et Accepté » a été tra­duit par le mot tariqat, ce qui donne « Ta­riqa Écossaise ancienne et acceptée » (Is­koçya fariqat-i qadime ue makbule).
D’un autre côté, les traducteurs des rituels s’étaient inspirés des manuels du compa­gnonnage musulman (futuwwah chez les Arabes ; ahilik chez les Turcs), forte­ment marqués par la mystique soufie, pour rendre de la manière qui leur sem­blait la plus fidèle certains termes maçon­niques français.
À noter qu’en Iran aussi la terminologie du soufisme a facilité la traduction en persan des rituels maçonni­ques.
Les raisons pour lesquelles la franc­-maçonnerie et les confréries soufies ont été apparentées s’expliquent également par l’existence de plusieurs points com­muns et d’analogies, sur le plan symboli­que comme philosophique.
Le fait que ce sont surtout les membres de la confrérie soufie des Bektachis qui sont allés vers la franc-maçonnerie repose sur quelques particularités propres à cette confrérie qui la distinguent des autres Ordres soufis comme la Naqchbandiyya, la Qadirirya ou la Chaxlliyya.
La cérémonie d’initia­tion chez les Bektachis est ce que l’on peut appeler une véritable cérémonie d’initiation avec mort simulée et résurrec­tion, à l’image des mystères* de l’Anti­quité et de la cérémonie du degré de maître dans la franc-maçonnerie.
Cela distingue la confrérie des Bektachis des autres confréries où l’initiation consiste généralement dans la transmission de la technique de prononciation des prières répétitives (dihkr).
D’autres ressemblan­ces, sur le plan des symboles, entre ces deux confréries ont parfois amené leurs membres à s’entraider.
Autre point com­mun entre ces deux ordres, la confrérie des Bektachis est une société secrète qui n’admet dans ses assemblées que des membres de l’Ordre, à la différence en­core des autres confréries dont les réu­nions sont ouvertes à tous les musulmans et même aux non-musulmans.
Enfin, la nécessité de conserver le secret de ce qui aura été vu et entendu en assemblée est un des grands principes de cet Ordre soufi, comme en franc-maçonnerie.
Une tolérance, inhabituelle en islam et dans les Ordres mystiques en général à l’égard des autres religions, caractérise aussi la confrérie des Bektachis.
Cela n’a pas été sans provoquer la fureur de nombreux hommes de religion « mollah », prompts à dénoncer l’hérésie d’une telle organisa­tion.
Ainsi, comme les francs-maçons, les Bektachis ont été accusés d’être des athées. Un auteur français, de passage dans l’Empire, en 1899, disait des mem­bres de cette confrérie qu’ils étaient « sceptiques, épicuriens, très jaloux du pouvoir, un peu socialistes, mais par ail­leurs désintéressés et philanthropes ».
Quant à Riza Tevfik, Grand Maître du Grand Orient Ottoman et poète bektachi, il écrivait que « cet Ordre de derviches est le plus libéral parmi tous les autres Ordres ésotériques ».

On signalera en outre le séjour en Tur­quie, entre 1908 et 1913, d’un certain Ru­dolf Freiherr Sebottentorf, occultiste alle­mand membre de la Société de Thulé, qui fréquenta, à cette occasion, les loges maçonniques turques et les assemblées de Bektachis.
Mais ce dernier ne nous donne pas, dans son étrange ouvrage – La Pratique opérative de l’ancienne franc-maçonnerie turque (1924) –, un pa­norama fidèle de ce qu’était cette confré­rie soufie.
Il semble que Sebottentorf se soit employé à construire un système nouveau à l’intention des seuls Occiden­taux ; on lui attribue aussi la constitution d’une « loge mystique » à Istanbul où il dénonçait l’état de décadence de la franc-maçonnerie moderne.

Plusieurs tentatives de fusion entre la franc-maçonnerie et les confréries soufies sont apparues dans l’Empire ottoman et en Iran au tournant du siècle : la première a donné, en Iran, en 1899, l’organisation Andjouman-i Oukhoumwat dissoute en 1979 par la République islamique d’Iran ; la seconde tentative, qui fut de courte durée (1920-1925), a vu la naissance, en Turquie, de la Tariqat-i salahiyye*.

Enfin, il importe de noter que la vision de la franc-maçonnerie comme tariqa occi­dentale n’a pas totalement disparu avec l’effondrement de l’Empire et la nais­sance de la Turquie moderne (1923).
On sait que parmi les premières mesures an­ti-religieuses prises en 1925 par Atatürk se trouvait la suppression des confréries soufies.
Cette mesure est encore en vi­gueur aujourd’hui en dépit des protesta­tions des musulmans. Or, en 1977, dans un quotidien turc, des religieux ont exigé pour leurs tariqat le même droit, c’est-à­-dire la liberté, que celui qui avait été oc­troyé, en 1948, par la République d’Ata­türk à la société qu’ils considéraient comme leur équivalent, la franc-maçon­nerie : « Les loges (dergah) de l’islam sont encore fermées, mais celles des francs­-maçons sont ouvertes, laissez donc le soufisme s’épanouir en toute liberté. »
Source Documentaire : Encyclopédie de la franc-maçonnerie – Auteur  Thierry Zarcone –
Source Documentaire : http://averroes-roubaix.org

Le golf d’aden un stargate très surveillé par les militaires.

En réponse à toutes les attaques de pirates le  Conseil des Nations unies a voté pour permettre aux pays d’envoyer des navires de guerre dans la région. Ainsi, l’OTAN, Angleterre, Russie, Chine, Inde, Allemagne, Arabie saoudite, Iran, Suisse, États-Unis et autres ont tous participé à l’envoi des navires de guerre dans la région.  Cela fait beaucoup pour une poignée de pirate ainsi que la Chine, un pays qui n’a pas déployé des navires en dehors de leurs propres eaux depuis un siècle .. beaucoup ont commencé à analyser les raisons réelles de ce déploiement  pour quelques  pirates menaçant. Il a été découvert une anomalie étrange dans le golfe d’Aden avait été trouvé. Beaucoup pensent que cela pourrait être une  ancienne stargate situé à sept miles peut-être dans une base militaire clandestine. Il a aussi été émis l’hypothèse qu’elle  aavait été  récemment été activé avec l’aide soit d’un projet secret   dans les bases sous-marines ou par des êtres d’un autre univers (voir gog et magog ou l’arrivée par un vortex de l’antechrist). Le golfe d’Aden a également été mis sous  contrôle scientifiques depuis des années en raison d’une anomalie magnétique qui a été découvert. Le golfe d’Aden a été l’un des premiers endroits où un plancher océanique magnétique  inverse a été reconnu. La vague de questions, pourquoi envoyer des navires de guerre du monde entier dans le golfe d’Aden? Sont-ils envoyer des navires de guerre pour sauver la précieuse cargaison des pirates? Est-ce à cause de l’anomalie magnétique qui se produisent? Y at-il construit des bases souterraines profondes dans la mer? Pourquoi toute cette attention au Yémen? depuis qu’ un vortex s’est activé  au Yémen  …il semble que les militaires attendent l’arrivée imminente d’un évènement majeur pour les croyants se sera l’antéchrist pour les non croyants ils attendent les extraterrestres une chose est sure qu’importe le nom que vous donnerez à ces évènements il se passe vraiment quelques chose de très grande importance certain parle d’une stargate ou seagate comme vous le verrez dans cette vidéos.suivi du récit du commandant cousteau qui plongea dans cette zone  et vous lirez ce qu’il a trouvé d’étrange dans les eaux ADEN c’est drôle que le début de l’histoire de l’homme débute à EDEN et puisse se finir à ADEN  ….

 

L’affaire éclata le 26 juin 1995:

Stéphane Swirog, livre l’information, rapportant briévement une histoire relatée par l’un des de ses collégues militaires stationnés à Djibouti: il s’agissait d’une découverte effectuée par le commandant Cousteau dans une fosse marine au large de Djibouti en 1986, ou se situent des ilots dans le golfe de Tadjoura et plus particulièrement dans la passe de El-Kharab. Selon le commandant, elle n’aurait pas été révélée car elle aurait entrainé des conséquences trop importantes sur les connaissances actuelles.

L’expérience aurait consisté à immerger une carcasse de chameau dans une cage destinée à l’observation des requins et la cage en serait ressortie broyée comme par quelque créature formidable. Aucune preuve confirme le sujet mais cette rumeur est trés répandue en république de Djibouti. En 1996, un autre témoignage d’un militaire qui été en mission dans la région. Selon ce dernier, l’équipe Cousteau serait arrivée à Djibouti et aurait effectivement plongé une carcasse dans une cage, et celle-ci aurait été entiérement broyée lors de sa remontée.

Le commandant aurait plongé et vu quelque chose: il aurait déclaré que ce qu’il avait vu était trop important pour le dévoiler à l’humanité. La découverte du commanant serait-elle « la chose » dont parle Pierre Clostermann ? L’étude des grands fonds et des fosses abyssales est encore incomplète et si cette information se révélait exacte, elle confirmerait sans aucun doute l’existence d’une espèce animale particulièrement fantastique, inconnue ou à redécouvrir.

Quelle créature aurait pu pulvériser une cage aux requins, attirée par un appàt ? Le premier sur la liste est connu : il s’agit du grand requin blanc (Carcharodon Carcharias). Un tel grand blanc, si puissant soit-il, serait-il capable de broyer une cage à requins ? On peut en douter, surtout connaissant le savoir-faire et la compétence de l’équipe Cousteau.

Elargissons donc notre champ de recherches dans la famille des requins et venons-en bien sur à l’ancétre du grand blanc, à savoir le gigantesque carcharodon megalodon du miocène. Il s’agit probablement du plus gros poisson ayant jamais vécu, avec une taille oscillant entre 15 à 25 mètres et des dents de 20 centimètres de haut, les màchoires de ce super géant des mers ayant une ouverture oscillant entre 1,50m et 1,80m.

En 1954, le cotre Australien Rachel Cohen passait en cale séche à Adelaide pour un carénage: il est trés interessant de noter que le demi cercle décrit par l’implantation des dents et des traces avait pratiquement un mètre de rayon. Le capitaine dudit bateau a eu souvenir d’un gros choc s’etant produit de nuit lors d’une tempète au large de Timor. Aprés une étude approfondie de la coque, des ichtologues Australiens ont conclu que l’animal possesseur d’une telle dentition devait mesurer approximativement 24 mètres. Il y a quelque part dans le pacifique, sans doute normalement en grande profondeur, des requins de la pire espèce ayant cette taille.
Closterman cite dans son livre de témoignage de David G.Stead du museum de Sidney qui écrivait en 1963 dans « sharks and rays of australien seas » :

 » J’ai eu entre les mains des dents de carcharodon draguées dans le pacifique; ce n’étaient pas des fossiles, quelques unes étaient mème trés récentes et avaient appartenu à des spécimens de 25 à 30 mètres de long. »

L’aire de répartition du grand blanc est immense; il est connu dans toutes les mers du monde. Quand au carcharodon megalodon, s’il existait encore, il devrait habiter les mèmes biotopes mais certainement à des profondeurs plus proches de celles ou sont censés vivre les calmars géants.

Noel Kemp, géologue agréé du Tasmanian Museum, compare dans l’illustration une dent fossile avec la machoire complète d’un grand blanc qui avait une longueur de 5 mètres: la grosseur de la dent fossile indique qu’elle a appartenu à un requin de 12 mètres de long. Il ne serait donc pas étonnant de trouver au large de Djibouti de tels animaux, le grand blanc fréquentant du reste cette zone de l’océan indien.

Un animal préhistorique ?

Mème si l’hypothèse du carcharodon megalodon est séduisante, d’autres suspects pourraient fort bien étre retenus. On peut penser au Mosasaure, qui vivait au crétacé, à la fin de l’ére secondaire. Il s’agissait d’énormes lézards dont le corps faisait penser à celui d’un énorme crocodile. Avec leurs puissantes dents, ils pouvaient broyer n’importe quoi et pourquoi pas une cage à requins ? Ces animaux avaient une longueur oscillant entre 12 et 15 mètres et étaient les grandes terreurs des océans de l’époque. Ils sont officiellement éteints depuis 70 millions d’années mais sous la dénomination de serpent de mer, on retrouve souvent leur silhouette caractéristique de trés grand crocodile. (voir dossier sur le mosasaure)

Au crétacé inférieur vivait le kronosaurus qui était le plus grand et le plus lourd des plésiosaures à cou court de la région australienne et qui était une version reptilienne de notre actuel cachalot. Son cràne aplati au sommet, long et massif, mesurait 3 mètres, pratiquement le quart de la longueur totale de son corps, et était plus grand et plus fort que celui du plus gigantesque des dinosaures carnivores. La longueur totale de l’animal était évaluée entre 12 et 15 mètres. L’un de ses derniers représentants est certainement celui qui fit la stupeur de l’équipage de l’U 28, le 30 juillet 1915.

Le sous-marin torpilla dans l’atlantique nord le navire britannique Iberian et à la suite de l’explosion sous-marine de ce dernier, les membres de l’U 28 aperçurent avec les débris de l’épave un gigantesque animal soulevé par la déflagration: selon le rapport du commandant du sous-marin, Georg Gunther Freiherr Von Forstner, l’animal qui disparut dans l’eau au bout de 10 à 15 secondes meurait environ 20 mètres de long et ressemblait par sa forme à un crocodile, avec quatre membres munis de puissantes palmures et une longue tète s’effilant en pointe. Etonnant témoignage, surtout lorsque l’on sait qu’il vient d’un marin professionnel.

Une pieuvre géante ?

Le dernier prétendant à ce mystère pourrait étre, comme le suggére Christian le Noel, cryptozoologue reconnu par ses nombreuses expériences sur le terrain, une pieuvre géante de type grégaire vivant dans d’immenses trous ou cavernes et n’ayant aucune raison de remonter à la surface. L’exemple le plus significatif de l’existence de tels monstres est celui relatif au cadavre retrouvé à Saint-Augustine en 1896, dont les restes immenses appartenaient à une espéce de pieuvre dont les mensurations n’ont aucune commune mesure avec les plus grosses que nous connaissons actuellement. Des pieuvres inconnues aussi grandes n’auraient aucune difficulté à broyer des cages à requins. C’est certainement la piste la plus intéressante à suivre, c’est aussi la croyance des indigénes de la régions.

Tout est possible à ce stade de l’enquète. Le seul élément à notre disposition, matériel mais non visible, est le fait que la cage à requins fut broyée par quelque animal ayant une force considérable. L’élément qui nous manque est celui concernant l’état de la dite cage et nous ne savons pas non plus si les indices relevés à son examen sauraient nous faire remonter jusqu’à la véritable identité de l’agresseur.
Notons que dans son ouvrage « Monstres des lacs et des Océans » (éditions plein sud, 1996) Richard D. Nolane précise que d’aprés Jean Jacques Barloy, le commandant cousteau aurait réussi à filmer le monstre et conserverait le document dans un coffre avec ordre de ne jamais l’en sortir car il serait de mauvaise qualité et néfaste à sa réputation. Il y aurait aussi une brochure qu’un des correspondants de Barloy aurait eue entre ses mains.
Barloy au cours de l’émission Sciences au naturel de Marie-Odile Monchicourt diffusée le 5 octobre 1987 sur france-inter, révéla :

 » Le monstre de Djibouti vivrait dans le Koubé, qui est une sorte de petite mer intérieure aux eaux noires et bordées de falaises verticales. Le monstre y serait entré autre-fois et ne pourrait plus en ressortir (soit parce qu’il a grandi, soit parce que les courants l’empèchent de partir). Cette créature ressemblerait à une gigantesque raie. Tous les ans aurait lieu une cérénomie organisée par des habitants du lieu qui considéreraient la bète comme un dieu de la mer. Ils descendent dans les eaux noires du Koubé un chameau vivant, dans une cage, en guise d’offrande. trente secondes aprés ils remontent la cage mais celle-ci ainsi que le camélidé ont disparu. Il y a eu entre-temps quelques remous pour témoigner du drame. Cousteau aurait parait-il réussi à filmer le monstre. Il conserverait le document dans un coffre-fort, avec ordre de ne jamais le sortir. En effet, le film serait de mauvaise qualité et Cousteau craindrait pour sa réputation. Il aurait également écrit une brochure intitulée: la bète ou la chose « 
En dehors de ce témoignage qui passa sur les ondes, il y a un mutisme complet sur le film et la brochure.

Comme le disait le commandant cousteau :
 » Mes amis, je crois que la mer nous réserve encore bien des surprises……. »

Voila un témoignage trouver sur un forum , qui semble confirmé cette plongée de Cousteau au large de Djibouti ce jour là et de leur découverte.

QUOTE
Je pense que la fameuse histoire de la cassette enfermée dans un coffre n’est qu’une pure chimère, une légende inventée avec le temps pour solidariser les gens autour d’un beau rêve. Ne vous inquiétez pas pour ça, la personne avec laquelle j’ai souvent parlé et qui a bien connu Cousteau m’a dit que s’il y avait eu quelque chose de visible, Cousteau aurait foncé à la première chaine télé pour passer la chose. Je pense que cette bande a dû être purement et simplement mise à la poubelle. Par contre, je confirme, ce que Cousteau a vu fut le plus grand choc de sa vie. Il n’a plus regardé la mer de la même manière depuis. Il a réellement été effrayé par quelque chose qui a eveillé chez lui des peurs anciennes. Il a vraiment été choqué, ce qui expliquerait que le film ait été complètement raté.

J’ai été mis en contact, par l’intermédiaire de mon père, avec un homme qui y était ce jour-là, ce jour où Cousteau est remonté et qu’il était pâle comme quelqu’un qui venait de voir un fantôme. Cousteau n’était pas un mytho, il était simplement un homme d’honneur et un homme de conviction. Ce qu’il voulait, à mon humble avis, c’était de pouvoir rencontrer à nouveau cette étrange bestiole, mais comme il l’avait fait avec les grands requins blancs, sans armes ni filet, avec une caméra tout simplement. Et je pense également que si cela avait été rendu possible il serait allé jusqu’à toucher l’animal. C’était ça Cousteau, pas un suicidaire, mais un homme qui avait un profond amour pour la faune des océans, y compris pour un phénomène pareil. Une chose est certaine, mon père et moi avons longuement causé avec cet homme, et je peux vous garantir que c’était la première fois dans toute sa carrière qu’il voyait Cousteau totalement effrayé, comme un gosse. Alors non, l’histoire n’a jamais été inventée et elle est authentique. Cela dit, pour la question de la fameuse cassette je suis plus que sceptique, puisque la personne, présente lors des faits, a affirmé qu’il n’y avait rien de regardable, rien de caché. Cela on peut le mettre sur le compte de la légende qui en a été faite.

Enfin, pour ce qui est de la fameuse cage, je précise qu’il s’agissait d’un alliage spécial sur lequel même un requin blanc se serait cassé les dents. Or, lorsque celle-ci a été remontée, la cage était broyée, non pas simplement abîmée ou tordue, mais compressée par plusieurs tonnes de pression, comme si une mâchoire énorme l’avait mâchée comme un chewing-gum. Ça aussi c’est authentique !